Halacha pour jeudi 13 Tishrei 5781 1 octobre 2020

Pour l'élévation des âmes de:
Désiré Ya’akov Ben Sa’ida BENSOUSSAN z’’l anciennement de Lyon 
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Odelia Bat Esther (DRAY, fille de Mme Marciano z’’l de Lyon)
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l
Dan Shlomo Ben Joël Yossef z’’l
Rabbi Its’hak Ben Yehouda (Rabbin Elhadad de Lyon) z’’l
Mme Frewa’h Bat ‘Hanna (Bensaid de Lyon) z’’l 
Richard Amram ben Chélomo AMAR z’’l de Lyon

Pour la guérison totale et rapide de:
Betty Rivka Bat Sultana
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (Benadiba) de Lyon
Alain Moché Ben Myriam (Steboun) de Lyon
parmi tous les malades d'Israël Amen.

L’obligation de manger dans la Souccah – Le Corona

Un repas régulier
Pendant les jours de la fêtes de Souccot – aussi bien la journée que la nuit – il est interdit de consommer un « repas régulier » (Se’oudat Kéva’) en dehors de la Souccah.
La mesure d’un « repas régulier » (c'est-à-dire, la quantité de nourriture à partir de laquelle on considère le repas comme « régulier ») correspond à plus de Kabétsa de pain, c'est-à-dire plus de 60 g de pain environ (plus précisément plus de 54 g). Lorsqu’on consomme cette quantité, on doit réciter la bénédiction de « Léshev Ba-Souccah », mais lorsqu’il s’agit d’une quantité inférieure à cela, il est permis de la consommer en dehors de la Souccah.
C’est pourquoi, même si l’on consomme une quantité de pain inférieure à Kabétsa à l’intérieur de la Souccah, on ne récite pas la bénédiction de Léshev Ba-Souccah sur une telle consommation.

Consommation de pâtisseries
Si l’on consomme une pâtisserie en quantité de plus de Kabétsa, c'est-à-dire plus de 54 g de pâtisserie, est tenu de consommer dans la Souccah, mais ne récite pas la bénédiction de « Léshev Ba-Souccah » car il existe une Mah’loket (une divergence d’opinion Halah’ique) parmi les Poskim (décisionnaires) afin de définir si la pâtisserie a le statut de pain ou pas.
A cause du doute, il ne faut pas réciter la bénédiction de « Léshev Ba-Souccah » sur une consommation de pâtisserie dans la Souccah, car nous avons un grand principe : « Safèk Bérah’ot Léhakèl » (« Lors d’un doute sur une bénédiction, nous ne la récitons pas »), comme nous l’avons déjà expliqué à diverses occasions.
Mais si l’on consomme une grande quantité de pâtisserie, en quantité équivalente à celle d’un repas, qui correspond à la quantité de 3 œufs (environ 162 g), il faut réciter la bénédiction de « Léshev Ba-Souccah », et si l’on consomme une mesure de 216 g de pâtisserie il faudra – dans ces conditions – réciter également la bénédiction de « Ha-Motsi Leh’em Min Haaretz » sur la pâtisserie, et procéder au préalable à Nétilat Yadaïm (ablution des mains), exactement comme celui qui consomme véritablement du pain.
Les communautés Ashkénazes ont diverses coutumes sur ces points là, et il nous sera difficile de les détailler ici.

La règle pour les femmes
Les femmes sont exemptes de la Souccah, comme elles sont exemptes de la plupart des Mitsvot positives s’accomplissant par l’action (Koum ‘Assé).
Mais elles ne sont pas exemptées des Mitsvot qui s’accomplissent par l’inaction, ou « Shèv Véal Ta’assé ») lorsque ces Mitsvot sont liées au temps.
Or, la Mitsva de Souccah s’accomplie par l’action et elle est aussi liée au temps (les jours de la fête de Souccot). Par conséquent, les femmes sont exemptes de cette Mitsva.
Cependant, si elles mangent dans la Souccah, il est certain qu’elles ont une récompense sur cela, et cette Mitsva est propice à les protéger de tout mal, mais elles n’ont pas le droit de réciter la bénédiction de « Léshev Ba-Souccah ». Cependant, selon la tradition de nombreux Ashkénazim, les femmes récitent la bénédiction même sur des Mitsvot desquelles elles sont exemptes, comme la Mitsva de Loulav, ou la récitation du Halel, ou la lecture du Chéma’, ou autre.
C’est pourquoi, selon leur tradition, elles récitent également la bénédiction lorsqu’elles siègent dans la Souccah, comme nous l’avons déjà mentionné à divers endroits.

