Halacha pour dimanche 7 Elul 5781 15 août 2021

Pour l'élévation des âmes de:
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l

Pour la guérison totale et rapide de:
Tinok Ben Yael Sarah

Le repentir

Question: Est-il possible qu’une personne ait tellement fauté devant Hachem, au point d’avoir perdu toute possibilité de se repentir?

Réponse: On rapporte dans la Guémara H’aguiga (15a) l’histoire d’Elicha’ Ben Avouya, surnommé « Ah’er » (« l’autre »), qui n’est autre que le maitre de Rabbi Méïr.
Elicha’ Ben Avouya était un grand de la Torah, mais il se dégrada spirituellement au point de devenir un véritable hérétique. Il en arriva même à profaner le Chabbat.
Malgré tout, puisqu’il possédait un très haut niveau du fait de son érudition et son assiduité dans l’étude de la Torah, il entendit un jour une voix céleste qui déclara:
« Revenez enfants rebelles, excepté Ah’er! ».
Il entendit donc explicitement qu’Hachem convie tous les impies à se repentir, en leur disant affectueusement « Revenez! ». « Revenez à moi et je reviendrais vers vous! ».
Mais la voix céleste précisait que l’âme de « Ah’er » n’était pas conviée, puisqu’il était tellement impie aux yeux d’Hachem, au point de se voir retirer le repentir.

La Guémara explique longuement de quelle façon Rabbi Méïr, l’élève de Ah’er, investit tous ses efforts afin d’épargner son maitre du châtiment qui lui était réservé dans le ciel. De même, Rabbi Yoh’anann oeuvra pour le bien de l’âme de Ah’er.
Apparemment, Elicha Ben Avouya était réellement dans une situation où il ne pouvait plus se repentir, puisque la voix céleste déclara qu’il ne devait pas se repentir, car Hachem ne désirait pas une personne comme lui.

Cependant, c’est une erreur de croire cela.
L’un des plus importants Ah’aronim (décisionnaires récents et contemporains), le MAHARYMATT z’’l écrit dans une responsa que Ah’er fit justement cette erreur de compréhension, car même s’il entendit la voix céleste déclarer qu’il ne devait pas se repentir, il lui incombait malgré tout le devoir de se repentir. Comme nous l’enseignent nos maitres: « Tout ce que te dit le maitre de maison, tu te dois de l’accomplir, excepté lorsqu’il te dit de sortir ».
C'est-à-dire: Hachem est le « maitre de la maison ».
L’homme se doit d’accomplir tout ce qu’il lui ordonne, excepté lorsqu’il lui dit de « sortir », de ne pas se repentir, il est interdit d’écouter une telle ordonnance, car Hachem ne désire pas la mort de l’impie, mais seulement son repentir.
Nous devons donc comprendre le sens des propos de la voix céleste: « Revenez enfants rebelles, excepté Ah’er! »?

Notre maitre le H’YDA explique au nom d’un grand des générations précédentes, le Gaon Rabbi Avraham ITSH’AKI z.ts.l, selon qui, la voix céleste voulait dire en réalité que tous les impies d’Israël sont conviés à se repentir, excepté « Ah’er », car il s’agit d’un homme tellement grand spirituellement, qu’il a forcément conscience du devoir qui l’incombe d’observer la Torah et les Mitsvott, et malgré cela, Ah’er se détériora.
La voix céleste ne peut convier une telle personne à se repentir, car le courroux est trop important. Mais malgré tout cela, si Ah’er s’était repentit avec ses propres capacités, il est certain que son repentir aurait été accepté, et il aurait été de nouveau désiré par Hachem, comme Rabbi Méïr lui dit: « Il n’existe rien qui puisse se dresser devant le repentir. »

C’est ainsi qu’expliquent nos maitres les Kabbalistes au sujet de celui qui a commis de très graves fautes, au point de ne plus pouvoir se repentir. Les choses ne doivent pas être interprétées au sens simple. Cette personne ne perd pas totalement la possibilité de se repentir, mais son repentir sera très difficile. Elle devra se renforcer de toutes ses forces afin de soumettre son mauvais penchant pour réaliser un repentir total et sincère. Même si il lui semble impossible de se repentir d’une faute précise, il ne s’agit là que de la manipulation du mauvais penchant, et la personne doit exploiter tous les moyens possibles pour au moins diminuer les fautes, car le moindre effort en fonction des capacités de la personne, est très précieux aux yeux d’Hachem.

A partir de tout cela, nous apprenons que même une personne qui a fauté de façon considérable, en fautant par elle-même et en incitant d’autres personnes à la faute, même si nos maitres ont dit d’une telle personne qu’elle ne se verra pas assister dans son repentir, malgré tout, cette personne se doit de revenir de toutes ses forces, en soumettant son mauvais penchant, en allant contre sa mauvaise nature et en réalisant un repentir total et sincère. Il lui sera garanti qu’Hachem acceptera fermement son repentir.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le véritable sens Halachique de la fête de Tou Bichvat

Ce soir (dimanche soir), tombe la fête de TOU Bichvat La Guémara Roch Ha-Chana (2a) nous enseigne: Tou Bi-Chvat est le Roch Ha-Chana des arbres. Certains font l’erreur de croire qu’au même titre que tout l’univers est jugé le jour de Roch Ha-Chana (......

Lire la Halacha

Réciter le Birkat Ha-Mazon en se déplaçant en chemin

Question: Lorsqu’une personne consomme en marchant, est-elle autorisée à réciter le Birkat Ha-Mazon en marchant? Réponse: Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué que nos maîtres ont instauré de réciter le Bir......

Lire la Halacha

Des aliments contenant de la farine

Ces derniers jours, nous avons appris que lorsqu’un aliment est constitué de plusieurs aliments dont les bénédictions initiales sont différentes, il faut réciter la bénédiction correspondant à l’aliment principal du mélange. ......

Lire la Halacha

Un aliment constitué de plusieurs espèces

Question: Quelle est la bénédiction d’un poivron farci ? De même, quelle est la bénédiction d’une pâtisserie faite à base d’un peu de farine, mais dont l’essentiel est constitué de fruits et de noix? Réponse: Dan......

Lire la Halacha


La règle de l’aliment principal et l’aliment secondaire

La semaine prochaine, dimanche soir et lundi, tombe Tou Bichvat (15 Chévat), date à laquelle nous avons l’usage de multiplier les bénédictions alimentaires. C’est pourquoi, nous allons ces jours-ci étudier les règles relatives aux bén&eac......

Lire la Halacha

La règle de « ‘Ikar et Tafel » dans les bénédictions (Aliment principal et aliment accessoire)

Question: Une personne qui consomme un morceau de pain avec du poisson, doit-elle réciter la bénédiction uniquement sur le poisson, étant donné que le pain ne lui est qu’accessoire? Réponse: Dans la précédente Halacha, nous avons expli......

Lire la Halacha

Réciter le Birkat Ha-Mazon en position assise

Question: Y a-t-il une obligation de s’assoir lorsqu’on récite le Birkat Ha-Mazon, ou bien est-il permis de le réciter même en marchant? Réponse: Il est expliqué dans la Guémara Bérah’ot (51b) qu’il y a une obligation de s&rs......

Lire la Halacha

Les préparatifs en l’honneur de Chabbat – Rabbi Yossef YEDID Ha-Lévy

Il est enseigné dans la Guémara Chabbat (25b): Il est une Mitsva de se laver à l’eau chaude la veille de Chabbat. Les décisionnaires écrivent que même celui dont la Torah est la seule occupation, doit légèrement diminuer son étude......

Lire la Halacha