Halacha pour dimanche 24 Kislev 5782 28 novembre 2021

Pour la guérison totale de:
Jean-Luc Chélomo Ben Zéhira (Azoulay)
Yossef Avraham ‘Haïm Ben Frédérique Léa (Arfi)
Charles Chalom ben Sultana (Nakache)
Noa’am Avraham Chimchon ben Dalia (Ouaknin)
Ariella Téhila Bat Aviva Myriam
Parmis tous les malades d’Israël  

Pour l’élévation de l’âme de:
Mordé’haï (Ma’ha) Ben Avraham (SELLAM) z’’l
Gilbert Sassi Ben Yéhouda (Hadjadj) z’’l

« ‘Al Ha-Nissim »

L’obligation de mentionner le passage de « ‘Al Ha-Nissim »
Lors de la prière de ‘Arvit du soir de H’anouka (cette année 5782, à partir de ce soir dimanche 28 novembre), on dit le passage de « ‘Al Ha-Nissim » dans la ‘Amida, au milieu de la bénédiction de Modim (« Modim Anah’nou Lah’…), comme indiqué dans les Siddourim.

Même si généralement la majorité de l’assemblée n’a pas encore allumé les Nérott de H’anouka à ce moment-là, malgré tout, la mention du passage de « ‘Al Ha-Nissim » n’est pas liée à la Mitsva de l’allumage de H’anouka. En particulier, du fait que le passage de « ‘Al Ha-Nissim » vient glorifier Hachem pour le miracle de la victoire militaire et pas seulement pour le miracle du flacon d’huile. C’est pourquoi, même si l’on n’a pas encore allumé les Nérott de H’anouka, on mentionne le passage de « ‘Al Ha-Nissim » dans la prière de ‘Arvit. [Les années où H‘anouka débute un vendredi soir, on ne mentionne pas « ‘Al Ha-Nissim » lors de la prière de Min’ha du vendredi (H’azon Ovadia-H’anouka page 188). Cependant, nous ne nous attarderons pas sur ce point cette année].

De même, nous mentionnons le passage de « ‘Al Ha-Nissim » dans toutes les prières de H’anouka, Chah’aritt, Minh’a et ‘Arvit, ainsi que dans la prière de Moussaf de Chabbat et de Roch ‘Hodech Tévet pendant H’anouka.

Lorsqu’on a omis de mentionner le passage de « ‘Al Ha-Nissim »
Si l’on a omis de mentionner « ‘Al Ha-Nissim » dans la ‘Amida, la règle est la suivante:

Si l’on se rend compte que l’on a oublié de mentionner le passage de « ‘Al Ha-Nissim » avant de dire le nom d’Hachem de la bénédiction (avant de dire « A.D.O.N.A.Ï » de la bénédiction de « Barouh’ Ata A.D.O.N.A.Ï Ha-Tov Chimh’a Oulh’a Naé Léhodott »), on dit cette formule: « Modim Ana’hnou La’h ‘Al Ha-Nissim Vé’al Hapourkann etc …», en mentionnant tout le passage de « ‘Al Ha-Nissim ».
Puis, on poursuit « Vé’al Koulam… » jusqu’à la fin de la ‘Amida.

Si l’on se rend compte de l’oublie du passage de « ‘Al Ha-Nissim » après avoir mentionné le nom d’Hachem de la bénédiction de « Ha-Tov Chimh’a Oulh’a Naé Léhodott », on a perdu la mention du passage de « ‘Al Ha-Nissim », et il faut poursuivre sans recommencer (ni même conclure la bénédiction par les termes « Lamédeni H’oukéh’a » et revenir en arrière pour mentionner « ‘Al Ha-Nissim »).

Mentionner « ‘Al Ha-Nissim » en fin de ‘Amida
Nos maitres les décisionnaires des derniers siècles, le Eliya Rabba et le Maamar Mordéh’aï écrivent que si l’on a oublié de dire le passage de « ‘Al Ha-Nissim », il est juste de le mentionner en fin de ‘Amida, lorsqu’on termine le paragraphe de « Eloha-ï Nétsor… », avant de dire le verset « Ihyou Lé-Ratson ». Il faut dire ainsi: « Modim Anah’nou Lah’, ‘Al Ha-Nissim… » jusqu’à la fin du texte, et conclure ensuite la ‘Amida.

