Halacha pourmardi 25 Elul 5780 septembre 14 2020

La sonnerie du Chofar

Il est une obligation ordonnée par la Torah d’écouter la sonnerie du Chofar le jour de Roch Ha-Chana, comme il est dit : « Ce sera un jour de sonneries pour vous ».
Il est interdit de parler entre les différentes sonneries, à fortiori pendent les sonneries elles-mêmes.
Dès lors où l’on a dit la bénédiction « Lichmoa’ Kol Chofar » (ou qu’on l’a entendue de la bouche de l’officiant qui sonne pour l’assemblée), on ne doit pas sortir le moindre son de sa bouche, jusqu’à avoir entendu toutes les sonneries.

Combien de sonneries faut-il entendre?
Combien de sonneries est-on tenu d’entendre le jour de Roch Ha-Chana?
Selon la Torah, il est suffisant d’en entendre 9, mais nous allons expliquer:
La sonnerie du Chofar est mentionnée 3 fois dans la Torah:
« Ce sera un jour de sonnerie pour vous » ; « un rappel de sonnerie, une sainte convocation » ; « Tu transmettras la sonnerie du Chofar ».
Or, nos maitres ont reçu « une Halacha dite oralement à Moché sur le Sinaï » selon laquelle toutes ces sonneries concernent Roch Ha-Chana, où il faut sonner 3 fois.

Chaque « sonnerie » est constituée de 3 sonneries différentes : Téki’a, Térou’a, Téki’a.
En effet, chaque sonnerie (Térou’a) ordonnée par la Torah doit être précédée et suivie d’une Téki’a, comme nous allons l’expliquer, puisque c’est ainsi que nos maitres l’apprennent à partir de versets de la Torah.
Nous apprenons donc que nous devons sonner 3 sonneries (Térou’a), chacune précédée et suivie d’une sonnerie (Téki’a), ce qui fait au total 9 sonneries : Téki’a, Térou’a, Téki’a ; Téki’a, Térou’a, Téki’a ; Téki’a, Térou’a, Téki’a.

Pourquoi nous sonnons beaucoup plus de sonneries et pas seulement 9?
A priori, nous devrions écouter seulement 3 fois ce cycle « Téki’a, Térou’a, Téki’a », mais pourtant nous ne procédons pas de cette manière, comme nous allons l’expliquer:

La sonnerie qui précède et qui suit la Térou’a – et que nous appelons « Téki’a » - correspond à un son droit et long.
Par contre, au sujet de la sonnerie que la Torah nous ordonne d’entendre à Roch Ha-Chana – et que nous appelons « Térou’a » - nous avons un doute à quoi correspond-elle, car de très nombreux siècles se sont écoulés durant l’exil dans lequel le peuple d’Israël s’est éparpillé dans le monde, et la sonnerie du Chofar n’intervient qu’une seule fois dans l’année, pour ces raisons nous ne savons plus à quoi la sonnerie « Térou’a » correspond : est-elle une forme de gémissements répétitifs, à l’image dune femme qui pleure et gémis en émettant des sons très courts et saccadés (ce que nous appelons aujourd’hui « Térou’a », « Toutoutoutoutou … »), ou bien correspond-elle à un soupir à l’image d’un homme qui soupire plusieurs fois lorsqu’il est inquiété par une chose grave (c'est-à-dire 3 fois de suite : « Tou, Tou, Tou », ce que nous appelons aujourd’hui « Chévarim »). Ou encore, correspond-elle aux deux à la fois, c'est-à-dire à un triple soupire et à un gémissement saccadé.

En conséquence à ces 3 doutes, nous réalisons le tout.
L’ordre des sonneries est donc le suivant:
1er cycle (« TaCHRaT ») : Le sonneur dit la bénédiction, et sonne immédiatement une « Téki’a » (son droit et long), ensuite il sonne 3 « Chévarim » (3 sons courts, comme des soupires), puis il sonne une « Térou’a » (son saccadé et répétitif, comme des gémissements), et enfin il sonne de nouveau une Téki’a. Il exécute ce cycle 3 fois.

