Halacha pourjeudi 23 Kislev 5781 décembre 9 2020

Nérott de Chabbat et Nérott de H’anouka : ordre d’allumage

Nos maitres les Richonim (décisionnaires médiévaux) débattent afin de définir quel ordre devons-nous respecter au sujet de l’allumage des Nérott de H’anouka et des Nérott de Chabbat.

Selon l’opinion du Ba’al Halah’ott Guédolott, il faut commencer par allumer les Nérott de H’anouka, et ensuite les Nérott de Chabbat. Selon son opinion, du fait que les femmes ont l’usage d’accepter la sainteté du Chabbat par l’allumage des Nérott de Chabbat, elles ne seraient donc plus autorisées à allumer les Nérott de H’anouka ensuite. C’est pourquoi, il est évident selon lui qu’il faut commencer par allumer les Nérott de H’anouka, et seulement ensuite les Nérott de Chabbat. Notre maitre le TOUR cite ses propos.

En règle générale, « une chose fréquente a toujours priorité sur une chose moins fréquente » (« Tadir Vé-Chééno Tadir, Tadir Kodem »), puisque les Nérott de Chabbat sont allumées chaque semaine, et à ce titre, leur allumage devrait avoir priorité sur celui des Nérott de H’anouka que nous n’allumons que 8 jours dans l’année. Malgré tout, puisqu’il est impossible d’allumer les Nérott de H’anouka après l’allumage des Nérott de Chabbat, il faut commencer par l’allumage des Nérott de H’anouka.

Cependant, nos maitres le RACHBA et le RAMBAN réfutent les propos du Ba’al Halah’ott Guédolott, car l’entrée de Chabbat n’a jamais été tributaire de l’allumage des Nérott. Par conséquent, puisqu’il est certain que cette femme - ou n’importe qui d’autre - a dans l’intention d’allumer ensuite les Nérott de H’anouka, il est certain que la sainteté du Chabbat n’entre pas par l’acte de l’allumage des Nérott de Chabbat.
C’est pourquoi, ils concluent sur le plan pratique qu’il faut d’abord allumer les Nérott de Chabbat et ensuite les Nérott de H’anouka, en raison du principe de « Tadir Vé-Chééno Tadir, Tadir Kodem » (« une chose fréquente a toujours priorité sur une chose moins fréquente »).

Du point de vue de la Halah’a, nous savons que nous nous référons à MARANN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ selon qui, la femme n’accepte pas la sainteté du Chabbat par l’allumage des Nérott de Chabbat, en particulier si elle désire encore réaliser des activités interdites comme allumer les Nérott de H’anouka ou autre, dans un tel cas, il est certain qu’elle n’accepte pas la sainteté du Chabbat par l’acte de l’allumage des Nérott de Chabbat. A fortiori, pour son mari qui allume en général les Nérott de H’anouka, et dans ce cas, il est certain qu’il n’accepte pas la sainteté du Chabbat par l’allumage des Nérott de Chabbat de son épouse. Selon cela, il semblerait qu’il faut trancher selon l’opinion du RAMBAN, et avancer l’allumage des Nérott de Chabbat sur l’allumage des Nérott de H’anouka.

Cependant, le RADBAZ écrit que même si l’on considère que l’entrée de Chabbat n’est pas dépendante de l’allumage des Nérott de Chabbat, malgré tout, puisque la question fait l’objet d’une divergence d’opinions Halachique parmi les décisionnaires, et qui plus est, la Mitsva d’allumer les Nérott de H’anouka est davantage précieuse, par conséquent, il faut commencer par allumer les Nérott de H’anouka, et ensuite les Nérott de Chabbat, malgré le principe de « Tadir Vé-Chééno Tadir, Tadir Kodem » (« une chose fréquente a toujours priorité sur une chose moins fréquente »).
Dans le Beit Yossef, MARANN écrit similairement que même selon l’opinion du RAMBAN et du RACHBA selon qui, il faut donner priorité à l’allumage des Nérott de Chabbat et allumer seulement ensuite les Nérott de H’anouka, malgré tout, la personne qui ne désire pas agir ainsi, est autorisée à allumer les Nérott qu’elle désire en premier.

En conclusion: Il est plus juste d’adopter l’opinion du Ba’al Halah’ott Guédolott sur ce point et de commencer par allumer les Nérott de H’anouka, et ensuite les Nérott de Chabbat. C’est ainsi que tranche MARANN dans le Choulh’an ‘Arouh’. Ce sujet est largement expliqué dans H’azon Ovadia – H’anouka (page 174).

Questionner Le Rav


ספר אביר הרועים - בית מידות
ספר אביר הרועים
לפרטים לחץ כאן

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

דין ברכת שפטרנו מעונשו של זה
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

8 Halachot Les plus populaires

The Laws of Mentioning “Mashiv Ha’Ruach”

We Begin Reciting “Mashiv Ha’Ruach” “Mashiv Ha’Ruach U’Morid Ha’Geshem” is a praise we recite to Hashem during the winter months within the “Mechayeh Ha’Metim” blessing of the Amidah as is printed in all Siddurim. We begin recitin......

Lire la Halacha

Things Which Cause Forgetfulness

Five Things Which Cause One to Forget What He Has Learned The Gemara (Horayot 13b) states: “Our Sages taught: Five things cause one to forget the Torah one has learned: One who eats food which a cat or mouse have eaten from, one who eats the heart of an animal, one who eats olives regularly, ......

Lire la Halacha

A Rainbow

One Who Looks at a Rainbow Our Sages (Chagiga 16a) state: “The eyes of one who gazes at a rainbow are dimmed, as the verse (Yechezkel 1) states, ‘Like the appearance of a rainbow in the clouds on a rainy day, so is the radiance around and this is the appearance of the glory of Hashem.&r......

Lire la Halacha

The Laws of One Who Forgets to Mention “Ve’Ten Tal U’Matar” in the “Blessing of the Years”

In the previous Halacha, we have discussed in a general manner that our Sages enacted that beginning from the Seventh of Marcheshvan (outside of Israel from the Fourth or Fifth of December), one begins reciting “Ve’Ten Tal U’Matar” (a request for dew and rain) in the “B......

Lire la Halacha


Must One Recite a Blessing Before Merely Tasting a Food?

We have already discussed several times that regarding the laws of Blessings of Enjoyment recited before eating that there is no limit for reciting a blessing before eating, meaning that no matter what amount of food or beverage one eats or drinks, one must still recite a blessing. The reason for th......

Lire la Halacha

Question: At what point does it become permissible to speak after reciting a blessing on food? Is one permitted to speak immediately after placing the food in one’s mouth and tasting the food’s flavor or must one wait until one swallows the food?

Answer: The Gemara in Masechet Berachot (40a) and Rashi ibid. state that one may not speak in between reciting a blessing on food and eating it because this constitutes an interruption between the blessing and the eating and there is no longer any connection between them, as we have discussed severa......

Lire la Halacha

When the Sanctity of Shevi’it Will Apply to Fruits and Vegetables and More on “Heter Mechira”

In the previous Halachot we have explained that any produce grown in Jewish-owned fields in the Land of Israel this year (5782) retain the sanctity of Shevi’it. We have likewise discussed the ramifications of this sanctity and the proper way to treat such produce. This sanctity rests even on f......

Lire la Halacha

Eating and Washing One’s Self Yom Kippur

Some Laws of Yom Kippur All are obligated to fast on Yom Kippur, including pregnant and nursing women. Any woman whose health is at risk due to the fast should consult a prominent Torah scholar who is well-versed in these laws and he should render his ruling whether or not she must fast. One whose ......

Lire la Halacha