Halacha pour jeudi 26 Sivan 5780 18 juin 2020

Marcher dans l’herbe ou utiliser un arbre pendant Chabbat

Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué que l’une des activités interdites pendant Chabbat est celle de « Kotser » qui consiste à cueillir, arracher, moissonner etc.… Cette interdiction inclue toute action qui consiste à arracher une chose attachée à la terre, aussi bien lorsqu’il s’agit de moissonner de la récolte comme du blé ou de l’orge, aussi bien lorsqu’il s’agit de cueillir ou d’arracher n’importe quoi d’autre rattaché à la terre.

L’interdiction de grimper à un arbre pendant Chabbat 
Dans la Guémara ‘Erouvin (100a), nos maitres promulguent un décret selon lequel, il est interdit de grimper à un arbre pendant Chabbat, par crainte d’arracher - par erreur – une branche de l’arbre, et transgresser par cela, l’interdit de Kotser. Il n’y a aucune différence entre un arbre encore « vivant » (frais) ou « mort » (asséché), car nos maitres ont interdit dans tous les cas de grimper à un arbre pendant Chabbat. De même, nos maitres ont également interdit de se servir de l’arbre lui-même, par exemple en accrochant un vêtement sur l’une des branches de l’arbre, tout ceci reste interdit par nos maitres pendant Chabbat.
Par conséquent, une personne qui a - malgré tout - grimpé à un arbre pendant Chabbat, n’a pas le droit d’en redescendre jusqu’à la sortie de Chabbat, excepté le cas où cette personne a agit involontairement et sans penser véritablement à enfreindre l’interdit de nos maitres, où dans ce cas là, la personne est autorisée à redescendre, même pendant Chabbat.

Marcher sur de l’herbe pendant Chabbat 
A la lueur de tout cela, il devrait être – apparemment – interdit de marcher sur de l’herbe pendant Chabbat, car cela peut s’assimiler à grimper à un arbre pendant Chabbat. Cependant, du point de vue du décret de nos maitres de ne pas se servir de l’arbre, il n’y a pas de crainte à marcher sur de l’herbe pendant Chabbat, car l’herbe n’est pas considérée comme un arbre, et fait partie de la catégorie des légumes et non de celle des arbres. Le fait de marcher sur de l’herbe, ou de s’asseoir sur de l’herbe, n’est donc pas inclus dans le décret de nos maitres de ne pas se servir de l’arbre pendant Chabbat.

Mais pourtant, il reste un autre point de vue selon lequel, marcher sur de l’herbe pendant Chabbat, représenterait un interdit, car le fait de marcher provoque l’arrachage des herbes du sol, et entraîne la transgression de l’interdit de Kotser.

Cependant, dans la Guémara ‘Erouvin (même référence), on tranche la Hala’ha selon laquelle, il est permis de marcher sur de l’herbe pendant Chabbat, puisque lorsqu’une personne marche sur de l’herbe, elle n’a pas l’intention particulière d’arracher quoi que ce soit (et ne désire pas particulièrement que l’herbe soit arrachée). Et bien qu’il soit interdit de réaliser une activité interdite pendant Chabbat, même lorsqu’on n’a aucune intention de transgresser l’interdit, ni même aucun désir de cet interdit, malgré tout, cette règle n’est vraie que lorsqu’il y a une certitude que l’activité interdite par la Torah va se réaliser.
Mais par contre, le fait de marcher sur de l’herbe - où il n’y a aucune certitude qu’à chaque pas, la personne va arracher de l’herbe – reste permis pendant Chabbat, car on n’a aucune intention particulière d’arracher de l’herbe, et il n’y a aucune certitude que cela se produira. Et même si l’on a la certitude qu’une importante marche arrachera forcément de l’herbe, malgré tout, puisque cette certitude n’existe pas pour chaque pas précis, la chose reste permise lorsqu’on n’a pas l’intention de le faire.

Le Gaon auteur du Michna Béroura fait remarquer que lorsque les herbes sont très hautes, il faut veiller à ne pas courir en les traversant pendant Chabbat, car dans ce cas là, il est certain que l’on provoquera l’arrachage d’herbes du sol.
Il ajoute qu’il est peut être souhaitable de ne pas marcher de façon rapide dans de telles hautes herbes.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

ESTA PERMITIDO CONSUMIR PESCADO CON LECHE?

Estudiamos en el Talmud, tratado de Hulin 103b, se prohíbe cocinar carnes con leche, a excepción de la carne de pescado y de langosta. Observamos entonces que, de acuerdo a la legislación talmúdica no se incluye en la prohibición de consumir o cocinar carne con lec......

Lire la Halacha

DIEZMO MONETARIO PARA LOS HIJOS

Pregunta: Las personas que suelen separar de sus ingresos mensuales el diezmo monetario ¿pueden destinar el mismo a la educación y demás necesidades de los hijos que de él dependen? Respuesta: Como hemos visto anteriormente, es una obligación para cada jud&iacut......

Lire la Halacha

RESTAURANTES KOSHER CON COCINEROS GENTILES

Según vimos en las entregas anteriores, no se debe comer alimentos cocinados por los gentiles, por lo tanto no se puede comer en los restaurants en los que cocinan cocineros gentiles a menos que cuenten con una supervisión Kosher de alguna entidad rabínica autorizada. General......

Lire la Halacha

BENDICIONES SOBRE ALIMENTOS EN LA NOCHE DE SHABUOT

Como vimos en la entrega anterior, es costumbre permanecer despiertos la noche de Shabuot y dedicar la misma al estudio de Tora. Asimismo escribimos que esta noche es preciso leer el “Tikun” correspondiente el cual, según los maestros de Cabalá posee gran importancia, y ......

Lire la Halacha


CARIDAD Y DIEZMO MONETARIO

Atendiendo la inquietud de numerosos lectores nos explayaremos sobre el tema de la Tzedaka –caridad- y el diezmo monetario. Pregunta: Qué cantidad se le debe dar a un pobre? Es preciso darle la cantidad de comida que necesita para reanimarse o se le debe dar todo lo que necesita? ......

Lire la Halacha

LA CARIDAD

Escribe el Tur, que es un precepto positivo que rige para cada individuo de Israel ayudar monetariamente a los necesitados, tzedaka; asimismo, existe una trasgresión para aquellos que evitan dar caridad, como está escrito en el versículo: No endurezcas su corazón y no cie......

Lire la Halacha

EL MÉRITO DE DAR CARIDAD

En la entrega anterior citamos la postura del profeta Jeremías, quien le oró a D-os que cuando personas inicuas intenten dar caridad, les presente individuos indignos para que de esa forma pierdan el mérito que dicho precepto supone. Por otro lado, las personas realmente meri......

Lire la Halacha

CARIDAD CON PERSONAS NO DIGNAS

Ya hemos visto varios principios del precepto de la Tzedaka. A Continuación, debemos aclarar que aquellas personas que trasgreden algún precepto de la Torá en forma consciente y voluntaria, no son dignos receptores de la Tzedaka. Por ej. personas que, a sabiendas de la prohib......

Lire la Halacha