Halacha pour lundi 24 Tishrei 5781 12 octobre 2020

Pour l'élévation des âmes de:
Désiré Ya’akov Ben Sa’ida BENSOUSSAN z’’l anciennement de Lyon 
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Odelia Bat Esther (DRAY, fille de Mme Marciano z’’l de Lyon)
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l
Dan Shlomo Ben Joël Yossef z’’l
Rabbi Its’hak Ben Yehouda (Rabbin Elhadad de Lyon) z’’l
Mme Frewa’h Bat ‘Hanna (Bensaid de Lyon) z’’l 
Richard Amram ben Chélomo AMAR z’’l de Lyon

Pour la guérison totale et rapide de:
Betty Rivka Bat Sultana
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (Benadiba) de Lyon
Alain Moché Ben Myriam (Steboun) de Lyon
parmi tous les malades d'Israël Amen.

« Machiv Ha-Rouah’ Ou-Morid Ha-Guechem »

On commence à mentionner la formule de « Machiv HaRouah’ »
« Machiv HaRouah’ OuMorid HaGuechem » (« qui fait souffler le vent et descendre la pluie ») est une formule de louange à Hachem que l’on dit durant l’hiver dans la ‘Amida, dans la bénédiction de « Méh’ayé HaMétim », comme l’indiquent tous les rituels de prières.   
On  commence à mentionner cette formule à partir de la prière de Moussaf de Chémini ‘Atseret. 
Cette formule ne constitue pas une demande des pluies, mais uniquement une louange à Hashem, qui fait souffler le vent et fait tomber la pluie avec puissance.
C'est pourquoi cette mention est nommée « Puissances des pluies ».

Mais la demande de la rosée et de la pluie, qui est contenue dans la « bénédiction des années » (Bareh’ Alenou ou Bareh’enou), constitue une réelle demande auprès d’Hachem afin qu’Il nous donne la pluie.
Il existe plusieurs différences entre la mention de « Machiv HaRouah’ » et la véritable demande des pluies exprimée dans la bénédiction de « Bareh’ ‘Alénou ».
La première de ces différences est le fait que nous commençons à mentionner Machiv HaRouah’ dès l’office de Moussaf de Chémini ‘Atseret, alors que la demande des pluies exprimée par la bénédiction de Bareh’ ‘Alénou ne débute qu’au soir du 7 Mar Heshvan (en Israël), comme nous l’expliquerons dans les prochaines Halachott.HHhHHH

Pourquoi mentionne-t-on Machiv HaRouah’ dans la bénédiction de « Méh’ayé HaMétim » ?
Il est enseigné dans la Guemara (Berah’ot 33a) que l’on mentionne « les puissances des pluies » (« Machiv HaRouah’ OuMorid Ha-Guechem ») dans la bénédiction de « Ata Guibor », car c’est la bénédiction de la Résurrection des Morts, et puisque la pluie a été mise au même niveau que la Résurrection des Morts, nos maîtres ont fixés sa mention dans cette bénédiction.
La demande des pluies (Bareh’ Alenou) a été fixée dans « la bénédiction des années » car c’est la bénédiction de la Parnassa (la subsistance matérielle), et la pluie est aussi considérée comme une Parnassa pour le monde.

Lorsqu’on a oublié de mentionner « Machiv HaRouah’ OuMorid HaGuechem »
Selon l’usage des Séfaradim et de certaines communautés Ashkénazes, on dit « Morid HaTal » pendant l’été dans la bénédiction de « Ata Guibor ».
Selon cet usage, si l’on a oublié de dire Machiv HaRouah’ en hiver, et que l’on a dit Morid HaTal, si l’on a déjà conclu la bénédiction de Meh’ayé HaMetim, on ne revient pas en arrière.
Mais si l’on n’a mentionné ni Machiv HaRouah’, ni Morid HaTal (comme l’usage de certains Ashkénazim pendant l’été), si l’on n’a pas encore entamé la bénédiction de Ata Kadoch, on dira Machiv HaRouah’ entre Meh’ayé HaMetim et Ata Kadoch, mais si l’on a déjà entamé la bénédiction de Ata Kadoch, il n’y a pas d’autre solution que de reprendre la Amida depuis le début.

Mais comme nous l’avons précisé, nous qui avons l’usage de mentionner Morid HaTal en été, si l’on a dit par erreur Morid HaTal en hiver sans avoir mentionné Machiv HaRouah’, on ne recommence pas la Amida.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

La tradition du Tikoun de Chavou’ot (veillée de Chavou’ot)

La tradition est répandue au sein de toutes les communautés d’Israël de rester éveillés durant la nuit de Chavou’ot et d’étudier la Torah jusqu’à l’aube, comme il est écrit dans le Zohar Ha-Kadoch: Les premiers &lsq......

Lire la Halacha

Bénédictions alimentaires et lecture du Chéma’ la nuit de Chavou’ot

Dans la précédente Halacha, nous avons fais mention de la tradition de la veillée de Chavou’ot, durant laquelle nous restons éveillés pour étudier la Torah. Lecture du « Tikkoun » imprimé dans le livre « Kérié ......

Lire la Halacha

Multiplier constamment les demandes personnelles – Une étincelle d’esprit prophétique

Question: Est-il correct de renouveler la même demande en insistant auprès d’Hachem, en le suppliant pour la même chose chaque jour, ou bien faut-il cesser de demander cette chose si l’on voit que l’on n’est pas exaucé? Réponse: Il est ense......

Lire la Halacha

La lecture du Chéma’ du coucher pour les femmes, ainsi qu’après ‘Hatsot (après le milieu de la nuit)

Dans la Halacha précédente, nous avons expliqué que le soir, avant de se coucher, il faut réciter le Chéma’, précédé de la bénédiction de Hamapil, et que cette bénédiction, comme toutes les bénédi......

Lire la Halacha


Se promener avec un chien pendant Chabbat

Question: Lorsqu’on possède un chien destiné à la distraction ou bien un chien guide-aveugle, est-il permis de le déplacer pendant Chabbat? De même, est-il permis de sortir dans les rues avec un tel chien? Réponse: Nous avons déjà expli......

Lire la Halacha

Lire le Chéma’ au coucher

Question: Y a-t-il une obligation de lire le Chéma’ avant d’aller dormir? Dans les Siddourim (les livres de prières), le Chéma’ du coucher est précédé de la bénédiction de « Hamapil », doit-on la r&eacut......

Lire la Halacha

Tsédaka pour une guérison

Question: Est-il permis d’offrir une somme d’argent à la Tsédaka, pour la guérison d’une personne, ou pour toute autre demande, ou bien il n’est pas convenable d’agir ainsi puisque l’action n’est pas réalisée « L&eacu......

Lire la Halacha

La répétition de la ‘Amida

Une fois que chacun a récité sa ‘Amida à voix basse, nos maîtres ont instauré que le ‘Hazzan (l’officiant) répète la ‘Amida à haute voix, afin d’acquitter les éventuelles personnes qui ne sauraient pas prier.......

Lire la Halacha