Halacha pour mardi 3 Kislev 5778 21 novembre 2017

Pour la guérison totale de:
Jean-Luc Chélomo Ben Zéhira (Azoulay)
Yossef Avraham ‘Haïm Ben Frédérique Léa (Arfi)
Charles Chalom ben Sultana (Nakache)
Noa’am Avraham Chimchon ben Dalia (Ouaknin)
Ariella Téhila Bat Aviva Myriam
Parmis tous les malades d’Israël  

Pour l’élévation de l’âme de:
Mordé’haï (Ma’ha) Ben Avraham (SELLAM) z’’l
Gilbert Sassi Ben Yéhouda (Hadjadj) z’’l

La règle des bénédictions relatives aux parfums – « Toute l’âme glorifiera Hachem »

Il est enseigné dans la Guémara Béra’hot (35a):
« Toute personne qui tire satisfaction de ce monde-ci sans réciter de bénédiction, est considéré comme ayant volé le sacré (les possessions du Beit Ha-Mikdach). »
Nous avons déjà mentionné longuement les propos de cette Guémara.
Cela signifie que lorsqu’on consomme sans réciter de bénédiction, on transgresse non seulement l’interdiction de ne pas réciter de bénédiction, mais l’interdiction est d’autant plus grave puisqu’on est considéré comme ayant volé les possessions sacrées, car l’univers entier appartient à Hachem.

Il n’y a pas de vol qualifié lorsqu’il s’agit d’une bonne odeur
Nos maîtres enseignent (dans une Baraïta citée dans la Guémara Péssah’im 26a):
« Pour le son, l’aspect et l’odeur, il n’y a pas de condamnation à titre de vol du sacré ».
C'est-à-dire: Une personne qui sentirait (illégalement) le parfum produit par la Kétoret (l’encense que l’on brulait dans le Beit Ha-Mikdach), n’est pas punie à titre de vol sur les possessions sacrées du Beit Ha-Mikdach, bien qu’elle ait transgressé un interdit, car le fait de sentir ou bien de voir ou d’entendre, ne sont pas réellement des satisfactions concrètes, au point de considérer celui qui en tire profit comme un voleur.

Nous pourrions apparemment en déduire que la personne qui tire profit d’un parfum sans réciter au préalable la bénédiction relative à ce parfum, ne serait pas considérée comme ayant volé les possessions sacrées, car l’odeur n’est pas considérée comme du vol. On ne devrait donc pas lui imposer de bénédiction pour la satisfaction du parfum.

« Toute l’âme glorifiera Hachem »
C’est pour cela que la Guémara Béra’hot (43b) doit rechercher une autre source pour justifier l’obligation de réciter la bénédiction sur le parfum. Rav dit que nous apprenons cette obligation à travers un verset des Téhilim (150):
« Toute l’âme glorifiera Hachem … » Quelle est la chose qui profite à l’âme et non au corps ? C’est l’odeur.
Cela signifie que la satisfaction produite par l’odeur n’est pas réellement physique comme la satisfaction de la nourriture, mais elle possède plutôt un aspect très fin de spiritualité, dont l’âme tire profit. C’est donc à travers ce verset des Téhilim que nous apprenons l’obligation de réciter la bénédiction sur la satisfaction d’une bonne odeur.

Comment récitons-nous la bénédiction sur une bonne odeur?
S’il s’agit d’un parfum produit par un arbre (comme les clous de girofles), on récite avant de respirer : « Barouh’ Ata A.D.O.N.A.Ï. Elo-hénou Méleh’ Ha’olam Boré ‘Atsé Béssamim ».
S’il s’agit d’un parfum produit par une plante (comme des feuilles de menthe – « Na’na’ »), on récitera : « Barouh’ Ata A.D.O.N.A.Ï. Elo-hénou Méleh’ Ha’olam Boré ‘Isbé Béssamim ».
S’il s’agit d’un parfum produit par un fruit comestible (comme un Etrog), on récitera : Barouh’ Ata A.D.O.N.A.Ï. Elo-hénou Méleh’ Ha’olam Ha-Noten Réyah’ Tov Ba-Pérot ».