« ‘Al Ha-Nissim » dans le Birkatt Ha-Mazone
Il faut également mentionner « ‘Al Ha-Nissim » dans le Birkatt Ha-Mazone pendant la fête de H’anouka, dans la bénédiction de « Nodé Léh’a », avant de dire « ’Al Ha-Kol… ».
Si l’on a oublié de le mentionner, tant que l’on n’a pas dit le nom d’Hachem de la terminaison de la bénédiction (« Barouh’ Ata A.D.O.N.A.Ï ‘Al Ha-Arets Vé-‘Al Ha-Mazone »), on reprend depuis « ‘Al Ha-Nissim ».
Si l’on a déjà mentionné le nom d’Hachem de la terminaison de la bénédiction, on ne reprend pas en arrière.

Même dans le Birkatt Ha-Mazone, si l’on a oublié de dire le passage de « ‘Al Ha-Nissim », il est également juste de le mentionner au milieu des « Ha-Rah’amann », en disant: « Ha-Rah’amann Hou Ya’assé ‘Imanou Nissim Vé-Niflaott, Kémo Ché’Assa La-Avoténou Bayamim Ha-Hem Bazémann Ha-Zé. Bimé Matityahou Ben Yoh’anan… »

En conclusion: Il faut mentionner le passage de « ‘Al Ha-Nissim » dans la ‘Amida et dans le Birkatt Ha-Mazone, durant les 8 jours de H’anouka. Si l’on oublie de le mentionner, et que l’on s’en rend compte avant le nom d’Hachem de la terminaison de la bénédiction, on doit reprendre depuis « ‘Al Ha-Nissim ». Si l’on s’en rend compte après le nom d’Hachem de la terminaison de la bénédiction, on poursuit et l’on dira « ‘Al Ha-Nissim » à la fin de la ‘Amida ou du Birkatt Ha-Mazone, comme expliqué.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Règles relatives au jour du 9 Av

Le jour de Tich’a Be-Av (le jeûne du 9 Av), 5 interdits sont en vigueur: Manger et boire; Se laver; S’enduire (le corps avec de l’huile ou de la crème corporelle) ; Porter des chaussures en cuir ; Pratiquer l’intimité conjugale De même, il est inte......

Lire la Halacha

Havdala le samedi soir où tombe le 9 Av – Règle pour un malade qui mange le jour du 9 Av

Pour une année où le 9 Av tombe un samedi soir – comme cette année 5782 – nos maitres les Richonim (décisionnaires de l’époque médiévale) débattent afin de définir comment faut-il procéder en ce qui concerne la H......

Lire la Halacha

Consommation de viande après Roch H’odech AV

Il est expliqué dans une Michna de Ta’anit (26b) qu’il est interdit par décret de nos maîtres de consommer de la viande et du vin, la veille de Tich’a Beav (la veille du jeune du 9 Av) lors de la Séouda Ha-Mafsekete (le dernier repas avant le début......

Lire la Halacha

Les personnes soumises et exemptes du jeûne du 9 Av, ainsi que les règles du 9 AV cette année

Un malade sans danger; une personne âgée; une femme accouchée Un malade (véritablement malade, qui est alité ou autre, même s’il n’est pas en danger) est exempt de jeûner le 9 Av. Dans le cas d’un doute, il faut consulter une autorit&e......

Lire la Halacha


Séouda Mafseket (repas avant le jeûne) cette année (5782)

La veille du 9 Av, nos maîtres ont interdit (selon le strict Din et non selon la tradition) de consommer de la viande et du vin lors de Séouda Hamafseket (le repas que nous prenons avant le début du jeûne, après la moitié de la journée). De même, ......

Lire la Halacha

« Dès le début du mois de Av, nous diminuons la joie » - Année 5782

Ce vendredi, tombe – avec l’aide d’Hachem – le jour de Roch ‘Hodech Mena’hem Av, et la semaine prochaine - Chabbat prochain - tombe le 9 Av, mais puisqu’il est interdit de jeûner le jour du Chabbat (excepté Yom Kippour), le jeûne est repor......

Lire la Halacha

Prier avec Minyan en plein air

Question: Lorsqu’on sort en promenade  et que s’organise un Minyan de dix personnes pour la prière de Minh’a ou d’Arvit en plein air, est-ce que chaque personne présente compte dans le Minyan, même si tout le monde n’est pas réuni dans un......

Lire la Halacha

Frire du poisson dans une poêle de viande - Cuire du poisson et de la viande dans le même four – L’usage de notre maitre le Rav z.ts.l

Il est une Halacha très connue selon laquelle il est interdit de consommer du poisson avec de la viande, selon ce qui est expliqué dans la Guémara et les décisionnaires. Cuire du poisson dans une marmite viande Bien qu’il soit interdit de cuire un aliment lact&e......

Lire la Halacha