Halacha pourlundi 22 Elul 5779 septembre 22 2019

« Ani Lédodi Védodi Li » (« J’appartiens à mon bien-aimé, mon bien-aimé m’appartient »)

Nos maitres ont expliqué que les lettres hébraïques du nom du mois de ELOUL indiquent le verset extrait du Chir Ha-Chirim « Ani Lédodi Védodi Li »
(" אני לדודי ודודי לי ")  
« Mon bien-aimé », c’est Hachem, et « moi », c’est le peuple d’Israël qui s’exprime.
Au mois de Eloul, s’accomplit donc ce verset à travers lequel nous exprimons notre appartenance à Hachem, et qu’Hachem nous appartient.
Cela signifie qu’il existe une proximité particulière entre Israël et Hachem durant ces jours-ci.

On a tendance à penser que durant le mois de Eloul, incombe sur chaque juif l’obligation de s’efforcer de se repentir et de se rapprocher du service divin.
Ceci est parfaitement exact.
Cependant, nous ne devons pas oublier que dans l’autre sens, c'est-à-dire du point de vue d’Hachem – si l’on peut s’exprimer ainsi – Hachem se rapproche de nous durant ce mois, et par la mesure de miséricorde qui domine en ces jours, il se hâte de pardonner et de prendre ses créatures en pitié lorsqu’elles reviennent vers Lui.
Comme le disent nos maitres dans le Midrach, à travers le verset « Ani Lédodi Védodi Li », Hachem dit à Israël: « Ma part est avec vous ! », et Israël disent à Hachem : « Ma part c’est Hachem ! ».
Notre maitre le ‘HYDA écrit (‘Homat Ana’h sur Chir Ha-Chirim chap.6):

« L’homme doit d’abord se stimuler afin de revenir vers Hachem, et ceci correspond à l’allusion « Ani Lédodi » (j’appartiens à mon bien-aimé), lorsque je me stimule et me lie à mon bien-aimé qui est Hachem, à ce moment précis, « Védodi Li » (mon bien-aimé m’appartient), car « Celui qui s’apprête à se purifier, se voit assister (par Hachem) ». En particulier durant ce mois, dans lequel règne un éveil de la miséricorde. » Fin de citation.

A quoi la chose est-elle comparable?
A un homme qui s’est querellé avec son meilleur ami, et il désire à présent se réconcilier avec lui, mais il connait son meilleur ami, et sait qu’il est d’un tempérament assez rigide, qu’il ne lui pardonnera pas facilement.
L’homme va donc avoir de grandes difficultés à aller trouver son ami pour lui demander son pardon, par crainte de se voir repoussé. Dans un tel cas, l’obtention du pardon sera une lourde charge.
Mais si l’on sait que notre ami désire lui aussi se réconcilier, et qu’il est d’un tempérament souple, on aura plus de facilités à aller le trouver et lui demander son pardon, et ainsi, rétablir l’amour mutuel à sa vraie place.

Il en est de même dans notre sujet.
Certains voient une lourde charge à travers ces jours de miséricorde et de demande de pardon auprès d’Hachem, car nous devons réaliser en nous une véritable introspection, et nous stimuler à se repentir.
Mais en réalité, ces jours sont les jours les plus aimés, et nous devons donc nous réjouir car « Ani Lédodi » (j’appartiens à mon bien-aimé), mais « Védodi Li » (mon bien-aimé m’appartient), Hachem se réjouit lui aussi de nous accueillir comme des enfants devant Lui.

Ainsi Hachem dit à Israël:
« Revenez vers Moi, et je reviendrais à vous » (Mal’a’hi chap.3-7)
Nos maitres commentent ce verset ainsi: 
Hachem dit à Israël : « Mes enfants ! Faites moi une ouverture comme le chas d’une aiguille, et je vous ferais une ouverture aussi grande que la porte du Oulam [la pièce la plus vaste du Temple de Jérusalem] ! »
Nous devons nous engager à nous repentir, mais chacun sait à quel point il est loin de la perfection dans le service divin, et de ce fait, comment pouvons-nous nous repentir?!
A cela Hachem répond : « Faites moi une ouverture comme le chas d’une aiguille ! » Cela signifie, un petit trou insignifiant, mais à la condition qu’il soit ouvert de part en part, et qu’il pérennise ainsi pour toujours. C’est alors que l’on peut espérer la miséricorde d’Hachem, afin qu’Il nous ramène vers Lui et qu’il renouvelle nos jours comme auparavant.

