Halacha pour lundi 11 Av 5779 12 août 2019

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

L’interdit de cuire pendant Chabbat

Il y a quelques années, nous avons expliqué certaines règles relatives à la cuisson et au réchauffement d’aliments pendant Chabbat. Nous allons à présent revenir sur ces règles, en ajoutant plus de détails.

L’interdit de cuire
Il est enseigné dans une Michna du traité Chabbat (73a) que l’interdit de cuire fait partie des 39 Mélah’ot (interdictions) que la Torah a interdit pendant Chabbat.

Dans le langage de la Michna, cet interdit porte le nom de « Ofé », qui signifie littéralement « cuire par enfournement ».

Tous les interdits en vigueur pendant Chabbat, correspondent aux activités en vigueur dans la Michkane (le Temple mobil que les Béné Israël possédaient dans le désert). Or, il est expliqué dans la Guémara que dans le Michkane, l’activité de Ofé correspondait à la cuisson des plantes qui devaient servir à la Kétoret (combustion d’encenses).

Cependant, si la Michna utilise le terme « Ofé » (cuire par enfournement), pour désigner un acte de Bichoul (cuisson sur le feu au moyen de liquides), c’est tout simplement parce que l’énumération des 39 Mélah’ot, suit le processus de la fabrication du pain (mettre en tas, battre le blé, vanner, moudre, trier, tamiser, pétrir…). C’est pour cela, que la Michna emploie le terme « Ofé » pour designer l’interdit de cuire.

Cuire pendant Chabbat un aliment qui n’a pas été cuit avant Chabbat
Est inclus dans cet interdit, le fait de placer sur le feu (ou sur la plaque électrique), un aliment ayant cuit avant Chabbat, mais pas suffisamment, comme par exemple, un aliment à moitié cuit, que l’on place pendant Chabbat sur la plaque électrique. Un tel acte constitue une transgression de Chabbat à titre de Mévachel (cuire).

(Même lorsque l’aliment a suffisamment cuit avant Chabbat, il n’est pas toujours permis de le placer sur la plaque pendant Chabbat, comme ce sera expliqué prochainement, avec l’aide d’Hashem.)

L’interdiction de cuire un aliment pendant Chabbat au moyen d’une plaque électrique
L’interdit de Mevachel (cuire) pendant Chabbat n’est du tout lié avec l’interdit de Mav’ir (allumer le feu).

En effet, l’interdit de Mav’ir est totalement détaché de l’interdit de Mévachel.

C’est pourquoi, si une personne cuit pendant Chabbat, elle est condamnable par la Torah, même si cette personne s’est juste contentée de poser son plat pendant Chabbat, sur un feu déjà allumé avant Chabbat. Il en est de même avec une plaque électrique.

Il est interdit de cuire pendant Chabbat, même sur une plaque électrique allumée avant Chabbat. Il faut aviser le public sur cela, car de nombreuses personnes font l’erreur de croire qu’il est permis de cuire pendant Chabbat sur une plaque électrique, et ces personnes trébuchent sur la profanation du Chabbat, tout ceci, par manque de connaissance de la Halah’a.

Chaleur équivalente à « Yad Solédet Bo »
L’interdiction de cuire pendant Chabbat existe uniquement lorsqu’on porte l’aliment à une température équivalente au niveau de « Yad Solédet Bo ».
C'est-à-dire: une telle intensité de chaleur que la main humaine ne pourrait pas en supporter le contact. Différents maitres de notre génération en ont fait une estimation qui correspond approximativement à 45°. Telle est l’opinion du Gaon Rabbi Chélomo Zalman OYERBACH z.ts.l. Il cite une importante preuve à ses propos, comme nous l’avons démontrer dans le passé. Nous avions ainsi fixé la Halah’a conformément à son opinion sur ce point.

Cependant, notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l, dans son livre Hazon Ovadia – Chabbat (vol.4 page 371) écrit que l’expérience prouve qu’à 45°, « le ventre d’un bébé brûle », et une telle chaleur correspond déjà à « Yad Solédet Bo ». Telle est également l’opinion du Gaon Rabbi Ben Tsion ABBA CHAOUL z.ts.l.

Il est interdit de placer un aliment (non-cuit) pendant Chabbat à proximité d’un feu, même si l’on a l’intention de le retirer avant qu’il n’atteigne la température de « Yad Solédet Bo », car tant qu’il est possible que l’aliment atteigne cette température durant la journée s’il était maintenu à cette place, le simple fait de l’y placer constitue un interdit.
Mais il est permis de placer de l’eau à proximité d’un feu, de sorte que l’eau en reste soigneusement éloignée et ne pourra jamais atteindre la température de « Yad Solédet Bo », car ce geste n’est pas considéré comme cuire.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le respect du beau-père et de la belle mère – Les signes de la fin de l’exil

Question: Est-ce qu’un homme est tenu de respecter son beau-père au même titre qu’il est tenu de respecter son père ? Réponse: Il est enseigné dans le Yalkout Chim’oni: David dit à Chaoul : « Mon père, vois et......

Lire la Halacha

Le Kaddich

Lorsqu’une personne décède, il incombe ses fils de veiller de façon particulière à prier les 3 prières quotidiennes avec un Minyan (10 hommes), afin de pouvoir dire le Kaddich pour le père ou la mère. De même pour un homme qui perd ......

Lire la Halacha

Le respect des parents après leur disparition

Au même titre qu’un homme est soumis au devoir d’honorer ses parents de leur vivant, ainsi il est soumis au devoir de les honorer après leur disparition. Il est certain qu’il lui est interdit de les mépriser après leur disparition. Il est rapport&eacut......

Lire la Halacha

Se lever devant son père et devant son Rav – La réponse de notre maitre le Rav z.ts.l à son petit-fils

Toutes les règles que nous mentionnons au sujet du respect et de la crainte des parents concernent de façon égale aussi bien le fils vis à vis de son père et de sa mère, que la fille vis-à-vis de son père et de sa mère. Si nous éc......

Lire la Halacha


Sur qui reposent les frais d’entretient des parents ?

Nous avons déjà fais mention du fait que le devoir de Kiboud Av Vaem (Respect des parents) inclus aussi le fait de se soucier de nourrir ses parents selon leur volonté, en particulier lorsque les parents sont très âgés et qu’ils ne peuvent plus s’......

Lire la Halacha

Est-il permis à un fils de contredire son père ?

Dans la précédente Halacha, nous avons mentionné l’interdiction pour un fils ou une fille de contredire les propos de leur parents, car selon la Guemara Kiddoushin (31b), le fait de ne pas contredire les parents en disant que leurs propos ne sont pas corrects, fait partie ......

Lire la Halacha

Le respect et la crainte du père et de la mère

Le devoir de respecter ses parents est divisé en 2 parties : le devoir de respecter le père et la mère, et le devoir de craindre le père et la mère, comme il est dit dans la Torah « Respecte ton père et ta mère », «&nb......

Lire la Halacha

Appeler son père ou sa mère par leur prénom – Les attitudes de notre maitre le Rav z.ts.l

Question: Est-il permis d’appeler son père par son prénom ? Est-il permis à quelqu’un d’appeler un ami par son prénom lorsque celui-ci est identique au prénom du père de la personne qui appelle? Réponse: Il est interdit d’ap......

Lire la Halacha