Halacha pour lundi 10 Adar 5781 22 février 2021

La Halacha est dédiée
Pour la guérison totale de Gabriel Ben Sultana (Teboul), Max Mordé'haï Ben Oraïda (Mimouni) parmi tous les malades d'Israël

Lecture de la Méguila par « Zoom »

En raison de l’épidémie du Corona, certaines personnes devront cette année lire la Méguila en étant seules. Nous avons déjà parlé de ce sujet hier, et nous allons à présent expliquer d’autres règles relatives à ce point.

Ecouter la Méguila par « Zoom »
Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit qu’il est évident qu’une voix émise par un haut parleur, et à fortiori par Internet ou par le téléphone, n’est pas véritablement la voix humaine de la personne qui parle, mais seulement un autre son reproduit au moyen de différents appareils. Or, puisque ce n’est pas réellement la voix d’un homme, si l’on écoute la lecture de la Méguila par le téléphone, ou par une transmission satellite, ou bien par « Zoom », on ne s’acquitte absolument pas de son devoir, même à postériori. 
C’est pourquoi, il ne faut absolument pas se fier à une écoute de la lecture par un tel procédé.

Lorsqu’on n’a absolument pas de Méguila (valable)
Si quelqu’un se trouve en isolement, sans la moindre possibilité de se procurer une Méguila valable (ni une personne pouvant lui lire la Méguila sur une Méguila valable), le Gaon Rabbi ‘Haïm FALLAG’I z.ts.l écrit dans son livre Roua’h ‘Haïm qu’il devra au moins lire la Méguila sur une Méguila imprimée. Evidement, il ne devra réciter aucune bénédiction sur une telle lecture, puisqu’il ne s’agit pas d’une Méguila valable. (‘Hazon Ovadia-Pourim page 98).

Lorsqu’on n’a pas de Méguila – Le Hallel
La Guémara (Méguila 14a) traite du fait qu’on ne dit pas le Hallel avec bénédiction à Pourim, alors qu’il aurait été approprié de dire le Hallel ce jour là, comme nous le faisons à ‘Hanouka.
Nos maitres enseignent dans la Guémara que la lecture de la Méguila elle-même constitue le « Hallel de Pourim », car nous lisons dans la Méguila les bontés d’Hachem ainsi que ses merveilles, qu’il a prodigué en ces jours et en ce temps.
Ceci est également rapporté par le RAMBAM et par d’autres de nos maitres les décisionnaires médiévaux.

Par conséquent, le Gaon Rabbi Chélomo KLOUGUER z.ts.l écrit dans son livre Chou’t Chénott ‘Haïm (chap.336, valeur numérique « Pourim ») qu’une personne qui n’a pas de Méguila valable à Pourim, doit dire le Hallel, comme on le dit à ’Hanouka, car pour cette personne, on ne peut dire qu’elle est exempte de dire le Hallel par la lecture de la Méguila puisqu’elle ne la pas lue à partir d’une Méguila valable selon l’institution de nos maitres.
D’autres de nos maitres les décisionnaires des derniers siècles écrivent également ainsi.
En réalité, ils ont été devancés par notre maitre le Méiri – qui vivait à l’époque des décisionnaires médiévaux – qui écrit que si l’on n’a pas de Méguila valable, on doit dire le Hallel à Pourim.
Cependant, notre maitre le ‘HYDA écrit dans son livre Birké Yossef (chap.693) qu’étant donné que la plupart des décisionnaires n’ont pas fait mention de cette règle, il faut en déduire qu’il n’y a pas de récitation du Hallel à Pourim dans tous les cas.

« Ze’her Lé-Ma’hatsit Ha-Chékel » (souvenir du demi-Chékel)
En cette période, tout le peuple d’Israël a l’usage de donner à la Tsédaka la somme de « Ze’her Lé-Ma’hatsit Ha-Chékel » (souvenir du demi-Chékel).
Cette année, le Gaon et Richon Lé-Tsion Rabbi Its’hak YOSSEF Chlita a indiqué que la somme doit correspondre à environ 26 Shékels (NIS) par personne.
Si quelqu’un n’a pas les moyens en raison de sa situation financière, il peut donner au moins un demi-Shékel (50 Agourot) par personne.
En France, la somme du « Ze’her Lé-Ma’hatsit Ha-Chékel » correspond cette année à environ 7 Euros par personne.

8 Halachot Les plus populaires

Vaygach

Nous sommes aujourd’hui à la date du 10 Tévet, jour de jeûne public pour tout le peuple d’Israël. Vous pouvez consulter les règles relatives à un jour de jeûne ici, dans une Halacha antérieure consacrée au jeûne du 17 Ta......

Lire la Halacha

Vay’hi – La force d’une bonne parole

Commentaires rédigés pour Halacha Yomit par le Gaon Rabbi Zévadya COHEN Chlita, chef de tous les tribunaux rabbiniques de Tel Aviv Dans notre Paracha, Ya’akov Avinou rassemble ses enfants auprès de lui et les bénit avant de quitter ce monde, comme il est ......

Lire la Halacha

Des pains « ‘Halavi » (pétris avec du lait)

Il est expliqué dans la Guémara Péssa’him (36a) que nos maitres ont interdit de pétrir une pâte avec du lait, car il est à craindre que l’on ne porte pas attention à cela et que l’on en vienne à consommer ce pain avec de la via......

Lire la Halacha

« Rétsé » dans le Birkat Ha-Mazon du Chabbat

Dans le Birkat Ha-Mazon du Chabbat, avant la bénédiction de « Boné Yérouchalaïm » (Vétivné), il faut ajouter le passage de « Rétsé Véhah’alitsénou », comme imprimé dans les rituels de pri&......

Lire la Halacha


Michpatim

Commentaires rédigés par le Gaon Rabbi Ya’akov SASSON Chlita, directeur de notre site Halacha Yomit, et digne petit-fils de notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l Il est dit dans notre Paracha : « Or, j'enverrai devant toi un ange, chargé de veiller......

Lire la Halacha

Térouma

Entre Moché et Bétsla’el Commentaires rédigés par le Gaon Rabbi Zévadia COHEN Chlita, Chef des tribunaux rabbiniques de Tel Aviv, pour Halacha Yomit Cette semaine, nous lirons dans notre Paracha la contribution matérielle des Béné I......

Lire la Halacha

S’assoir sur de la nourriture

Question : Est-il vrai qu’il est interdit de s’assoir sur une caisse contenant de la boisson ou de la nourriture ? Réponse : Il est expliqué dans le traité Béra’hot (50b) qu’il est interdit de se comporter de façon humiliante envers de la......

Lire la Halacha

Mikets - « Un homme intelligent et sage »  - Histoire au sujet de Rabbi Avraham Ibn ‘EZRA

Commentaires rédigés par le Gaon Rabbi Zévadya COHEN Chlita, chef de tous les tribunaux rabbiniques de Tel Aviv, pour Halacha Yomit Notre Paracha nous relate les rêves de Pharaon ainsi que leurs interprétations données par Yossef Ha-Tsaddik, qui eut le m&......

Lire la Halacha