Halacha pour dimanche 27 Tishrei 5782 3 octobre 2021

Pour l'élévation des âmes de:
Jacqueline Fortunée Bat Nina z''l (PITOUN, de Netanya et anciennement de Sarcelles)

Pour la guérison totale et rapide de:
Inon ‘Haï Ben Ruthy

L’année de la Chémita

Cette année -  5782 – est une année de Chémita (repos de la terre), que le peuple d’Israël observe depuis le partage de la terre d’Israël aux tribus, depuis le moment où ils commencèrent à compter le cycle de 7 ans, dont la 7ème année est l’année de la Chémita.

La Chémita financière et la Chémita agricole
Le commandement de la Chémita se divise en deux:
La Chémita « de la terre » et la Chémita « financière ».

La Chémita de la terre n’est en vigueur que sur la terre d’Israël, et uniquement pour les fruits et légumes d’Israël.
Par conséquent, même si dans le cadre de la « Halacha Yomit » nous expliquerons les principes du commandement de la Chémita, malgré tout, nous ne nous étendrons pas sur chaque détail et chaque cas particulier, puisque ces règles ne concernent pas particulièrement les habitants en dehors d’Israël sur le plan pratique.
(Toutefois, les habitants en dehors d’Israël doivent savoir les règles concernant les fruits importés d’Israël durant cette année, comme les Etroguim ou bien les vins importés d’Israël).

La Chémita financière est en vigueur aussi bien en Israël qu’en dehors d’Israël.
Cependant, elle n’est en vigueur qu’à la fin de l’année de la Chémita.
Par conséquent, nous ne traiterons pas de ces règles dans l’immédiat, et avec l’aide d’Hachem, nous expliquerons le sujet de la Chémita financière vers la fin de l’année.

La Chémita agricole
A présent, nous allons expliquer les fondements du commandement de la Chémita.
Avant tout, nous devons citer les versets de la Torah qui traitent de ce commandement.

Il est dit dans la Torah:
« Six années tu ensemenceras ta terre et en recueilleras le produit, mais la septième, tu lui donneras du repos et en abandonneras les fruits, pour que les indigents de ton peuple en jouissent, le surplus pourra être consommé par les animaux des champs. Ainsi en useras-tu pour ta vigne et pour ton plant d'oliviers. » (Chémot 23).

Il est dit également dans la Torah:
« Hachem parla à Moché au mont Sinaï, en ces termes: Parle aux enfants d'Israël et dis leur: Quand vous serez entrés dans le pays que je vous donne, la terre sera soumise à un chômage en l'honneur d’Hachem. Six années tu ensemenceras ton champ, six années tu travailleras ta vigne, et tu en recueilleras le produit; mais, la septième année, un chômage absolu sera accordé à la terre, un Chabbat en l'honneur d'Hachem. Tu n'ensemenceras ton champ ni ne tailleras ta vigne. Le produit spontané de ta moisson, tu ne le couperas point, et les raisins de ta vigne intacte, tu ne les vendangeras point: ce sera une année de chômage pour le sol. Ce sol en repos vous appartiendra à tous pour la consommation: à toi, à ton serviteur, à ta servante, à ton employé comme et à l'étranger qui habitent avec toi; ton propre bétail, ainsi que les bêtes sauvages de ton pays, pourront se nourrir de tous ces produits. » (Vaykra 25).

Les principes des Mitsvot que nous apprenons à partir de ces versets nous indiquent qu’il est un devoir pour toute personne possédant un terrain en Israël, de faire observer un repos agricole à sa terre durant la 7ème année, de tous travaux agricoles.
Il est interdit d’ensemencer son champ durant la 7ème année, comme il est dit: « ton champ tu ne l’ensemenceras point ». De même, il est interdit de réaliser le moindre travail sur un arbre, comme il est dit: « Ta vigne, tu ne la tailleras point » (il s’agit de couper les branches de l’arbre pour le bien de l’arbre). Il est interdit de cueillir le produit poussé spontanément de la terre pendant la 7ème année, comme il est dit: « Le produit spontané de ta moisson, tu ne le couperas point ».
Au même titre qu’il est interdit de moissonner la terre, ainsi il est interdit de cueillir les fruits des arbres.

