Halacha pour dimanche 9 Adar 5784 18 février 2024

La Halacha est dédiée
Pour la guérison totale de Gabriel Ben Sultana (Teboul), Max Mordé'haï Ben Oraïda (Mimouni) parmi tous les malades d'Israël

Accompagner pendant Chabbat une femme sur le point d’accoucher

Question : Lorsqu’on doit appeler une ambulance pendant Chabbat pour emmener à l’hôpital une femme sur le point d’accoucher, est-il permis au mari de se joindre à elle dans l’ambulance pour l’accompagner à l’hôpital ?

Réponse : Il est enseigné dans une Michna du traité Chabbat (128b) :
On soutient et on accouche une femme pendant Chabbat. On profane pour elle le Chabbat.
La Guémara cite sur place les propos de la Baraïta suivante :
« Nos maîtres enseignent : Si la femme a besoin d’une lumière, son amie lui allumera une lumière. »
Cela signifie que si la femme sur le point d’accoucher réclame une lumière, il faut lui allumer une lumière pendant Chabbat, car cette femme se trouve en danger, et nous devons profaner Chabbat pour lui porter secours.
On fait remarquer dans la Guémara : « C’est évident ! » C'est-à-dire : Quelle nouveauté y a-t-il dans cet enseignement (lui allumer une lumière) ?! Il est évident que l’on doit profaner le Chabbat pour une femme sur le point d’accoucher, comme l’enseigne la Michna initialement citée !
La Guémara répond : Il s’agit d’une femme non-voyante, qui n’a pas d’utilité de la lumière, mais elle réclame malgré tout une lumière afin que s’il se passe quelque chose, son amie pourra voir correctement et lui apporter son aide. C’est pourquoi, il faut allumer la lumière « afin d’apaiser l’esprit de la femme », pour qu’elle soit dans le calme lorsqu’elle affronte le danger.

C’est à partir de là que le Gaon auteur du ‘Hazon Ich (dans ses lettres vol.1 chap.141) déduit qu’il faut encourager la personne qui accompagne la femme sur le point d’accoucher, de se joindre à elle pendant le déplacement à l’hôpital pendant Chabbat, car il est certain que l’esprit de la femme n’est pas apaisé, et qu’elle est susceptible de se mettre en danger par la pression morale du fait d’être seule. C’est pourquoi, il faut se joindre à elle pendant le trajet vers l’hôpital et ne pas la laisser partir seule. (De même, pour cette même raison, il est permis d’administrer une injection de Péridurale à une femme sur le point d’accoucher pendant Chabbat, afin d’apaiser son esprit. ‘Hazon Ovadia-Chabbat vol.3 page 322).

Le livre Or Lé-Tsion vol.2 (page 262) rapporte au nom du Gaon Rabbi Ben Tsion ABBA CHAOUL z.ts.l que dans le cas où la femme garde le silence et ne réclame pas une présence avec elle lors du trajet vers l’hôpital, il est interdit dans ce cas de se joindre à elle. Ce n’est que dans le cas où elle le réclame qu’il est permis de l’accompagner, afin de l’apaiser.

Cependant, dans son livre Chou’t Yabiya’ Omer (vol.9 page 167), ainsi que dans son livre ‘Hazon Ovadia-Chabbat (vol.3 page 320), notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l réfute les propos du Gaon Rabbi Ben Tsion ABBA CHAOUL sur ce point, car il est à craindre que si la femme ne réclame pas une présence auprès d’elle lors du trajet vers l’hôpital, ce n’est que parce qu’elle ne désire pas causer à d’autres personnes de profaner le Chabbat en se joignant à elle, car elle ne sait pas que c’est permis selon la Halacha afin de l’apaiser.

Par conséquent, même si la femme ne réclame pas de présence auprès d’elle lors du trajet vers l’hôpital, il faut malgré tout se joindre à elle. Ce n’est que lorsqu’elle dit explicitement qu’il n’y a pas d’utilité à se joindre à elle, et que l’on peut constater qu’elle est calme et apaisée et qu’elle n’a pas d’utilité de cet accompagnement, dans ce cas on l’écoute et on ne profane pas le Chabbat en se joignant à elle lors du trajet vers l’hôpital.

