Halacha pour mardi 18 Av 5781 27 juillet 2021

Pour l'élévation des âmes de:
Mess’od ben Ra’hel Vé-Yossef
Mme Carlotta (Cathy) FASSI z’’l (de Netanya, et anciennement de Lyon) 
Avraham Ben Avraham FUNK z’’l (de Lyon)
Désiré Ya’akov Ben Sa’ida BENSOUSSAN z’’l anciennement de Lyon 
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Odelia Bat Esther (DRAY, fille de Mme MARCIANO z’’l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l
Dan Shlomo Ben Joël Yossef KTORZA z’’l de Sarcelles
Rabbi Its’hak Ben Yehouda (Rabbin ELHADAD) de Lyon z’’l
Mme Frewa’h Bat ‘Hanna BENSAID de Lyon z’’l 
Richard Amram Ben Chélomo AMAR z’’l de Lyon
Betty Rivka Bat Sultana PEREZ (GHOZLAND WEILL) z’’l anciennement de Lyon et Paris

Pour la guérison totale et rapide de:
Le Tsaddik Rabbi David ‘Hananya Ben Mazal PINTO
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (BENADIBA) de Lyon
Alain Moché Ben Myriam (STEBOUN) de Lyon
parmi tous les malades d'Israël Amen.

« Tu ne resteras pas passif devant le sang de ton prochain » - (Non-assistance à personne en danger)

Question: Il arrive que l’on diffuse à la synagogue des courriers avec demande de prier pour la guérison d’untel en précisant son nom.
Y a-t-il une obligation de prier pour un malade lorsqu’on sait qu’elle est malade?

Réponse: Il est enseigné dans le Guémara Sanhédrinn (73a):
D’où apprend-on que l’on a le devoir de secourir son prochain lorsqu’on le voit se noyer dans le fleuve, ou bien lorsqu’un animal se jette sur lui, ou bien lorsque des malfaiteurs s’en prennent à lui ? Car il est dit dans la Torah : « Tu ne resteras pas passif devant le sang de ton prochain ».

Cela signifie que lorsqu’on voit son ami dans une telle détresse qu’il pourrait en mourir, et que l’on a la possibilité de le sauver, on a le devoir de le faire. Si on ne le fait pas, on transgresse un interdit de la Torah de « ne pas rester passif devant le sang de son prochain ».

A partir de là, certains veulent démontrer qu’au même titre où l’on est tenu de secourir un malade au moyen de médicaments ou par toute autre façon de le secourir, ainsi nous sommes également tenus de prier pour sa guérison, car il est certain que la prière est utile au malade, et elle fait -elle aussi - partie des choses qui apportent la guérison et le sauvetage de la mort vers la vie.

Cependant, on doit tout de même voir une certaine nuance entre les deux sujets.
En effet, le Gaon et Richon Lé-Tsion notre maitre le Rav Its’hak YOSSEF Chlita écrit dans son ouvrage Yalkout Yossef (chap.116) qu’il est plus logique de penser que l’interdit de « ne pas rester passif devant le sang de son prochain » ne s’applique que pour des moyens de sauvetages naturels, comme lorsqu’on voit son prochain sur le point de se noyer dans le fleuve où l’on est tenu de le secourir. Ou bien lorsqu’on sait que son prochain est malade et que l’on peut lui procurer les médicaments qui l’aideront à le guérir et qu’on ne le fait pas, on transgresse dans ces cas l’interdit de « ne pas rester passif devant le sang de son prochain ».
Mais pour le fait de s’abstenir de prier pour un malade précis, il n’est pas logique de penser que l’on transgresse dans ce cas un véritable interdit de la Torah.
Il y a là tout au plus une privation de faire le bien (‘Hessed), car chacun est tenu de pratiquer le bien avec les autres. Or, prier pour quelqu’un entre de manière certaine dans le cadre de la pratique du bien, qui est le niveau le plus élevé.

