Halacha pour dimanche 5 Tevet 5781 20 décembre 2020

Pour l'élévation des âmes de:
Mme Carlotta (Cathy) FASSI z’’l (de Netanya, et anciennement de Lyon) 
Avraham Ben Avraham FUNK z’’l (de Lyon)
Désiré Ya’akov Ben Sa’ida BENSOUSSAN z’’l anciennement de Lyon 
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Odelia Bat Esther (DRAY, fille de Mme MARCIANO z’’l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l
Dan Shlomo Ben Joël Yossef KTORZA z’’l de Sarcelles
Rabbi Its’hak Ben Yehouda (Rabbin ELHADAD) de Lyon z’’l
Mme Frewa’h Bat ‘Hanna BENSAID de Lyon z’’l 
Richard Amram Ben Chélomo AMAR z’’l de Lyon
Betty Rivka Bat Sultana PEREZ (GHOZLAND WEILL) z’’l anciennement de Lyon et Paris

Pour la guérison totale et rapide de:
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (BENADIBA) de Lyon
Alain Moché Ben Myriam (STEBOUN) de Lyon
parmi tous les malades d'Israël Amen.

Les bénédictions de la lecture du Chéma’ – Les hommes et les femmes

Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué que la lecture du Chéma’ du matin doit être réalisée avant que ne s’écoulent les 3 premières heures du jour, c'est-à-dire, compter 3 heures (en heures saisonnières, comme expliqué dans les précédentes Halachot) depuis l’aube, et c’est durant ces 3 heures que l’obligation de lire le Chéma’ du matin nous incombe. Cette obligation est une ordonnance de la Torah exclusivement pour les hommes, mais les femmes sont exemptes de la lecture du Chéma’ selon le Din, puisque cette obligation fait partie de la catégorie « Mistvot ‘Assé Ché-Hazémann Guérama » (devoir religieux positifs liés au temps) car il y a un temps limite à la lecture du Chéma’ et qu’il s’agit aussi d’un commandement positif, de ce fait, les femmes en sont exemptes.

Nous avons également expliqué qu’il faut être vigilant et prier la ‘Amida de Cha’harit avant que ne s’écoule la 4ème heure du jour.
Actuellement, en Israël, la fin des 4 premières heures pour prier la ‘Amida de Cha’harit se situe à environ 10h, et en France, à environ 11h10.
Si l’on n’a pas encore prié la ‘Amida de Cha’harit et que la 4ème heure s’est écoulée, on doit encore prier la ‘Amida jusqu’à l’heure de « ‘Hatsot » (moitié de la journée).
Actuellement, en Israël, l’heure de « ‘Hatsot » se situe à environ 12h (et en France, à environ 12h55).

Les bénédictions de la lecture du Chéma’
Lors de l’office de Cha’harit le matin, nous récitons 2 bénédictions avant la lecture du Chéma’ : la bénédiction de « Yoster Or » et la bénédiction de « Ahavatt ‘Olam » (pour l’usage des Achkénazim, cette dernière se nomme « Ahava Rabba »).
De même, après la lecture du Chéma’, nous récitons une seule bénédiction :
la bénédiction de « Gaal Israël » (qui débute par « Emet Véyatsiv »).
Selon l’usage des Achkénazim, les femmes récitent elles-aussi ces bénédictions, mais selon l’usage des Séfaradim, les femmes ne récitent jamais une bénédiction sur une Mitsva de laquelle elles sont exemptes. Par conséquent, elles ne récitent absolument pas les bénédictions de la lecture du Chéma’. S’il s’agit d’une femme juste et pieuse, qui tient à réciter les bénédictions, elle devra veiller à ne pas mentionner le Nom d’Hachem dans les débuts et fins de ces bénédictions, elle devra donc dire : « Barou’h Yoster Or Ouboré ‘Hoche’h … » et à la fin : « Barou’h Yotser Ha-Méorott », ainsi qu’à la fin de « Ahavatt ‘Olam : « Barou’h Ha-Bo’her Bé-‘Amo Israël Bé-Ahava », et à la fin de « Emet Véyatsiv » : « Barou’h Gaal Israël ».

La fin du temps limite pour réciter les bénédictions de la lecture du Chéma’
Au même titre qu’il existe un temps limite pour la lecture du Chéma’ et pour la ‘Amida, ainsi il y a un temps limite pour réciter les bénédictions de la lecture du Chéma’.

Il est enseigné dans une Michna du traité Béra’hott (9b) que la fin du temps limite de la lecture du Chéma’ du matin est « la fin de la 3ème heure », et « celui qui lira au-delà de cette limite n’est pas perdant ».
La Guémara demande : que signifie « il n’est pas perdant » ?! Il est évidement perdant puisque la limite de la lecture du Chéma’ est passée !
La Guémara explique : Il n’a pas perdu les bénédictions de la lecture du Chéma’.

Nous apprenons de là que même si la limite de la lecture du Chéma’ est passée, il est encore possible de réciter les bénédictions du Chéma’.
Notre maitre le ROCH explique au nom de Rabbénou Haï GAON que lorsque nos maitres enseignent qu’il est possible de réciter les bénédictions du Chéma’ même après la limite du Chéma’, cela signifie qu’il est encore possible de les réciter jusqu’à la fin de la 4ème heure, c'est-à-dire jusqu’à la fin de la limite de la ‘Amida de Cha’harit.
Mais cela ne signifie pas que l’on peut encore réciter les bénédictions de la lecture du Chéma’ durant toute la journée.
Telle est également l’opinion d’autres grands décisionnaires notables, et parmi eux Rabbénou Its’hak IBN GIAT, ainsi que l’auteur du Séfer Ha-Echkol.
C’est ainsi que tranche MARAN dans le Choul’han ‘Arou’h (chap.58-6).