En conclusion : Lorsqu’une femme est sur le point d’accoucher, et qu’elle doit se déplacer en ambulance pendant Chabbat pour aller accoucher, son mari ou un autre membre de la famille doit se joindre à elle pendant le trajet. Même si elle ne réclame pas explicitement un accompagnement, il faut malgré tout se joindre à elle.

On raconte au sujet de la Rabbanit Margalite z’’l, l’épouse de notre maître le Rav Ovadia  YOSSEF z.ts.l, qu’un jour de Chabbat lorsqu’ils habitaient la ville de Péta’h Tikva, la Rabbanit eut les premières douleurs de l’accouchement de son fils (le Gaon Rabbi David YOSSEF Chlita). Notre maître le Rav z.ts.l sortit et alla trouver les voisins en leur demandant s’ils pouvaient les emmener lui et la Rabbanit à l’hôpital en voiture. Mais les voisins - qui n’étaient pas observants de la Torah – lui répondirent : « Vous les religieux vous êtes comme ça ! Quand ça vous arrange, vous montez en voiture pendant Chabbat ! » La Rabbanit entendit la réaction des voisins et appela son mari en lui disant : « Je peux faire une partie du chemin à pied, pour ne pas que l’on dise que le Rav monte en voiture pendant Chabbat, ensuite on montera en voiture. » Et ainsi la Rabbanit marcha peu à peu, en disant chaque fois qu’elle pouvait encore continuer un petit peu avant de monter en voiture, jusqu’à ce qu’elle arriva à pied jusqu’à l’hôpital et mit au monde un enfant en bonne santé Barou’h Hachem !

8 Halachot Les plus populaires

Vaygach

Nous sommes aujourd’hui à la date du 10 Tévet, jour de jeûne public pour tout le peuple d’Israël. Vous pouvez consulter les règles relatives à un jour de jeûne ici, dans une Halacha antérieure consacrée au jeûne du 17 Ta......

Lire la Halacha

Vay’hi – La force d’une bonne parole

Commentaires rédigés pour Halacha Yomit par le Gaon Rabbi Zévadya COHEN Chlita, chef de tous les tribunaux rabbiniques de Tel Aviv Dans notre Paracha, Ya’akov Avinou rassemble ses enfants auprès de lui et les bénit avant de quitter ce monde, comme il est ......

Lire la Halacha

Des pains « ‘Halavi » (pétris avec du lait)

Il est expliqué dans la Guémara Péssa’him (36a) que nos maitres ont interdit de pétrir une pâte avec du lait, car il est à craindre que l’on ne porte pas attention à cela et que l’on en vienne à consommer ce pain avec de la via......

Lire la Halacha

« Rétsé » dans le Birkat Ha-Mazon du Chabbat

Dans le Birkat Ha-Mazon du Chabbat, avant la bénédiction de « Boné Yérouchalaïm » (Vétivné), il faut ajouter le passage de « Rétsé Véhah’alitsénou », comme imprimé dans les rituels de pri&......

Lire la Halacha


Michpatim

Commentaires rédigés par le Gaon Rabbi Ya’akov SASSON Chlita, directeur de notre site Halacha Yomit, et digne petit-fils de notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l Il est dit dans notre Paracha : « Or, j'enverrai devant toi un ange, chargé de veiller......

Lire la Halacha

Térouma

Entre Moché et Bétsla’el Commentaires rédigés par le Gaon Rabbi Zévadia COHEN Chlita, Chef des tribunaux rabbiniques de Tel Aviv, pour Halacha Yomit Cette semaine, nous lirons dans notre Paracha la contribution matérielle des Béné I......

Lire la Halacha

S’assoir sur de la nourriture

Question : Est-il vrai qu’il est interdit de s’assoir sur une caisse contenant de la boisson ou de la nourriture ? Réponse : Il est expliqué dans le traité Béra’hot (50b) qu’il est interdit de se comporter de façon humiliante envers de la......

Lire la Halacha

Mikets - « Un homme intelligent et sage »  - Histoire au sujet de Rabbi Avraham Ibn ‘EZRA

Commentaires rédigés par le Gaon Rabbi Zévadya COHEN Chlita, chef de tous les tribunaux rabbiniques de Tel Aviv, pour Halacha Yomit Notre Paracha nous relate les rêves de Pharaon ainsi que leurs interprétations données par Yossef Ha-Tsaddik, qui eut le m&......

Lire la Halacha