Léh’atéh’ila (à priori), nous devons réciter la bénédiction correspondante à chaque espèce, « Boré ‘Atsé Béssamim », « Boré ‘Isbé Béssamim » et « Ha-Noten Réyah’ Tov Ba-Pérot ».
Mais Bédi’avad (à postériori), si l’on a récité sur une chose produisant une bonne odeur la bénédiction : « Barouh’ Ata A.D.O.N.A.Ï. Elo-hénou Méleh’ Ha’olam Boré Miné Béssamim » (« qui crée différentes espèces de parfums »), on est quitte de son devoir, car toutes les espèces produisant des parfums sont inclus dans cette bénédiction.
Il est existe des choses pour lesquelles nous avons le doute quelle bénédiction faut-il réciter, il faut donc réciter sur ces choses « Boré Miné Béssamim » (Choulh’an ‘Arouh’ chap.216), comme nous l’expliquerons avec l’aide d’Hachem.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Règles relatives au jour du 9 Av

Le jour de Tich’a Be-Av (le jeûne du 9 Av), 5 interdits sont en vigueur: Manger et boire; Se laver; S’enduire (le corps avec de l’huile ou de la crème corporelle) ; Porter des chaussures en cuir ; Pratiquer l’intimité conjugale De même, il est inte......

Lire la Halacha

Havdala le samedi soir où tombe le 9 Av – Règle pour un malade qui mange le jour du 9 Av

Pour une année où le 9 Av tombe un samedi soir – comme cette année 5782 – nos maitres les Richonim (décisionnaires de l’époque médiévale) débattent afin de définir comment faut-il procéder en ce qui concerne la H......

Lire la Halacha

Consommation de viande après Roch H’odech AV

Il est expliqué dans une Michna de Ta’anit (26b) qu’il est interdit par décret de nos maîtres de consommer de la viande et du vin, la veille de Tich’a Beav (la veille du jeune du 9 Av) lors de la Séouda Ha-Mafsekete (le dernier repas avant le début......

Lire la Halacha

Les personnes soumises et exemptes du jeûne du 9 Av, ainsi que les règles du 9 AV cette année

Un malade sans danger; une personne âgée; une femme accouchée Un malade (véritablement malade, qui est alité ou autre, même s’il n’est pas en danger) est exempt de jeûner le 9 Av. Dans le cas d’un doute, il faut consulter une autorit&e......

Lire la Halacha


Séouda Mafseket (repas avant le jeûne) cette année (5782)

La veille du 9 Av, nos maîtres ont interdit (selon le strict Din et non selon la tradition) de consommer de la viande et du vin lors de Séouda Hamafseket (le repas que nous prenons avant le début du jeûne, après la moitié de la journée). De même, ......

Lire la Halacha

« Dès le début du mois de Av, nous diminuons la joie » - Année 5782

Ce vendredi, tombe – avec l’aide d’Hachem – le jour de Roch ‘Hodech Mena’hem Av, et la semaine prochaine - Chabbat prochain - tombe le 9 Av, mais puisqu’il est interdit de jeûner le jour du Chabbat (excepté Yom Kippour), le jeûne est repor......

Lire la Halacha

Le jeûne du 17 Tamouz

Aujourd’hui dimanche est observé le jeûne du 17 Tamouz. Le 17 Tamouz est tombé hier Chabbat, mais en raison de la sainteté du Chabbat, le jeûne a été repoussé à aujourd’hui, conformément à la Halacha.  ......

Lire la Halacha

Règles relatives à la sortie du jeûne du 9 Av, et au 10 Av cette année (5782)

Aujourd’hui dimanche, nous observons le jeûne du 9 Av dont la date était hier, et en raison de la sainteté du Chabbat, le jeûne a été reporté à aujourd’hui. La sortie des étoiles – Nétilatt Yadaïm Apr&egra......

Lire la Halacha