2ème cycle (« TaCHaT » : Il sonne une Téki’a, puis 3 Chévarim, puis de nouveau une Téki’a. Il exécute ce cycle 3 fois.

3ème cycle (« TaRaT ») : Il sonne une Téki’a, puis une Térou’a, puis de nouveau une Téki’a. Il exécute ce cycle 3 fois.

Le compte des sonneries est donc 30, afin de s’écarter du doute. (Guémara Roch Ha-Chana 34a ; RAMBAM chap.3 – règle 1 ; MARAN dans le Choul’han ‘Arou’h chap.590).

C’est ce que nous voyons dans les Ma’hzorim (rituels de prières des fêtes):
TaCHRaT ; TaCHRaT ; TaCHRaT, c'est-à-dire Téki’a, CHévarim, Térou’a, Téki’a 3 fois.
TaCHaT ; TaCHaT ; TaCHaT, c'est-à-dire Téki’a, CHévarim, Téki’a 3 fois.
TaRaT ; TaRaT ; TaRaT, c'est-à-dire Téki’a, Térou’a, Téki’a 3 fois.

Toutes ces sonneries sont une obligation selon le stricte Din.
Hormis ces sonneries, nous sonnons encore pendant l’office de Moussaf, et après la répétition de la ‘Amida de Moussaf.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

The Eight Levels of Tzedakah

The Rambam (Chapter 10 of Hilchot Matenot Aniyim) writes that there are eight levels included in the Mitzvah of Tzedakah with each one being greater than the other. The highest level of Tzedakah is by helping to support a Jew who lacks his basic needs by providing him with money by means of a gif......

Lire la Halacha

The Mitzvah of Tzedakah and Donating a Tenth of One’s Earnings

By popular demand, we shall now discuss the topics of Tzedakah and donating a tenth of one’s earnings more broadly based on the words of Maran Ha’Shulchan Aruch and the Poskim and based on what is written in the works of Maran Rabbeinu Ovadia Yosef zt”l on this topic. Question: ......

Lire la Halacha

Question: Are those who customarily donate a tenth of their monthly income to Tzedakah permitted to deduct the cost of providing for their children still living at home from the sum of this ten percent?

Answer: We have previously discussed that one must donate a certain amount of Tzedakah annually. It is a “middle” level for one to give a tenth of one’s monthly profits every month. Now let us deal with our question regarding those who donate a tenth of their monthly profits to Tze......

Lire la Halacha

How Much Tzedakah One Must Donate

The Rambam, Tur, and Maran Ha’Shulchan Aruch write that the amount one should donate for Tzedakah is, if one can afford it, based on the necessities of the needy people. This means that if one is extremely wealthy and can provide for the needs of poor people in one’s city, one should ind......

Lire la Halacha


The Privilege to Donate Tzedakah

In the previous Halacha, we have discussed how the prophet Yirmeya requested from Hashem that when the wicked wish to donate Tzedakah, he should present them with unworthy people. This means that the Tzedakah funds should go to unworthy causes, such as cheaters and con-artists. As such, the wicked w......

Lire la Halacha

The Mitzvah of Tzedakah

The Tur (Yoreh De’ah, Chapter 247) writes: “There is a positive Torah commandment for one to donate some of one’s money to charity, based on one’s individual capabilities. In addition to the fact that whoever donates charity fulfills a positive Torah commandment, one who abst......

Lire la Halacha

Unworthy Individuals

In the previous Halachot, we have explained the primary aspects of the Mitzvah of Tzedakah. If one transgresses any prohibition in the Torah and does not repent, for instance, if one is aware of the prohibition of shaving one’s beard with a razor and he nevertheless does so or one who dese......

Lire la Halacha

Who is Obligated in the Mitzvah of Tzedakah?

Every member of the Jewish nation must donate Tzedakah. Even a pauper who receives Tzedakah, has no way of earning a livelihood, and only lives off of what others provide him with must give Tzedakah from what others give him. When the Sages of Israel had control over the Jewish nation, the Jewish co......

Lire la Halacha