Halacha pour lundi 6 Adar 5782 7 février 2022

Pour l'élévation des âmes de:
Messa’ouda Bat ‘Aïsha (STEBOUN) de Lyon

Pour la guérison totale et rapide de:
Charles Chalom Ben Sultana
parmi tous les malades d'Israël Amen.

Prononcer le Nom d’Hachem tel qu’il est écrit

Il est enseigné dans une Michna du traité Sanhédrin (90a):
Celui qui prononce le Nom d’Hachem selon ses lettres n’a pas droit au monde futur.
Rabbenou H’aïm VITTAL explique au nom de notre maître le ARI Zal, qu’il s’agit de l’interdiction de prononcer le Nom d’Hachem tel qu’il est écrit en toutes lettres, c'est-à-dire le Nom d’Hachem écrit avec les lettres Youd, puis Hé, puis Vav, puis Hé, il est interdit à tout jamais de le prononcer, même dans le cadre d’une bénédiction ou d’une prière, il est interdit de le prononcer tel qu’il est écrit, mais seulement par le nom de « Adnout » (A.D.O.NA.Ï), c'est-à-dire, le Nom d’Hachem prononcé avec les lettres Alef; Dalet; Noun; Youd. (Il est certain qu’il est interdit de prononcer même le Nom d’Hachem par Adnout, lorsqu’on ne se trouve pas dans le cadre de la prière ou dans le cadre d’une bénédiction ou la récitation du Hallel ou autre, car hormis ces situations, il est interdit par la Torah de prononcer gratuitement le Nom d’Hachem.)

Tel est la manière d’agir dans toutes les communautés du peuple d’Israël, lorsqu’on récite une bénédiction ou lorsqu’on prie, même si le Nom d’Hachem apparaît dans les rituels de prières ou dans les textes avec les lettres Youd, puis Hé, puis Vav, puis Hé, malgré tout, nous le lisons sous le nom de « Adnout » comme expliqué.

Notre maître le ARI Zal ajoute qu’il est également interdit de prononcer les lettres du Nom d’Hachem, c'est-à-dire, d’épeler ainsi les lettres du Nom d’Hachem: Youd; puis Hé; puis Vav; puis Hé, il est interdit de l’épeler, car cela fait également partie de l’interdit de prononcer le Nom d’Hachem. La personne qui le prononce ainsi n’a pas droit au monde futur.
Notre maître le H’YDA écrit qu’il y a là une atteinte – H’ass Vé-Chalom – à l’honneur d’Hachem, similairement à ce que l’on a expliqué dans les règles relatives au respect des parents, qu’il est interdit à un fils d’appeler son père par son prénom, de même il est interdit à quiconque de mentionner le Nom de son père qui est au Ciel. Lorsqu’il s’agit du Nom d’Hachem, la chose est d’autant plus grave, car lorsqu’il s’agit du prénom de son père, il est au moins permis à un enfant d’épeler les lettres, par exemple, si le prénom du père est Ya’akov, le fils est autorisé à épeler les lettres de ce prénom en disant: Youd; ‘Aïn  Kof; Beit. Mais lorsqu’il s’agit du Nom d’Hachem, il est interdit de le prononcer même en épelant seulement les lettres. Selon les enseignements de notre maître le ARI Zal, la prononciation du Nom d’Hachem en épelant les lettres est encore plus grave qu’en le prononçant tel qu’il est écrit.

Par conséquent, les décisionnaires écrivent qu’il faut veiller à ne pas épeler les lettres du Nom d’Hachem même dans le texte du « Lechem Yeh’oud » que certains ont l’usage de dire en préliminaire des prières ou avant d’accomplir les Mitsvot. Il faut dire « …Leyah’eda Chem Youd Ké Bé-Vav Ké… » et non pas en prononçant la lettre « Hé » (il faut veiller à dire « Ké » à la place du « Hé », car cela représente l’interdit de prononcer le Nom d’Hachem tel qu’il est écrit.
C’est ainsi que tranche également notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l dans une Responsa publiée dans le Yalkout Yossef (chap.8).

