Halacha pour mardi 5 Tammuz 5781 15 juin 2021

Pour l'élévation des âmes de:
Messa’ouda Bat ‘Aïsha (STEBOUN) de Lyon

Pour la guérison totale et rapide de:
Charles Chalom Ben Sultana
parmi tous les malades d'Israël Amen.

Le mérite nécessaire pour donner de la Tsédaka – Le rêve extraordinaire

Dans la précédente Halacha, nous avons mentionné la demande du prophète Irméyahou auprès d’Hachem afin que lorsque les Récha’im (impies) désireront donner de la Tsédaka, Hachem les heurte à des gens incorrectes. Cela signifie que l’argent offert pour la Tsédaka ira vers des objectifs détestables, vers des escrocs et des imposteurs, ainsi, le mérite de la Tsédaka n’intercèdera pas pour ces Récha’im. 

En parallèle, celui qui possède un mérite, on l’aidera depuis le Ciel et son argent parviendra à de bonnes destinations, où l’on distribue l’argent pour les besoins de ceux qui étudient la Torah, ou à des nécessiteux. Sur de telles personnes méritantes il est dit : « Heureux celui qui s’intéresse au pauvre. Au jour du malheur, Haachemle sauvera. » Et comme il est dit : « La Tsédaka sauve de la mort. »

Il s’est produit un fait stupéfiant l’année dernière, lorsque l’épidémie du Corona a sévit aux Etats-Unis, et que l’un des grands et importants Rabbanim (sur lequel on rapporte qu’il maitrise tout le Talmud, et dont on fait l’éloge) tomba gravement malade, au point où les médecins envisageaient de le débrancher des machines respiratoires, car ils n’avaient plus d’espoir en sa guérison.

Cependant, par l’infinie bonté d’Hachem, quelques temps plus tard, cet érudit dans la Torah guérit et repris connaissance. Lorsqu’il était encore hospitalisé, il demanda à l’un de ses proches - en étant encore très faible – de transférer immédiatement un une très grosse somme d’argent en don en faveur du Beit Ha-Midrach « Yé’havé Da’at » à Jérusalem, en s’engageant à récolter l’argent auprès des membres de sa communauté.

Après s’être totalement remis, il expliqua son geste, et il raconta:
« Lorsque j’étais véritablement entre la vie et la mort, m’est apparu en rêve MARAN Rabbénou Ovadia YOSSEF z.ts.l, et il me fit la réprimande : « Pourquoi ne viens-tu pas en aide à mon fils et au Beit Ha-Midrach Yé’havé Da’at? »
C’est pourquoi, dès que j’ai repris connaissance, je me suis tourné vers le directeur du Beit Ha-Midrach (le Gaon Rabbi David YOSSEF Chlita) et je lui ai demandé de transférer tout de suite (avant la fête de Péssa’h) à ses Avré’him la prime spéciale qu’ils avaient l’habitude d’offrir à l’approche de la fête de Péssa’h, car cette année là, à cause de l’épidémie, ladirection du Beit Ha-Midrach informa qu’ils ne verseraient pas la prime de Péssa’h, mais uniquement la bourse mensuelle habituelle.

Sur la base de mes propos, ils versèrent une somme supplémentaire en l’honneur de la fête de Péssa’h, et progressivement, j’ai ressenti comment Hachem est le véritable guérisseur de toute chair, comment Il renouvelle les forces en moi, au point où je retrouvais ma santé (depuis, ce Rav soutient significativement les institutions Yé’havé Da’at).

D’autre part, une autre histoire véridique s’est produite en 5768 (2008), lors de la grande crise économique mondiale. Un juif d’Argentine très généreux reçu la visite d’un homme droit et intègre qui désirait le solliciter afin qu’il fasse un don à la Tsédaka. Le donateur réfléchi un instant et décida de faire un effort en offrant la somme de 50 000 $ pour cette cause de Tsédaka.