Quelqu’un privé de Soukka à cause du Corona
Les endroits où il n’y a pas de possibilité pour chacun de construire sa propre Soukka, et où l’on a l’usage de construire une Soukka à la synagogue, et cette année en raison du Corona ces gens ne pourront probablement pas se rendre à la Soukka de la synagogue, de ce fait ils sont exempts de la Soukka.
Il est vrai qu’une telle chose arriva à notre maitre le Rav z.ts.l (lorsqu’il séjournait en Egypte en 5709-1949, comme nous l’avons écrit dans le Livre Avir Ha-Ro’im vol.3, puisse Hachem nous donner le mérite de le publier prochainement), et notre maitre le Rav z.ts.l se priva de consommer des aliments du Dagan (pain, pâtisseries pates etc …) durant toute la fête de Soukkot, et sa digne épouse la Rabbanit z’’l lui préparait uniquement des plats de riz ou de pommes de terre.
Malgré tout, selon le stricte Din, ces gens sont totalement exempts de la Soukka et sont autorisés à consommer chez eux.

En conclusion: Il est interdit de consommer en dehors de la Souccah un repas accompagné de pain, lorsqu’on mange plus de Kabétsa de pain (plus de 54 g de pain).
Lorsqu’on mange cette quantité de pain dans la Souccah, il faut réciter – avant de manger- la bénédiction de « Léshev Ba-Souccah ».
De même, celui qui mange une pâtisserie en cette quantité (54 g), est tenu de manger dans la Souccah, mais on ne doit pas réciter la bénédiction de « Léshev Ba-Souccah » sur la consommation d’une pâtisserie dans la Souccah, sauf si l’on en consomme une quantité de 162 g, où dans ces conditions, on doit réciter la bénédiction de « Léshev Ba-Souccah ».
Les femmes ne sont pas tenues de siéger dans la Souccah, et si elles se l’imposent, elles ont une grande récompense. Cependant, elles ne doivent surtout pas réciter la bénédiction de « Léshev Ba-Souccah » car elles ne sont pas soumises à cette Mitsva selon le Din.

Un homme qui n’a absolument pas la possibilité de consommer dans une Soukka, est exempt de la Soukka.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

La tradition du Tikoun de Chavou’ot (veillée de Chavou’ot)

La tradition est répandue au sein de toutes les communautés d’Israël de rester éveillés durant la nuit de Chavou’ot et d’étudier la Torah jusqu’à l’aube, comme il est écrit dans le Zohar Ha-Kadoch: Les premiers &lsq......

Lire la Halacha

Bénédictions alimentaires et lecture du Chéma’ la nuit de Chavou’ot

Dans la précédente Halacha, nous avons fais mention de la tradition de la veillée de Chavou’ot, durant laquelle nous restons éveillés pour étudier la Torah. Lecture du « Tikkoun » imprimé dans le livre « Kérié ......

Lire la Halacha

Multiplier constamment les demandes personnelles – Une étincelle d’esprit prophétique

Question: Est-il correct de renouveler la même demande en insistant auprès d’Hachem, en le suppliant pour la même chose chaque jour, ou bien faut-il cesser de demander cette chose si l’on voit que l’on n’est pas exaucé? Réponse: Il est ense......

Lire la Halacha

La lecture du Chéma’ du coucher pour les femmes, ainsi qu’après ‘Hatsot (après le milieu de la nuit)

Dans la Halacha précédente, nous avons expliqué que le soir, avant de se coucher, il faut réciter le Chéma’, précédé de la bénédiction de Hamapil, et que cette bénédiction, comme toutes les bénédi......

Lire la Halacha


Se promener avec un chien pendant Chabbat

Question: Lorsqu’on possède un chien destiné à la distraction ou bien un chien guide-aveugle, est-il permis de le déplacer pendant Chabbat? De même, est-il permis de sortir dans les rues avec un tel chien? Réponse: Nous avons déjà expli......

Lire la Halacha

Lire le Chéma’ au coucher

Question: Y a-t-il une obligation de lire le Chéma’ avant d’aller dormir? Dans les Siddourim (les livres de prières), le Chéma’ du coucher est précédé de la bénédiction de « Hamapil », doit-on la r&eacut......

Lire la Halacha

Tsédaka pour une guérison

Question: Est-il permis d’offrir une somme d’argent à la Tsédaka, pour la guérison d’une personne, ou pour toute autre demande, ou bien il n’est pas convenable d’agir ainsi puisque l’action n’est pas réalisée « L&eacu......

Lire la Halacha

La répétition de la ‘Amida

Une fois que chacun a récité sa ‘Amida à voix basse, nos maîtres ont instauré que le ‘Hazzan (l’officiant) répète la ‘Amida à haute voix, afin d’acquitter les éventuelles personnes qui ne sauraient pas prier.......

Lire la Halacha