Le Gaon Rabbi Chalom CHVADRON z.ts.l raconta que lorsqu’il était jeune, son maitre (le Gaon Rabbi Leïb ‘HASMAN z.ts.l) l’appela et lui dit de se préparer à prendre un quelconque engagement en l’honneur de Roch Ha-Chana.
Mais le maitre le mit en garde : « Fais attention à prendre un tout petit engagement, mais à la condition d’être certain de le tenir pour toujours ! »
Rabbi Chalom CHVADRON se retira et revint le lendemain auprès de son maitre.
Il dit à son maitre : « J’ai trouvé une petite chose que je pourrais tenir. »
Rabbi Leïb lui répondit : « Alors divise cette chose en deux et engage toi seulement sur la moitié ! »

L’homme comprend qu’il doit se repentir, et il désire prendre un quelconque engagement pour toujours.
Mais il ne sait pas mesurer ses capacités de manière correcte, et il prend un « lourd » engagement, afin de pouvoir se présenter devant Hachem, et ressentir qu’il a agit et qu’il s’est élevé de niveau.
Ceci est une énorme erreur!
En réalité, l’homme doit être conscient de son bas niveau, et prendre uniquement un petit engagement - si minime soit-il – mais avec la certitude de le tenir, car tout engagement pris et que l’on ne tient pas, n’engendre que mal et amertume.
Alors qu’un engagement à notre niveau de capacités, en prenant l’engagement cette année d’accomplir telle petite chose, l’année suivante on s’engagera davantage, et ainsi, le Ciel nous donnera le mérite de pouvoir accomplir la véritable réparation de notre âme.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

The Laws of Motza’ei Tisha Be’av and the Tenth of Av

Following halachic nightfall on Tisha Be’av which is approximately twenty minutes after sunset (somewhat later in the United States), one is permitted to eat and drink. It is customary to recite Birkat Ha’Levana (blessing on the new moon) following Arvit prayers on Motza’ei Tisha B......

Lire la Halacha

Havdala on Motza’ei Shabbat Which Coincides with Tisha Be’av and the Laws of an Ill Individual Who Must Eat on Tisha Be’av

On years during which Tisha Be’av falls out on Motza’ei Shabbat, such as this year, 5781, there are three opinions among the Rishonim regarding how Havdala should be recited on a cup of wine on Motza’ei Shabbat. The first opinion is that of the Geonim who write that one should r......

Lire la Halacha

When Av Begins, We Diminish Our Joy

Yesterday, Shabbat, we marked Rosh Chodesh Av. Next Sunday (beginning from Motza’ei Shabbat), will mark Tisha Be’av. May Hashem soon switch this month to one of joy and celebration. The Jewish Nation’s Fortune During the Month of Av Although we customarily implement some mourn......

Lire la Halacha

Tisha Be’av Falls Coincides With Motza’ei Shabbat- Clothing for Tisha Be’av

The Baraita in Masechet Ta’anit (30a) states that our Sages prohibited five things on Tisha Be’av: Eating and drinking, washing one’s self, rubbing one’s self with oils or lotions, wearing leather shoes, and marital relations. Our Sages said (Ta’anit 30b): “One......

Lire la Halacha


Reciting Birkat Hamazon While Travelling by Car

Question: If one is eating while travelling by car, may one recite Birkat Hamazon while continuing to travel? Answer: In the previous Halacha we have explained that our Sages have instituted that one must recite Birkat Hamazon while seated in order for one to have optimum concentration while bles......

Lire la Halacha

Question: Is there an obligation to leave an area in one’s home unplastered or unfinished as is the custom of some G-d-fearing individuals?

Answer: The Gemara (Baba Batra 60b) states that following the destruction of the Bet Hamikdash, the Sages of that generation instituted that one may not build a house plastered and adorned like a king’s residence. Rather, when one builds a home and plasters it, one should leave an area of one ......

Lire la Halacha

Question: Must a woman remove the nail polish from her fingernails before performing Netilat Yadayim?

Answer: In the previous Halacha we have explained that before washing one’s hands for a bread meal, one must make sure that there is no substance stuck to one’s hands that will cause a separation between one’s hands and the water. Any substance which constitutes a “separation......

Lire la Halacha

Nullification of Danger-Based Prohibitions

Question: Last Friday, I was standing next to the stove in the kitchen. The was an open pot of fish on the stove and alongside it, I was frying Schnitzel (coated chicken-breast) when mistakenly, some drops of oil from the frying pan flew into the pot of fish. Is the fish still permissible for consum......

Lire la Halacha