Halacha pour dimanche 7 Adar II 5784 17 mars 2024

La Halacha est dédiée au mérite et pour la protection de
tous nos chers soldats.
Qu'Hashem préserve leur sortie et leur retour en paix, qu'Il leur donne force et puissance et que tous nos ennemis tombent devant eux, qu'ils retournent dans leurs foyers dans la joie et l'allégresse sains et saufs, qu'Il veille sur tous les captifs, qu'Il les prenne en pitié et qu'aucun mal ne leur arrive,
" Les enfants rentreront chez eux ". Amen Ken Yéhi Ratson.

Pour la guérison totale de Gabriel Ben Sultana (Teboul), Max Mordé'haï Ben Oraïda (Mimouni) parmi tous les malades d'Israël

« Le symbole du demi-Chékel » (année 5784) – Le 7 Adar

Le demi-Chékel
Dans la Paracha de Ki Tissa que nous avons relue récemment lors du Chabbat Chékalim, nous avons reçu l’ordre d’offrir « le demi Chékel » que tout Israël offrait à l’époque du Temple.

Cette Mitsva avait pour propriété de les épargner de toute maladie, et ses secrets sont nombreux. A l’époque du Temple, on annonçait publiquement à tout le peuple à partir de Roch ‘Hodech Adar qu’il devait offrir leurs demis Chékel, car ces jours sont appropriés à cette Mitsva.

C’est pourquoi, même de notre époque où nous n’avons malheureusement pas le Temple, nous avons l’usage d’offrir avant Pourim l’argent du « Zé’her Lé-Ma’hatsit Ha-Chékel » (symbole du demi-Chékel) à l’instar de ce que tout Israël offrait au temps où le Temple existait.
L’usage est de percevoir l’argent à la synagogue le soir de Pourim avant la lecture de la Méguila (au plus tard), comme nos maitres l’enseignent (Guémara Méguila 13b) :
« Il était dévoilé et su devant Celui qui a créé le monde, que Haman allait récolter des Chékalim pour anéantir Israël. C’est pourquoi, Hachem fit devancer leurs Chékalim à ceux de Haman ».  

Les femmes doivent elles-aussi offrir l’argent du Zé’her Lé-Ma’hatsit Ha-Chékel.
Il est bon d’offrir aussi pour ses enfants en bas âge.
Certains ont l’usage d’offrir aussi pour les bébés dans le ventre de leurs mères.

« Symbole » uniquement
Les décisionnaires écrivent qu’il faut veiller à ne pas nommer cet argent « MA’HATIST HA-CHÉKEL » (« DEMI-CHÉKEL ») mais plutôt « ZE’HER LE-MA’HATIST HACHÉKEL » (« symbole du demi-Chékel ») car il faut craindre que l’on ne puisse offrir cet argent ailleurs qu’au Beth Ha-Mikdach comme le « MA’HATIST HA-CHÉKEL » lui-même, qui est interdit a tout profit, on ne pourra donc plus le donner à des nécessiteux ou à toute autre institution.

Cette vigilance est mentionnée dans les propos des Guéonim :
« Le fait que l’on publie dans vos contrés le payement des Chékalim (en nommant l’argent de la Tsédakka « demi-Chékel »), n’est pas une bonne attitude, car il est à craindre que l’on ne puisse plus tirer profit de cet argent. »
Par conséquent, il est juste de dire seulement « Zé’her Lé-Ma’hatsit Ha-Chékel » (l’argent qui « symbolise le demi-Chékel »), et s’écarter ainsi de toute crainte.  

Quelle est la somme exacte que l’on doit donner pour le « Zé’her Lé-Ma’hatsit Ha-Chékel » ?
Il faut donner une somme qui correspond à la valeur de 10 g d’argent pur (même un peu moins).
Cependant, une personne dont la situation financière est difficile, peut se contenter de donner 1 pièce de monnaie en souvenir du demi-Chékel, par exemple, un demi-Chékel (NIS) en vigueur de notre époque (ou 50 centimes d’Euros en France).

En Israël, la somme en Shékels israéliens (NIS) correspondante au symbole du demi-Chékel qu’il faut donner cette année (5784) pour ceux qui désirent accomplir la Mitsva dans tout son embellissement, équivaut à environ 24 Shékels par personne.
[Selon notre maître le Gaon et Richon Lé-Tsion Rabbi Its’hak YOSSEF Chlita, il est bon de donner la somme de 29 Shékels (NIS), afin de s’acquitter de tous les avis]. 

En France, cette somme s'élève cette année (5784) à environ 7,50 € par personne.
Pour les autres pays, la somme varie selon le cours de l’argent pur.
C'est pourquoi, il est important de se renseigner auprès d’experts en la matière, afin de déterminer avec précision quelle somme exacte on doit donner.

À titre indicatif, une once d’argent pèse 31.1 g.
Il faut donc diviser le prix de l’once d’argent par 31.1, puis multiplier le résultat par 10, et on obtiendra la somme exacte qu’il faut donner.

Les décisionnaires débattent afin de définir s'il faut donner cette somme en tenant compte des taxes ou non.

Sur le plan pratique, notre maître le Rav z.ts.l nous a indiqué que l'on peut autoriser à ne pas tenir compte des taxes.

La personne qui s'imposera de donner davantage de Tsédaka et qui fera preuve de beaucoup de bonté, sera digne de la bénédiction.

Pour les enfants en bas âge (en dessous de 13 ans pour un garçon et en dessous de 12 ans pour une fille), il est suffisant de donner la moitié de la pièce de la monnaie courante
(En France, 50 centimes d’euros par enfant en bas âge. En Israël, 50 Agourrot par enfant en bas âge.)