Il téléphona immédiatement à sa banque aux Etats-Unis où ses comptes étaient tenus, en demandant que l’on transfert la somme de 50 000 $ de son compte vers le compte de l’institution de Tsédaka. La banque lui répondit qu’en raison de la crise économique, ils ne pouvaient donner suite à sa demande dans l’immédiat, et qu’il devait attendre quelques jours pour recevoir la confirmation du transfert. En entendant cela, le donateur entra dans une grande colère et dit à l’employé de la banque:
« Comment est-ce possible?! Cet argent est le mien et rien ne vous autorise à le retenir dans votre banque! »
Il téléphona immédiatement à son avocat américain en lui demandant d’envoyer un courrier en urgence à la banque, et les obliger à transférer la somme conformément à sa demande. Et puisqu’il était très en colère envers la banque pour son attitude, il ajouta que l’on clôture tous ses comptes dans cette banque, et que l’on transfert toute sa fortune dans une autre banque de son choix.

Lorsque l’avocat envoya le courrier à la banque, les employés furent pris de panique, et ils firent le transfert de toute la fortune du donateur vers la banque qu’il avait choisie, argent, actions etc … tout fut transféré selon la demande du donateur et de son avocat vers une autre banque.

Le lendemain, la banque où étaient tenus initialement les comptes du donateur fit savoir qu’elle faisait banqueroute, et toutes les personnes qui avaient invertis leur argent dans cet établissement étaient ruinés!
Grâce à sa bonne intention de donner à la Tsédaka, notre généreux donateur fut donc sauver d’une terrible perte financière!
« L’acte de la Tsédaka n’engendrera que la paix »
« Que le sage entende et en tire leçon »
(Dans la prochaine Halacha, nous mentionnerons une histoire similaire qui se passa à la même époque)

Dans la prochaine Halacha, nous apporterons l’ordre de préférence pour la Mitsva de Tsedaka, avec quel type de personne la Tsédaka est accomplie dans les meilleurs conditions, et quel est le niveau de Tsédaka le plus élevé.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Comment doit-on tremper l’ustensile?

Il faut veiller à ce que rien ne fasse séparation (H’atsitsa) entre l’ustensile et l’eau du Mikvé. Est considérée comme H’atsitsa (élément séparateur), toute chose qui s’interpose entre l’ustensile et l&rs......

Lire la Halacha

Lire les Téhilim ou tout autre texte du Mikra (le TANA’H) la nuit

Question: Est-il permis de lire les Téhilim ou des versets du TANAH’ (Torah, livres des prophètes et hagiographes) la nuit, ou y a-t-il un interdit selon la Kabbala? Peut-on autoriser lorsque cette lecture est faite pour la guérison d’un malade ou pour une femme sur ......

Lire la Halacha

Un Koumkoum électrique et des ustensiles jetables vis-à-vis de l’immersion dans le Mikvé

Question: Un Koumkoum électrique (bouilloire électrique), ainsi que des ustensiles à usage unique (jetables) sont-ils soumis à l’obligation d’être trempés? Réponse: Les Poskim (décisionnaires) débattent au sujet du Koumkoum......

Lire la Halacha

Consommer des boissons dans des établissements ou chez un particulier qui n’a pas trempé les ustensiles

Question: Est-il permis de consommer un café chez un particulier ou dans un établissement (par exemple le café « Expresso » que l’on sert sans lait dans les Cafés chez nous à Paris) si le propriétaire ne veille pas à tremper les uste......

Lire la Halacha


L’immersion des ustensiles

Tous nouveaux ustensiles achetés d’un non juif (comme par exemple la majorité des ustensiles fabriqués en dehors d’Israël) doivent être trempés dans un Mikvé avant d’être utilisés. Nous apprenons ce Din dans la Torah (Ba......

Lire la Halacha

Cuire et cuisiner pendant Yom Tov

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué que même si Yom Tov et Chabbat ont un statut identique vis-à-vis de l’interdiction de réaliser des travaux, et pour cette raison il est interdit de voyager en voiture pendant Yom Tov (car plusieurs interdi......

Lire la Halacha

Les ustensiles qui nécessitent d’être trempés

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué l’obligation de tremper dans un Mikvé, tout nouvel ustensile acheté chez un non juif, comme par exemple des ustensiles dont le fabriquant est un non juif. Ces ustensiles nécessitent une immersion dans le ......

Lire la Halacha

Manipuler le feu pendant Yom Tov – allumage et extinction

Nous avons expliqué que Yom Tov et Chabbat ont le même statut vis-à-vis de toutes les interdictions, excepté certains travaux liés à la préparation de la nourriture (« Oh’el Nefech ») qui sont permis pendant Yom Tov, comme l’int......

Lire la Halacha