En résumé: Nous avons appris 4 travaux interdits durant la 7ème année:
Ensemencer; couper des branches ; moissonner ; cueillir des fruits.

L’interdit d’ensemencer ainsi que celui de couper des branches d’arbres, sont des interdits formels, qui n’ont aucune autorisation.
Par opposition à celui de moissonner et celui de cueillir des fruits, puisqu’il est impossible de dire que la Torah les a totalement interdits, car la Torah dit: « Ce sol en repos vous appartiendra à tous pour la consommation: à toi … ». Ce qui signifie que la Torah désire que nous consommions les fruits de la 7ème année. Si l’intention de la Torah était de nous interdire de moissonner et de cueillir les fruits, comment pourrions-nous consommer? Mais en réalité, la véritable intention de la Torah est de nous interdire de moissonner et de cueillir des fruits de la manière que nous le faisons ordinairement les autres années, en ramassant de grandes quantités en une seule fois. Durant la 7ème année, si l’agriculteur désire se nourrir de ses fruits, il doit les ramasser en petites quantités, comme nous l’expliquerons avec l’aide d’Hachem.

En conclusion: Il faut observer un repos des travaux de la terre pendant la 7ème année. Par conséquent, il est interdit de planter des graines ou de planter des arbres durant la 7ème année. De même, il est interdit d’amasser de la récolte ou des fruits de la manière avec laquelle nous le faisons les autres années. Il faudra le faire d’une autre manière, comme nous l’expliquerons, avec l’aide d’Hachem.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Nérott de Chabbat et Nérott de H’anouka : ordre d’allumage

Nos maitres les Richonim (décisionnaires médiévaux) débattent afin de définir quel ordre devons-nous respecter au sujet de l’allumage des Nérott de H’anouka et des Nérott de Chabbat. Selon l’opinion du Ba’al Halah’ott ......

Lire la Halacha

L’allumage des Nerot de H’anouka

Le devoir de l’allumage Durant les 8 jours de ‘Hanouka – qui tombera à partir de dimanche soir de la semaine prochaine - il est un devoir d’allumer les Nérot de ‘Hanouka. Les Séfaradim ont l’usage d’allumer une seule ‘Hanoukiya po......

Lire la Halacha

Un invité qui rentre chez lui le samedi soir

Question: Un fils marié invité avec son épouse et ses enfants à passer le Chabbat de ‘Hanouka chez ses parents ou chez ses beaux-parents on père, où doit-il allumer le samedi soir lorsqu’il rentre chez lui? Réponse: Lorsqu’un fils......

Lire la Halacha

Lois relatives au voyageur et à l’invité pendant H’anouka, ainsi qu’aux soldats juifs de Tsahal

Question: Comment doit agir une personne qui est invitée ou qui est à l’armée pendant H’anoukka? Réponse: Ce cas mérite d’en débattre car il existe une différence sur ce point entre une personne qui voyage seule mais dont les memb......

Lire la Halacha


H’anouka chez les parents ou les beaux parents, ou à l’hôtel

Dans l’une des précédentes Halah'otes, nous avons abordé le cas de celui qui est hébergé chez un ami durant H’anouka, et qui n’a personne qui allume pour lui à son foyer, par exemple, lorsqu’il n’a pas de famille, ou que sa ......

Lire la Halacha

Conséquence du miracle de H‘anouka sur nous même

Nous avons déjà développé la définition du Miracle de ‘Hanouka, qu’Hachem a réalisé avec nos ancêtres, en les sauvant de l’assimilation des maudits grecs, et en donnant la victoire militaire aux H’achmonaïm Suite &a......

Lire la Halacha

Se laver les mains après une coupe de cheveux

Question: Y a-t-il une obligation de se laver les mains après une coupe de cheveux ou après s’être rasé la barbe? Réponse: Nos maîtres expliquent les différentes situations après lesquelles on doit se laver les mains. MARAN écrit......

Lire la Halacha

« ‘Al Ha-Nissim »

L’obligation de mentionner le passage de « ‘Al Ha-Nissim » Lors de la prière de ‘Arvit du soir de H’anouka (cette année 5782, à partir de ce soir dimanche 28 novembre), on dit le passage de « ‘Al Ha-Nissim » dans la ‘A......

Lire la Halacha