Halacha pour mercredi 7 Shevat 5781 20 janvier 2021

Pour l'élévation des âmes de:
Désiré Ya’akov Ben Sa’ida BENSOUSSAN z’’l anciennement de Lyon 
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Odelia Bat Esther (DRAY, fille de Mme Marciano z’’l de Lyon)
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l
Dan Shlomo Ben Joël Yossef z’’l
Rabbi Its’hak Ben Yehouda (Rabbin Elhadad de Lyon) z’’l
Mme Frewa’h Bat ‘Hanna (Bensaid de Lyon) z’’l 
Richard Amram ben Chélomo AMAR z’’l de Lyon

Pour la guérison totale et rapide de:
Betty Rivka Bat Sultana
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (Benadiba) de Lyon
Alain Moché Ben Myriam (Steboun) de Lyon
parmi tous les malades d'Israël Amen.

Le respect envers le pain

Question: Selon notre tradition, le jour de Chabbat, le chef de famille coupe le pain, mais étant donné que le convives sont nombreux à table, il jette à chacun des convives un moreau de pain. Cette tradition est-elle juste selon la Halacha?

Réponse: Il est expliqué dans la Guémara traité Béra’hott (46a) que le jour de Chabbat, il ne faut pas honorer l’un des convives à procéder au Motsi et à rompre le pain, c’est uniquement le chef de famille qui coupe lui-même le pain, et le distribue aux convives.
Ceci, pour la raison évidente de donner un morceau généreux, en distribuant un beau morceau de pain, comme une quantité de Kazaït (27 g) (il existe une raison Kabbalistique à cela, comme écrit dans le Zohar Ha-Kadoch sur ‘Ekev).
C’est pourquoi, votre tradition - selon laquelle le chef de famille rompt le pain et le distribue à chacun – est une tradition juste, et c’est ainsi que l’on agit dans toutes les communautés du peuple d’Israël.

Par contre, votre usage selon lequel le chef de famille jette le morceau de pain à chacun des convives, nécessite réflexion.
En effet, les Tossafott écrivent (Béra’hott 50b) que jeter (ou lancer) le pain est interdit, même lorsqu’il ne se détériorera pas en le jetant, car il y a une rigueur particulière concernant le pain, envers lequel il faut se comporter avec respect. Or, le fait de le jeter constitue un acte humiliant envers le pain. C’est pourquoi, ils écrivent qu’il faut interdire de jeter le pain en toute situation. L’opinion des Tossafott sur ce point est partagée par de nombreux autres de nos maitres les décisionnaires médiévaux.

Cependant, le RACHBA écrit au nom de Rabbénou Haï GAON que l’on peut autoriser le fait de jeter (lancer) le pain, lorsqu’il ne se détériorera pas pour autant, au même titre qu’il est permis de lancer d’autres aliments lorsqu’ils ne se détérioreront pas. (Par exemple, il est permis de lancer des bonbons enveloppés de leur emballage en l’honneur des mariés).
Et il n’y aurait là aucune crainte d’acte humiliant envers le pain.

Dans la pratique, MARAN écrit dans le Choul’han ‘Arou’h (chap.171) qu’il est interdit de jeter du pain d’un endroit vers un autre, même lorsqu’on le jette vers un endroit où il ne risque pas de se détériorer, car le fait de le jeter constitue une plus grande humiliation que le fait d’en faire une utilisation quelconque.
Nous devons évidement accepter les propos de MARAN auteur du Choul’han ‘Arou’h.

Il est vrai que de grands ADMORIM (chefs ‘Hassidiques) avaient l’usage de jeter le pain aux convives, en particulier lorsqu’il s’agissait d’une très longue table.
Certains décisionnaires des derniers siècles justifient cet usage.
Le Gaon Rabbi ‘Haïm de TSANZ (dans ses notes) écrit qu’étant donné que selon de nombreux décisionnaires médiévaux on peut autoriser la chose, et que tel est l’usage, on peut donc autoriser. Mais il écrit lui aussi qu’une personne religieusement consciencieuse devra craindre la chose et s’en abstenir.

Particulièrement vis-à-vis du pain sur lequel on récite la bénédiction le jour de Chabbat, puisque le Péri Mégadim écrit (voir Michna Béroura chap.197 note 88) que selon tous les avis il est interdit de le jeter (lancer), car il y a là une humiliation envers une Mitsva.
Par conséquent, le plus juste pour toute personne craignant Hachem est de s’abstenir d’un tel usage, qui s’oppose au sens le plus simple des propos des décisionnaires (en particulier du fait que l’humiliation du pain peut entraîner la pauvreté).

En conclusion: Le chef de famille coupe le pain et en distribue un beau morceau à chacun des convives. Il ne doit pas jeter (lancer) le morceau de pain devant les convives, mais leur faire passer au moyen d’une assiette ou par un autre moyen.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

La tradition du Tikoun de Chavou’ot (veillée de Chavou’ot)

La tradition est répandue au sein de toutes les communautés d’Israël de rester éveillés durant la nuit de Chavou’ot et d’étudier la Torah jusqu’à l’aube, comme il est écrit dans le Zohar Ha-Kadoch: Les premiers &lsq......

Lire la Halacha

Bénédictions alimentaires et lecture du Chéma’ la nuit de Chavou’ot

Dans la précédente Halacha, nous avons fais mention de la tradition de la veillée de Chavou’ot, durant laquelle nous restons éveillés pour étudier la Torah. Lecture du « Tikkoun » imprimé dans le livre « Kérié ......

Lire la Halacha

Multiplier constamment les demandes personnelles – Une étincelle d’esprit prophétique

Question: Est-il correct de renouveler la même demande en insistant auprès d’Hachem, en le suppliant pour la même chose chaque jour, ou bien faut-il cesser de demander cette chose si l’on voit que l’on n’est pas exaucé? Réponse: Il est ense......

Lire la Halacha

La lecture du Chéma’ du coucher pour les femmes, ainsi qu’après ‘Hatsot (après le milieu de la nuit)

Dans la Halacha précédente, nous avons expliqué que le soir, avant de se coucher, il faut réciter le Chéma’, précédé de la bénédiction de Hamapil, et que cette bénédiction, comme toutes les bénédi......

Lire la Halacha


Se promener avec un chien pendant Chabbat

Question: Lorsqu’on possède un chien destiné à la distraction ou bien un chien guide-aveugle, est-il permis de le déplacer pendant Chabbat? De même, est-il permis de sortir dans les rues avec un tel chien? Réponse: Nous avons déjà expli......

Lire la Halacha

Lire le Chéma’ au coucher

Question: Y a-t-il une obligation de lire le Chéma’ avant d’aller dormir? Dans les Siddourim (les livres de prières), le Chéma’ du coucher est précédé de la bénédiction de « Hamapil », doit-on la r&eacut......

Lire la Halacha

Tsédaka pour une guérison

Question: Est-il permis d’offrir une somme d’argent à la Tsédaka, pour la guérison d’une personne, ou pour toute autre demande, ou bien il n’est pas convenable d’agir ainsi puisque l’action n’est pas réalisée « L&eacu......

Lire la Halacha

La répétition de la ‘Amida

Une fois que chacun a récité sa ‘Amida à voix basse, nos maîtres ont instauré que le ‘Hazzan (l’officiant) répète la ‘Amida à haute voix, afin d’acquitter les éventuelles personnes qui ne sauraient pas prier.......

Lire la Halacha