Nus avons donc appris que la limite du temps pour réciter les bénédictions du Chéma’ est la même que celle pour prier la ‘Amida de Cha’harit, c'est-à-dire, au plus tard 4 heures saisonnières depuis le lever du soleil, comme indiqué dans les différents calendriers.

Nous apprenons également de là combien est détestable l’usage de certaines synagogues et de certains particuliers qui prient à une heure très tardive. Il ne leur est pas suffisant de perdre l’heure limite du Chéma’ (s’ils ne l’ont pas lu à temps avant l’office) ainsi que l’heure limite de la ‘Amida, mais qui plus est, ils s’introduisent dans un interdit de réciter une bénédiction en vain (Bérah’a Lé-vatala) en récitant les bénédictions sur la lecture du Chéma’ après leur heure limite.
C’est ce qu’écrit notre maitre le ‘HYDA dans Chou’t ’Haïm Chaal (vol.2 chap.31) en ces termes :
« Combien je souffre en mon âme en constatant l’usage dans ces villes (en Europe) où des gens lisent le Chéma’ avec ses bénédiction après les 4 premières heures du jour et ne se lèvent pas à l’office avec l’assemblée, et lorsqu’ils se lèvent et lisent le Chéma’ chez eux, la 4ème heure s’est écoulée, et malgré tout, ils lisent le Chéma’ avec ses bénédictions, à l’encontre de la décision Halachique de MARAN dans le Choul’han ‘Arou’h stipulant que lorsque la 4ème heure du jour s’est écoulée, on ne peut plus réciter les bénédictions de la lecture du Chéma’. »

En conclusion: Si quelqu’un a négligé et n’a pas encore prié lorsque s’est écoulée la limite pour la ‘Amida de Cha’harit, c'est-à-dire après les 4 premières heures du jour depuis le lever du soleil, même s’il peut encore prier la ‘Amida jusqu’à l’heure de « ‘Hatsot » (moitié de la journée), malgré tout, il ne peut plus réciter les bénédictions de la lecture du Chéma’ en mentionnant le Nom d’Hachem et Sa royauté (il omettra les mots « Ata A.D.O.N.A.Ï Elo-hénou Méle’h Ha-‘Olam » dans chaque bénédiction du Chéma’).

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Les 8 niveaux de la Tsédaka

Le RAMBAM écrit (chap.10 des règles relatives aux dons aux nécessiteux): Il y a 8 niveaux dans la Tsédaka, l’un supérieur à l’autre. C'est-à-dire: 8 façons de donner la Tsédaka, l’une supérieure à l&......

Lire la Halacha

Mitsva de Tsédaka et du Ma’asser Késsafim

A la demande de nombreuses personnes, nous continuons à développer le sujet de la Mitsva de Tsédaka et du Ma’asser Késsafim (dîme financière), à partir des propos de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ et des décisi......

Lire la Halacha

Déduire du Ma’asser les dépenses liées aux enfants

Question: Les personnes qui ont l’usage de prélever chaque mois le « Ma’asser Késsafim » (la dîme financière), peuvent-elles déduire du Ma’asser, les frais de prise en charge de leurs enfants qui vivent encore avec eux? R&e......

Lire la Halacha

Quelle est la quantité que l’on doit donner à la Tsédaka?

Concernant la quantité que l’on doit donner à la Tsédaka, nos maîtres - le RAMBAM, le TOUR et MARAN l’auteur du Choulh'an ‘Arouh’ – écrivent que lorsqu’on possède les moyens suffisants, il faut donner selon les besoins ......

Lire la Halacha


Qui est soumis à l’obligation de donner la Tsédaka

Toute personne du peuple d’Israël est soumise à l’obligation de donner la Tsédaka. Même le nécessiteux qui se nourrit de la Tsédaka, qui n’a pas d’autre moyen de se nourrir, et dont toute la subsistance provient de ce que lui donnent le......

Lire la Halacha

La Mitsva de Tsédaka – Notre maitre le Rav z.ts.l

Notre maitre le TOUR écrit: La Mitsva de Tsédaka incombe chaque membre du peuple d’Israël, en donnant de son argent, selon ses possibilités. Hormis le fait que toute personne qui donne la Tsédaka, accompli une ordonnance positive de la Torah, toute personne......

Lire la Halacha

La Tsédaka envers des personnes incorrectes

Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué les principes de la Mitsva de Tsédaka. Une personne qui transgresse une des Mitsvot de la Torah et ne fait pas Téchouva, par exemple un homme qui a conscience de l’interdiction de se raser à la lame......

Lire la Halacha

Le mérite nécessaire pour donner de la Tsédaka – Le rêve extraordinaire

Dans la précédente Halacha, nous avons mentionné la demande du prophète Irméyahou auprès d’Hachem afin que lorsque les Récha’im (impies) désireront donner de la Tsédaka, Hachem les heurte à des gens incorrectes. Cela s......

Lire la Halacha