Halacha pour mercredi 5 Adar 5781 17 février 2021

La Halacha est dédiée
Pour la guérison totale de Gabriel Ben Sultana (Teboul), Max Mordé'haï Ben Oraïda (Mimouni) parmi tous les malades d'Israël

Une Mégula écrite par une femme – La 1ère Méguila écrite

La Méguilatt Esther dans laquelle nous lisons afin de nous acquitter du devoir, doit être écrite à la main, avec les lettres du Séfer Torah et sur du parchemin, selon la plupart des règles en vigueur pour l’écriture d’un Séfer Torah.
Même si la plupart des gens ne possèdent pas une telle Méguila valable, malgré tout, ils sont quittes de leur devoir, par le fait qu’ils écoutent la lecture de la Méguila de la bouche d’un homme qui lit dans une Méguila valable, et dans ce cas, nous appliquons le principe de « Chomé’a Ké’oné » (écouter équivaut à dire), ce qui signifie que lorsqu’on écoute quelqu’un lire la Méguila ou le Séfer Torah, avec l’intention de s’acquitter et que le lecteur a lui aussi l’intention de nous acquitter,  la chose est considérée comme ci l’auditeur lit lui-même dans la Méguila valable.
C’est pourquoi, on est quitte de son devoir.

Concernant le Séfer Torah, il est expliqué dans la Guémara Guittin (45b) que seul un homme est habilité à écrire un Séfer Torah, et non une femme, car nos maitres apprennent à partir de plusieurs versets que seule une personne ordonnée du commandement de « Oukchartam LéOtt ‘Al Yadé’ha » (le commandement de mettre les Téfilin) est aussi concernée par le commandement de « Ou’htavtam » (Ecrire les Mézouzot et le reste de la Torah). Or, une femme n’est pas concernée par le commandement de mettre les Téfilin, elle n’est donc pas habilitée à écrire le Séfer Torah.

Mais concernant le Méguilatt Esther, nous devons en débattre.
En effet, nos maitres enseignent que les femmes sont soumises à l’obligation d’écouter la Méguila, car elles ont bénéficié elles aussi du miracle.
De plus, le miracle du sauvetage de Pourim s’est produit grâce à une femme, la reine Esther.
De ce fait, nous pouvons peut-être dire qu’une femme est habilitée à écrire une Méguilatt Esther?

Notre maitre le ‘HYDA écrit dans son livre Birké Yossef qu’une Méguila écrite par une femme est valable de manière catégorique, car les femmes sont elles-aussi soumises au devoir de la lecture de la Méguila. De ce fait, la règle est la même concernant le fait qu’elles peuvent écrire la Méguila, et cette Méguila est valable.
Il prouve ses propos à partir du RAMBAM qui n’a pas fait mention du fait qu’une Méguila écrite par une femme serait non-valable.

Le Gaon Rabbenou Yona NAVON écrit lui aussi dans le livre Guett Mékouchar qu’une Méguila écrite par une femme est valable. Il cite différentes preuves à ses propos. Telle est également l’opinion de plusieurs autres grands décisionnaires des derniers siècles.

Le Gaon Rabbi David OPENHEIM prouve qu’une Méguila écrite par une femme est valable, à partir de ce qui est écrit explicitement dans la Méguila : « La reine Esther écrivit … », et c’est à partir de ce verset que nos maitres enseignent dans la Guémara Guittin (19a) que la Méguila doit être écrite sur du parchemin et avec de l’encre. Or, est-il concevable que la Méguila d’origine – de laquelle nous apprenons les détails des règles de la lecture de la Méguila – puisse être non-valable?

En conclusion: Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit (‘Hazon Ovadia-Pourim page 235) qu’une Méguila écrite par une femme est catégoriquement valable. Son fils, le Gaon et Richon Lé-Tsion Rabbenou Its’hak YOSSEF Chlita s’étend longuement sur la question dans Yalkout Yossef-Pourim (page 515), et il conclut conformément à tout ce qui a été dit précédemment, qu’une telle Méguila (écrite par une femme) est catégoriquement valable. Il cite de nombreuses explications à cette règle.

8 Halachot Les plus populaires

Vaygach

Nous sommes aujourd’hui à la date du 10 Tévet, jour de jeûne public pour tout le peuple d’Israël. Vous pouvez consulter les règles relatives à un jour de jeûne ici, dans une Halacha antérieure consacrée au jeûne du 17 Ta......

Lire la Halacha

Vay’hi – La force d’une bonne parole

Commentaires rédigés pour Halacha Yomit par le Gaon Rabbi Zévadya COHEN Chlita, chef de tous les tribunaux rabbiniques de Tel Aviv Dans notre Paracha, Ya’akov Avinou rassemble ses enfants auprès de lui et les bénit avant de quitter ce monde, comme il est ......

Lire la Halacha

Des pains « ‘Halavi » (pétris avec du lait)

Il est expliqué dans la Guémara Péssa’him (36a) que nos maitres ont interdit de pétrir une pâte avec du lait, car il est à craindre que l’on ne porte pas attention à cela et que l’on en vienne à consommer ce pain avec de la via......

Lire la Halacha

« Rétsé » dans le Birkat Ha-Mazon du Chabbat

Dans le Birkat Ha-Mazon du Chabbat, avant la bénédiction de « Boné Yérouchalaïm » (Vétivné), il faut ajouter le passage de « Rétsé Véhah’alitsénou », comme imprimé dans les rituels de pri&......

Lire la Halacha


Michpatim

Commentaires rédigés par le Gaon Rabbi Ya’akov SASSON Chlita, directeur de notre site Halacha Yomit, et digne petit-fils de notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l Il est dit dans notre Paracha : « Or, j'enverrai devant toi un ange, chargé de veiller......

Lire la Halacha

Térouma

Entre Moché et Bétsla’el Commentaires rédigés par le Gaon Rabbi Zévadia COHEN Chlita, Chef des tribunaux rabbiniques de Tel Aviv, pour Halacha Yomit Cette semaine, nous lirons dans notre Paracha la contribution matérielle des Béné I......

Lire la Halacha

S’assoir sur de la nourriture

Question : Est-il vrai qu’il est interdit de s’assoir sur une caisse contenant de la boisson ou de la nourriture ? Réponse : Il est expliqué dans le traité Béra’hot (50b) qu’il est interdit de se comporter de façon humiliante envers de la......

Lire la Halacha

Mikets - « Un homme intelligent et sage »  - Histoire au sujet de Rabbi Avraham Ibn ‘EZRA

Commentaires rédigés par le Gaon Rabbi Zévadya COHEN Chlita, chef de tous les tribunaux rabbiniques de Tel Aviv, pour Halacha Yomit Notre Paracha nous relate les rêves de Pharaon ainsi que leurs interprétations données par Yossef Ha-Tsaddik, qui eut le m&......

Lire la Halacha