Halacha pour dimanche 6 Kislev 5784 19 novembre 2023

La Halacha est dédiée au mérite et pour la protection de
tous nos chers soldats.
Qu'Hashem préserve leur sortie et leur retour en paix, qu'Il leur donne force et puissance et que tous nos ennemis tombent devant eux, qu'ils retournent dans leurs foyers dans la joie et l'allégresse sains et saufs, qu'Il veille sur tous les captifs, qu'Il les prenne en pitié et qu'aucun mal ne leur arrive,
" Les enfants rentreront chez eux ". Amen Ken Yéhi Ratson.

Pour la guérison totale de Gabriel Ben Sultana (Teboul), Max Mordé'haï Ben Oraïda (Mimouni) parmi tous les malades d'Israël

« Baré’hou Ete Hachem Ha-Mévora’h »

Question : Une personne qui prie sans Minyan et qui ne répond donc pas « Barou’h Hachem Ha-Mévora’h Lé’olam Va’ed » à l’officiant, peut-elle malgré tout dire elle-même « Baré’hou Ete Hachem Ha-Mévora’h » ou non?

Réponse : Il est évident que « Baré’hou Ete Hachem Ha-Mévora’h » fait partie des choses que nos maîtres ont instaurées de dire seulement en présence d’un Minyan (10 hommes juifs). Sans cette condition, il est strictement interdit de dire ce texte. Celui qui le dit malgré tout, transgresse donc la gravissime interdiction de prononcer le Nom d’Hachem en vain.

Les propos du Midrach
Cependant, dans le Midrach sur Ruth, nos maîtres commentent un verset :
« Cessez de vous appuyer sur l'homme, dont la vie n'est qu'un souffle. Quelle peut être sa valeur ? » (Icha’ya 2-22).
Le Midrach commente : Lorsqu’une personne a dormi sur son lit d’un sommeil régulier pendant la nuit, son âme (qui est un élément spirituel qui se trouve en l’être humain avec l’esprit et les différentes parties propres à l’être humain) ne revient dans son corps que lorsqu’il répond « Barou’h Hachem Ha-Mévora’h Lé’olam Va’ed ».
S’il n’a pas le mérite de répondre ce texte, l’âme s’en va sans revenir.
Il s’agit d’une chose très grave comme on peut le constater à travers les explications sur ce verset.

Par conséquent, il est donc souhaitable et juste que chacun s’efforce de veiller à toujours prier avec Minyan, afin de pouvoir dire « Barou’h Hachem Ha-Mévora’h Lé’olam Va’ed ».
De même pour une femme qui a le mérite de répondre « Barou’h Hachem Ha-Mévora’h Lé’olam Va’ed », heureuse soit-elle, même s’il n’est pas toujours facile pour une femme de le faire.

Que peut-on dire en remplacement de « Barou’h Hachem Ha-Mévora’h Lé’olam Va’ed » ?
L’auteur du Sefer Ha-Rokéa’h fait différentes citations de paroles de nos maîtres dans lesquelles figurent les mots « Barou’h Hachem Ha-Mévora’h Lé’olam Va’ed ». Celui qui prononcerait ces enseignements pourrait être considéré comme ayant répondu « Barou’h Hachem Ha-Mévora’h Lé’olam Va’ed ».
Notre maître le ‘HYDA - dans son livre Tsiporèn Chamir – écrit qu’il faut dire la Baraïta suivante :
Rabbi ‘Akiva dit : il y a un ange dans le ciel dont le nom est Israël, et sur son front est gravé « Israël ». Cet ange se tient au milieu du ciel et dit : « Baré’hou Ete Hachem Ha-Mévora’h » et toutes les armées célestes répondent : « Barou’h Hachem Ha-Mévora’h Lé’olam Va’ed ».
En disant cette Baraïta, on peut considérer avoir répondu « Barou’h Hachem Ha-Mévorah’ Lé’olam Va’ed », et l’âme de la personne peut résider en elle correctement.

Les propos de notre maître le Rav z.ts.l
Notre grand maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit que si l’on doit dire cette Baraïta, il ne faut surtout pas prononcer le Nom d’Hachem, car il ne s’agit pas réellement de répondre « Barou’h Hachem Ha-Mévora’h Lé’olam Va’ed » comme nous le faisons avec le Nom d’Hachem. Il faut donc dire dans cette Baraïta « Barou’h Hachem Ha-Mévora’h Lé’olam Va’ed » (et non pas « A.D.O.N.A.Ï »), et ainsi on ne prononce pas le Nom d’Hachem en vain.