À qui faut-il donner cet argent ?
Il faut donner l’argent du Zé’her Lé-Ma’hatsit Ha-Chékel aux nécessiteux.
Le Gaon Rabbi H’aïm PALLAG’I z.ts.l écrit dans son livre Roua’h H’aïm (chap.694 note 2) qu’il faut donner cet argent à des Talmidé H’ah’amim (des érudits dans la Torah) qui font preuve d’assiduité dans l’étude de la Torah, et dont la situation financière n’est pas bonne. Ce don est une Tséddaka très importante.
Celui qui s’efforce de soutenir financièrement les Talmidé H’ah’amim, afin de relever le prestige de la Torah et de ceux qui l’étudient, méritera de voir le prestige d’Israël.
Comme nos maîtres le disent dans la Guémara Bava Batra (10b) :
Grâce à quoi se relèvera le prestige d’Israël ? Grâce à Ki-Tissa (la Paracha où est mentionnée cette Mitsva de donner le demi-Chékel).

3 pièces
Le RAMA écrit (chap.694) qu’il est bon de donner la somme du Zé’her Lé-Ma’hatsit Ha-Chékel en 3 pièces, en rappel aux termes répétés 3 fois dans le verset « offrande pour Hachem » (« Térouma Lachem »).
Cet usage est cité également par le Gaon Rabbi H’aïm PALLAG’I, ainsi que par notre saint maitre le Rav z.ts.l dans son livre ‘Hazon Ovadia-Pourim (page 103).

7 Adar
A la demande de nombreuses personnes :
Y-a-t-il des usages spécifiques au jour du 7 Adar ?

Réponse : Il est enseigné dans la Guémara Kiddouchin (38a) que c’est à la date du 7 Adar que Moché Rabbenou a quitté ce monde. Les gens d’un très haut niveau de piété (en bonne santé) ont l’usage de jeûner ce jour-là, comme l’écrit MARAN dans le Choul’han ‘Arou’h (chap.180).
Certains ont l’usage de faire une étude spéciale le soir du 7 Adar, et ceci est un bel usage.
Même si 10 hommes jeûnent et sont présents à la synagogue le matin du 7 Adar, on ne sort pas le Séfer Torah pour y lire la Paracha des jours des jeûnes (Vay’hal Moché), car il ne s’agit pas d’un véritable jeûne public (mais seulement une tradition).
Dans le cas où 10 hommes qui jeûnent sont présents à la synagogue, l’officiant dira malgré tout le passage de « ‘Anénou » dans la répétition de la ‘Amida, mais seulement dans la bénédiction de Chéma’ Kolénou et non en tant que bénédiction indépendante.
De même, les Cohanim ne diront pas Birkat Cohanim à Min’ha, même si 10 hommes qui jeûnent sont présents à la synagogue.

8 Halachot Les plus populaires

Vaygach

Nous sommes aujourd’hui à la date du 10 Tévet, jour de jeûne public pour tout le peuple d’Israël. Vous pouvez consulter les règles relatives à un jour de jeûne ici, dans une Halacha antérieure consacrée au jeûne du 17 Ta......

Lire la Halacha

Vay’hi – La force d’une bonne parole

Commentaires rédigés pour Halacha Yomit par le Gaon Rabbi Zévadya COHEN Chlita, chef de tous les tribunaux rabbiniques de Tel Aviv Dans notre Paracha, Ya’akov Avinou rassemble ses enfants auprès de lui et les bénit avant de quitter ce monde, comme il est ......

Lire la Halacha

Des pains « ‘Halavi » (pétris avec du lait)

Il est expliqué dans la Guémara Péssa’him (36a) que nos maitres ont interdit de pétrir une pâte avec du lait, car il est à craindre que l’on ne porte pas attention à cela et que l’on en vienne à consommer ce pain avec de la via......

Lire la Halacha

« Rétsé » dans le Birkat Ha-Mazon du Chabbat

Dans le Birkat Ha-Mazon du Chabbat, avant la bénédiction de « Boné Yérouchalaïm » (Vétivné), il faut ajouter le passage de « Rétsé Véhah’alitsénou », comme imprimé dans les rituels de pri&......

Lire la Halacha


Michpatim

Commentaires rédigés par le Gaon Rabbi Ya’akov SASSON Chlita, directeur de notre site Halacha Yomit, et digne petit-fils de notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l Il est dit dans notre Paracha : « Or, j'enverrai devant toi un ange, chargé de veiller......

Lire la Halacha

Térouma

Entre Moché et Bétsla’el Commentaires rédigés par le Gaon Rabbi Zévadia COHEN Chlita, Chef des tribunaux rabbiniques de Tel Aviv, pour Halacha Yomit Cette semaine, nous lirons dans notre Paracha la contribution matérielle des Béné I......

Lire la Halacha

S’assoir sur de la nourriture

Question : Est-il vrai qu’il est interdit de s’assoir sur une caisse contenant de la boisson ou de la nourriture ? Réponse : Il est expliqué dans le traité Béra’hot (50b) qu’il est interdit de se comporter de façon humiliante envers de la......

Lire la Halacha

Mikets - « Un homme intelligent et sage »  - Histoire au sujet de Rabbi Avraham Ibn ‘EZRA

Commentaires rédigés par le Gaon Rabbi Zévadya COHEN Chlita, chef de tous les tribunaux rabbiniques de Tel Aviv, pour Halacha Yomit Notre Paracha nous relate les rêves de Pharaon ainsi que leurs interprétations données par Yossef Ha-Tsaddik, qui eut le m&......

Lire la Halacha