Halacha pour lundi 12 Shevat 5781 25 janvier 2021

Pour l'élévation des âmes de:
Mme Carlotta (Cathy) FASSI z’’l (de Netanya, et anciennement de Lyon) 
Avraham Ben Avraham FUNK z’’l (de Lyon)
Désiré Ya’akov Ben Sa’ida BENSOUSSAN z’’l anciennement de Lyon 
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Odelia Bat Esther (DRAY, fille de Mme MARCIANO z’’l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l
Dan Shlomo Ben Joël Yossef KTORZA z’’l de Sarcelles
Rabbi Its’hak Ben Yehouda (Rabbin ELHADAD) de Lyon z’’l
Mme Frewa’h Bat ‘Hanna BENSAID de Lyon z’’l 
Richard Amram Ben Chélomo AMAR z’’l de Lyon
Betty Rivka Bat Sultana PEREZ (GHOZLAND WEILL) z’’l anciennement de Lyon et Paris

Pour la guérison totale et rapide de:
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (BENADIBA) de Lyon
Alain Moché Ben Myriam (STEBOUN) de Lyon
parmi tous les malades d'Israël Amen.

Suite des règles de priorité dans les bénédictions alimentaires

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué que dans certaines situations il faut donner priorité à un certain aliment du fait de son importance, par exemple un des sept fruits d’Israël. A présent, nous allons expliquer qu’il y a des cas où il faut donner priorité à une certaine bénédiction non de par l’importance de l’aliment, mais du fait que cette bénédiction doit être récitée avant l’autre.

Nous avons un principe selon lequel, plus la bénédiction est « ciblée », plus elle est importante, donc prioritaire.
Par exemple, la bénédiction de « Chéhakol Nihiya Bidvaro » (« que tout a été créé par sa parole ») n’est absolument pas une bénédiction ciblée car elle englobe toute la création réalisée par Hachem. De ce fait, la bénédiction de « Chéhakol » n’est pas considérée comme une bénédiction aussi importante que les autres bénédictions où la louange à Hachem y est plus détaillée.

De même, la bénédiction de « Boré Péri Ha-Ha’Ets » ou celle de « Boré Péri Ha-Adama » sont toutes deux des bénédictions biens définies qui n’appartiennent qu’à des aliments qui proviennent de l’arbre ou de la terre. Par conséquent, si l’on récite ces bénédictions avant de consommer de l’eau ou du fromage on ne sera pas acquitté, puisque dans ces bénédictions, la création de l’eau ou du fromage n’y est absolument pas inclus. Par contre dans le cas contraire, ou l’on aura récité la bénédiction de « Chéhakol » sur un fruit ou un légume, on sera acquitté, car c’est une formule qui englobe toute la création, y compris les fruits de l’arbre ou de la terre.

A présent, nous allons traiter de l’ordre des bénédictions alimentaires :
Si l’on pose devant une personne des fruits ainsi qu’un aliment dont la bénédiction est « Chéhakol », on devra donner priorité au fruit du fait que sa bénédiction n’est pas global, mais détaillée et acquitte uniquement les fruits de l’arbre. Il en est de même si l’on pose un fruit de la terre ainsi qu’un aliment dont la bénédiction est « Chéhakol », on devra d’abord réciter « Boré Péri Ha-Adama ».

De ce fait, si l’on sert de la viande et un plat de pommes de terre, on devra d’abord réciter la bénédiction de « Boré Péri Ha-Adama » sur les pommes de terre, et ensuite « Chéhakol » sur la viande.

Conclusion: On devra toujours donner priorité à la bénédiction de « Péri Ha-Ets » ou « Boré Péri Ha-Adama » à la celle de « Chéhakol ».
De ce fait, si l’on sert des fruits ainsi qu’une chose dont la bénédiction est « Chéhakol », on récitera d’abord la bénédiction sur le fruit, on goûtera le fruit, et ensuite on récitera la bénédiction de « Chéhakol » sur l’autre aliment et on le goûtera.

Dans la prochaine Halacha, nous détailleront d’autres règles sur la priorité dans les bénédictions alimentaires.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Les 8 niveaux de la Tsédaka

Le RAMBAM écrit (chap.10 des règles relatives aux dons aux nécessiteux): Il y a 8 niveaux dans la Tsédaka, l’un supérieur à l’autre. C'est-à-dire: 8 façons de donner la Tsédaka, l’une supérieure à l&......

Lire la Halacha

Ecouter de la musique et des paroles de Torah dans une salle de bains – L’émission de notre maitre le Rav z.ts.l

Question: Est-il permis d’écouter des chansons Kodech ou bien des discours et des cours de Torah dans une salle de bains? De même, est-il permis de prononcer des paroles de Torah dans une salle de bains? Réponse: Il faut traiter la question selon deux problèmes: ......

Lire la Halacha

Nétilat Yadaïm dans la salle de bain

Question: Est-il possible de procéder à la Nétilat Yadaïm pour le repas dans une salle de bains ou dans un cabinet toilette équipé d’un lavabo? Réponse: MARAN tranche dans le Choulh’an ‘Arouh’ (chap.4): Lorsqu’on sort d......

Lire la Halacha

Mitsva de Tsédaka et du Ma’asser Késsafim

A la demande de nombreuses personnes, nous continuons à développer le sujet de la Mitsva de Tsédaka et du Ma’asser Késsafim (dîme financière), à partir des propos de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ et des décisi......

Lire la Halacha


Nétilatt Yadaïm avec de l’eau de mer – L’eau dessalée

Question: En été, lorsqu’on se rend à la plage (séparée) et que l’on désire consommer du pain, est-il possible de procéder à la Nétilatt Yadaïm (ablution des mains avant le repas) avec un ustensile que l’on rempli ......

Lire la Halacha

Nétilatt Yadaïm - Immerger les mains dans de l’eau de mer

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué que lorsqu’on se trouve à la plage, et que l’on désire consommer du pain, on ne peut pas prendre l’eau de mer dans un ustensile pour procéder à la Nétilatt Yadaïm, car l&rsq......

Lire la Halacha

Déduire du Ma’asser les dépenses liées aux enfants

Question: Les personnes qui ont l’usage de prélever chaque mois le « Ma’asser Késsafim » (la dîme financière), peuvent-elles déduire du Ma’asser, les frais de prise en charge de leurs enfants qui vivent encore avec eux? R&e......

Lire la Halacha

Quelle est la quantité que l’on doit donner à la Tsédaka?

Concernant la quantité que l’on doit donner à la Tsédaka, nos maîtres - le RAMBAM, le TOUR et MARAN l’auteur du Choulh'an ‘Arouh’ – écrivent que lorsqu’on possède les moyens suffisants, il faut donner selon les besoins ......

Lire la Halacha