Les décisionnaires débattent au sujet du nom prononcé avec « Adnout » (A.D.O.NA.Ï). Est-il interdit d’épeler les lettres en disant Alef; Dalet; Noun; Youd, ou bien l’interdit n’existe que lorsqu’on le prononce réellement (de façon injustifiée)?
Notre maître le Rav z.ts.l tranche qu’il n’y a pas d’interdit selon le strict Din d’épeler les lettres du Nom d’Hachem prononcé avec « Adnout » (A.D.O.NA.Ï) conformément à l’opinion du RADBAZ (mais les Tossafot écrivent que le monde a l’usage de veiller aussi à ne pas épeler les lettres du Nom d’Hachem prononcé avec « Adnout » (A.D.O.NA.Ï), et les personnes qui prennent en considération cette opinion méritent la bénédiction.)

Notre maître le Rav z.ts.l ajoute que même en ce qui concerne le Nom d’Hachem tel qu’il est écrit, si l’on n’a pas l’intention de le prononcer en tant que Nom d’Hachem, on peut autoriser.
C’est pourquoi, il est permis de dire dans la prière du matin « Abayé Hava Méssader Sédèr Hama’arah’a… » sans marquer un temps d’arrêt entre le mot « Abayé » et le mot « Hava » bien que cela peut s’entendre comme le Nom d’Hachem tel qu’il est écrit. Mais il est malgré tout préférable de marquer un temps d’arrêt entre le mot « Abayé » et le mot « Hava ».

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Obstruction spirituelle du cœur

Question: Doit-on faire preuve de vigilance sur la Cacherout même vis-à-vis des enfants en bas âge? Réponse: Lorsqu’il s’agit d’un aliment interdit par la Torah, comme un mélange de viande et de lait par exemple, ou bien de la viande d’anim......

Lire la Halacha

Comment doit-on tremper l’ustensile?

Il faut veiller à ce que rien ne fasse séparation (H’atsitsa) entre l’ustensile et l’eau du Mikvé. Est considérée comme H’atsitsa (élément séparateur), toute chose qui s’interpose entre l’ustensile et l&rs......

Lire la Halacha

L’attente entre la consommation de la viande et des laitages

Question: Combien de temps faut-il attendre après avoir consommé de la viande, pour pouvoir consommer des laitages? Réponse: Il est enseigné dans la Guémara H’oulin (105a): Mar Oukva dit : « Lorsque mon père consommait de la viande, il ne con......

Lire la Halacha

Lire les Téhilim ou tout autre texte du Mikra (le TANA’H) la nuit

Question: Est-il permis de lire les Téhilim ou des versets du TANAH’ (Torah, livres des prophètes et hagiographes) la nuit, ou y a-t-il un interdit selon la Kabbala? Peut-on autoriser lorsque cette lecture est faite pour la guérison d’un malade ou pour une femme sur ......

Lire la Halacha


Consommer des laitages après avoir consommé de la viande de volaille.

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué de façon générale l’obligation d’attendre 6 heures entre une consommation de viande et une consommation de laitages, ceci en raison du fait que la viande a pour nature de rester entre les dents, et ......

Lire la Halacha

Un Koumkoum électrique et des ustensiles jetables vis-à-vis de l’immersion dans le Mikvé

Question: Un Koumkoum électrique (bouilloire électrique), ainsi que des ustensiles à usage unique (jetables) sont-ils soumis à l’obligation d’être trempés? Réponse: Les Poskim (décisionnaires) débattent au sujet du Koumkoum......

Lire la Halacha

Consommer des boissons dans des établissements ou chez un particulier qui n’a pas trempé les ustensiles

Question: Est-il permis de consommer un café chez un particulier ou dans un établissement (par exemple le café « Expresso » que l’on sert sans lait dans les Cafés chez nous à Paris) si le propriétaire ne veille pas à tremper les uste......

Lire la Halacha

L’immersion des ustensiles

Tous nouveaux ustensiles achetés d’un non juif (comme par exemple la majorité des ustensiles fabriqués en dehors d’Israël) doivent être trempés dans un Mikvé avant d’être utilisés. Nous apprenons ce Din dans la Torah (Ba......

Lire la Halacha