Halacha pour mardi 21 Tevet 5781 5 janvier 2021

La Halacha est dédiée
Pour la guérison totale de Gabriel Ben Sultana (Teboul), Max Mordé'haï Ben Oraïda (Mimouni) parmi tous les malades d'Israël

Parler entre la ‘Amida et la répétition

Question: Est-il permis de parler entre la ‘Amida et la répétition de l’officiant?

Réponse: Lorsque l’on termine la ‘Amida à voix basse, on doit attendre en silence la répétition de l’officiant, et l’on ne doit absolument pas bavarder entre la ‘Amida et la répétition. Il n’y a pas de différence sur cette règle entre les hommes et les femmes, pour toute personne qui prie à la synagogue où il y a un officiant qui dirige l’office, l’attitude la plus juste est de ne pas parler entre la ‘Amida et la répétition de l’officiant.

« Hachem Chama’ti Chim’a’ha, Yaréti »
Cependant, les décisionnaires débattent au sujet de versets ou de Piyoutim (poèmes liturgiques) spécifiques qui ont été instaurés entre la ‘Amida et la répétition de l’officiant, comme le Piyout « Hachem Chama’ti Chim’a’ha, Yaréti » que l’on dit lors des Yamim Noraïm (Roch Ha-Chana et Yom Kippour) avant la répétition de l’officiant. Est-il permis de dire ces Piyoutim, ou bien étant donné qu’il est interdit de s’interrompre entre la ‘Amida et la répétition, même un tel Piyout ne doit pas être dit avant la répétition?

Dans la pratique, notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit (Chou’t Yé’havé Da’at vol.5 chap.42) qu’il est permis de dire le Piyout « Hachem Chama’ti Chim’a’ha, Yaréti » entre la ‘Amida et la répétition de l’officiant.
Il est préférable que l’officiant lui-même se taise et ne dise pas ce Piyout, car selon les propos du ARI zal, il y a une véritable faute dans le fait de s’interrompre verbalement entre la ‘Amida et la répétition. Mais le reste de l’assemblée peut dire ce Piyout.
En cas de nécessité, il leur est même permis de dire des paroles de Torah à voix basse entre la ‘Amida et la répétition. Seule une conversation profane est interdite.

Les propos du Ben Ich ‘Haï
Le Gaon Rabbenou Yossef ‘HAÏM z.ts.l écrit dans son livre Ben Ich ‘Haï (Térouma) que lorsqu’on se trouve entre la ‘Amida et la répétition de l’officiant « on ne doit pas parler, ni même étudier des enseignements de Torah ».
Ces propos se basent sur ceux de notre maitre le ARI zal mentionnés plus haut.
Cependant, notre maitre le Rav z.ts.l émet une remarque sur ses propos (Halichott ‘Olam vol.1 page 191), et il réfute son opinion en disant que si l’on désire consulter un livre afin de ne pas rester oisif, il est permis de le faire. Particulièrement du fait que selon le strict Din, il est permis d’étudier à ce moment là, même en prononçant les paroles avec la bouche à voix basse, comme nous l’avons écrit.
Mais l’officiant lui-même ne doit pas s’interrompre, même pour une nécessité d’étude d’enseignements de Torah.

En conclusion: Même si l’on ne doit pas parler entre la ‘Amida et la répétition de l’officiant, il est malgré tout permis d’étudier en silence dans un livre. Certains décisionnaires autorisent même d’étudier à voix basse à partir d’un livre, comme quelqu’un qui lit des Téhilim. Mais l’officiant lui-même ne doit absolument pas s’interrompre entre la ‘Amida et la répétition.

8 Halachot Les plus populaires

Vaygach

Nous sommes aujourd’hui à la date du 10 Tévet, jour de jeûne public pour tout le peuple d’Israël. Vous pouvez consulter les règles relatives à un jour de jeûne ici, dans une Halacha antérieure consacrée au jeûne du 17 Ta......

Lire la Halacha

Vay’hi – La force d’une bonne parole

Commentaires rédigés pour Halacha Yomit par le Gaon Rabbi Zévadya COHEN Chlita, chef de tous les tribunaux rabbiniques de Tel Aviv Dans notre Paracha, Ya’akov Avinou rassemble ses enfants auprès de lui et les bénit avant de quitter ce monde, comme il est ......

Lire la Halacha

Des pains « ‘Halavi » (pétris avec du lait)

Il est expliqué dans la Guémara Péssa’him (36a) que nos maitres ont interdit de pétrir une pâte avec du lait, car il est à craindre que l’on ne porte pas attention à cela et que l’on en vienne à consommer ce pain avec de la via......

Lire la Halacha

« Rétsé » dans le Birkat Ha-Mazon du Chabbat

Dans le Birkat Ha-Mazon du Chabbat, avant la bénédiction de « Boné Yérouchalaïm » (Vétivné), il faut ajouter le passage de « Rétsé Véhah’alitsénou », comme imprimé dans les rituels de pri&......

Lire la Halacha


Michpatim

Commentaires rédigés par le Gaon Rabbi Ya’akov SASSON Chlita, directeur de notre site Halacha Yomit, et digne petit-fils de notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l Il est dit dans notre Paracha : « Or, j'enverrai devant toi un ange, chargé de veiller......

Lire la Halacha

Térouma

Entre Moché et Bétsla’el Commentaires rédigés par le Gaon Rabbi Zévadia COHEN Chlita, Chef des tribunaux rabbiniques de Tel Aviv, pour Halacha Yomit Cette semaine, nous lirons dans notre Paracha la contribution matérielle des Béné I......

Lire la Halacha

S’assoir sur de la nourriture

Question : Est-il vrai qu’il est interdit de s’assoir sur une caisse contenant de la boisson ou de la nourriture ? Réponse : Il est expliqué dans le traité Béra’hot (50b) qu’il est interdit de se comporter de façon humiliante envers de la......

Lire la Halacha

Mikets - « Un homme intelligent et sage »  - Histoire au sujet de Rabbi Avraham Ibn ‘EZRA

Commentaires rédigés par le Gaon Rabbi Zévadya COHEN Chlita, chef de tous les tribunaux rabbiniques de Tel Aviv, pour Halacha Yomit Notre Paracha nous relate les rêves de Pharaon ainsi que leurs interprétations données par Yossef Ha-Tsaddik, qui eut le m&......

Lire la Halacha