Il est clairement expliqué dans le livre de Chémouel (chap.12) que lorsque quelqu’un peut prier pour son prochain et qu’il ne le fait pas, il est qualifié de fauteur.
En effet, lorsque les Béné Israël ont demandé au prophète Chémouel de prier pour eux, il leur indiqua les points précis sur lesquels ils avaient à se repentir, et il ajouta:
« Moi aussi, je m’empêcherais de fauter envers Hachem en m’abstenant de prier pour vous, et je vous indiquerais la bon et droit chemin. »
A partir de là, nos maitres apprennent dans la Guémara Béra’hott (12b) que toute personne ayant la possibilité de prier pour son prochain et ne le fait pas, est qualifié de fauteur. »

Par conséquent, il semble que lorsqu’on apprend que quelqu’un d’autre est malade, on doit prier pour lui, même de manière brève. On doit prier et demander à Hachem pour cette personne, et ainsi on accomplit le devoir de pratiquer le bien.
Nous avons constaté cette attitude de nos propres yeux auprès de notre grand maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l, même lorsqu’il était complètement absorbé par son étude de la Torah, lorsqu’il lui arrivait de lever les yeux des livres et qu’il remarquait un mot avec le nom d’un malade ou d’une personne nécessitant une délivrance, il se mettait immédiatement à prier brièvement pour cette personne, et la bénissait de fond du cœur. C’est ainsi qu’il faut agir.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

L’interdit de manger et de se laver le jour de Yom Kippour

Quelques règles de Yom Kippour Tout le monde a le devoir de jeûner pour Yom Kippour, y compris les femmes enceintes ou celles qui allaitent. Toute femme qui craint que le jeûne risque de porter atteinte à sa santé, doit consulter une autorité Halachique comp......

Lire la Halacha

L’obligation de manger dans la Souccah

Puisqu’il ne nous reste pas suffisamment de temps pour étudier les règles relatives à la fête de Soukkot, nous allons dès à présent expliquer plusieurs règles nécessaires pour la fête de Soukkot qui approche.   U......

Lire la Halacha

La sortie de Yom Kippour

Augmenter le temps réel de la journée de Yom Kippour (ajouter du ‘Hol sur le Kodech) Il faut retarder la fin de la fête à la sortie de Yom Kippour, en augmentant le temps Kodesh. Cela signifie qu’il ne faut pas faire sortir cette sainte journée à......

Lire la Halacha

L’obligation de consommer un Kazaït dans la Souccah le 1er soir, ainsi que le statut de celui qui souffre de la Souccah.

Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué l’interdiction de consommer un repas régulier en dehors de la Soukka durant tous les jours de la fête de Soukkot. Il est important de savoir que la Mitsva de Soukka est propice à protéger l......

Lire la Halacha


La sonnerie du Chofar

Il est un commandement positif (une Mitsvat ‘Assé) ordonné par la Torah d’écouter la sonnerie du Chofar le jour de Rosh Ha-Chana, comme il est dit: « Ce sera pour vous un jour de sonnerie ». Il est interdit de parler entre les différentes sonnerie......

Lire la Halacha

La bonne conduite à adopter pendant les jours de Roch Ha-Chana – L’usage de notre maitre le Rav z.ts.l

Nous avons la tradition de consommer de la viande grasse, ainsi que des douceurs, le jour de Roch Ha-Chana, comme il est dit dans le livre de Néh’emya: « Allez manger des plats gras, et buvez des boissons aromatisées. Envoyez des cadeaux au nécessiteux, car ce jour e......

Lire la Halacha

Le « Tachlih’ » - Usage de notre maitre le Rav z.ts.l – Le statut des femmes

Le 1er jour de Roch Ha-Chana, après l’office de Minh’a, nous avons la tradition d’aller au bord de la mer ou au bord d’un fleuve, ou bien à côté d’une source d’eau vive, ou à côté d’un puits, afin de réci......

Lire la Halacha

L’allumage des Nérott de Roch Ha-Chana

La veille du 1er Yom Tov (jour de fête) de Roch Ha-Chana, comme c’est le cas pour les veilles de Chabbat, nous allumons des Nérott (veilleuses ou bougies) avant le coucher du soleil, lorsqu’il fait encore jour.  Pour la veille de Roch Ha-Chana ou de tout autre Yom Tov,......

Lire la Halacha