Notre maître le Rav z.ts.l ajoute qu’étant donné que l’on ne prononce pas le Nom d’Hachem en disant cette Baraïta, son efficacité n’équivaut pas à répondre réellement « Barou’h Hachem Ha-Mévora’h Lé’olam Va’ed » avec le Minyan.
De ce fait, il ne faut pas la dire entre Yichtaba’h et le Yotser (qui est normalement l’emplacement de « Baré’hou Ete Hachem Ha-Mévora’h » lorsqu’on prie avec le Minyann), et il faudra la dire seulement après la prière, avant de dire « ‘Alénou Léchabéa’h ».

En conclusion : Il est très important de répondre « Barou ‘h Hachem Ha-Mévora’h Lé’olam Va’ed » à la synagogue.
Si quelqu’un ne peut pas se rendre à la synagogue pour prier avec la communauté pour des raisons de santé, ou bien s’il s’agit d’une femme qui n’a pas l’usage de prier à la synagogue, on peut combler d’une certaine façon le fait de ne pas avoir répondu « Barou’h Hachem Ha-Mévorah’ Lé’olam Va’ed » en disant le texte de la Baraïta suivante :
Rabbi ‘Akiva dit : il y a un ange dans le ciel dont le nom est Israël, et sur son front est gravé Israël. Cet ange se tient au milieu du ciel et dit : « Baré’hou Ete Hachem Ha-Mévora’h » et toutes les armées célestes répondent : « Barou’h Hachem Ha-Mévora’h Lé’olam Va’ed ».
Il faut dire ce texte sans la mention du Nom d’Hachem (en disant seulement « Hachem » et non « A.D.O.N.A.Ï »), et il faut le dire après la prière, juste avant de dire « ‘Alénou Léchabéa’h ». (Voir Chou’t Yabiya’ Omer vol.2 sect. O.H chap.4 parag.7).

8 Halachot Les plus populaires

Vaygach

Nous sommes aujourd’hui à la date du 10 Tévet, jour de jeûne public pour tout le peuple d’Israël. Vous pouvez consulter les règles relatives à un jour de jeûne ici, dans une Halacha antérieure consacrée au jeûne du 17 Ta......

Lire la Halacha

Vay’hi – La force d’une bonne parole

Commentaires rédigés pour Halacha Yomit par le Gaon Rabbi Zévadya COHEN Chlita, chef de tous les tribunaux rabbiniques de Tel Aviv Dans notre Paracha, Ya’akov Avinou rassemble ses enfants auprès de lui et les bénit avant de quitter ce monde, comme il est ......

Lire la Halacha

Des pains « ‘Halavi » (pétris avec du lait)

Il est expliqué dans la Guémara Péssa’him (36a) que nos maitres ont interdit de pétrir une pâte avec du lait, car il est à craindre que l’on ne porte pas attention à cela et que l’on en vienne à consommer ce pain avec de la via......

Lire la Halacha

« Rétsé » dans le Birkat Ha-Mazon du Chabbat

Dans le Birkat Ha-Mazon du Chabbat, avant la bénédiction de « Boné Yérouchalaïm » (Vétivné), il faut ajouter le passage de « Rétsé Véhah’alitsénou », comme imprimé dans les rituels de pri&......

Lire la Halacha


Michpatim

Commentaires rédigés par le Gaon Rabbi Ya’akov SASSON Chlita, directeur de notre site Halacha Yomit, et digne petit-fils de notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l Il est dit dans notre Paracha : « Or, j'enverrai devant toi un ange, chargé de veiller......

Lire la Halacha

Térouma

Entre Moché et Bétsla’el Commentaires rédigés par le Gaon Rabbi Zévadia COHEN Chlita, Chef des tribunaux rabbiniques de Tel Aviv, pour Halacha Yomit Cette semaine, nous lirons dans notre Paracha la contribution matérielle des Béné I......

Lire la Halacha

S’assoir sur de la nourriture

Question : Est-il vrai qu’il est interdit de s’assoir sur une caisse contenant de la boisson ou de la nourriture ? Réponse : Il est expliqué dans le traité Béra’hot (50b) qu’il est interdit de se comporter de façon humiliante envers de la......

Lire la Halacha

Mikets - « Un homme intelligent et sage »  - Histoire au sujet de Rabbi Avraham Ibn ‘EZRA

Commentaires rédigés par le Gaon Rabbi Zévadya COHEN Chlita, chef de tous les tribunaux rabbiniques de Tel Aviv, pour Halacha Yomit Notre Paracha nous relate les rêves de Pharaon ainsi que leurs interprétations données par Yossef Ha-Tsaddik, qui eut le m&......

Lire la Halacha