Halacha pour dimanche 3 Tammuz 5781 13 juin 2021

Pour l'élévation des âmes de:
Mess’od ben Ra’hel Vé-Yossef
Mme Carlotta (Cathy) FASSI z’’l (de Netanya, et anciennement de Lyon) 
Avraham Ben Avraham FUNK z’’l (de Lyon)
Désiré Ya’akov Ben Sa’ida BENSOUSSAN z’’l anciennement de Lyon 
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Odelia Bat Esther (DRAY, fille de Mme MARCIANO z’’l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l
Dan Shlomo Ben Joël Yossef KTORZA z’’l de Sarcelles
Rabbi Its’hak Ben Yehouda (Rabbin ELHADAD) de Lyon z’’l
Mme Frewa’h Bat ‘Hanna BENSAID de Lyon z’’l 
Richard Amram Ben Chélomo AMAR z’’l de Lyon
Betty Rivka Bat Sultana PEREZ (GHOZLAND WEILL) z’’l anciennement de Lyon et Paris

Pour la guérison totale et rapide de:
Le Tsaddik Rabbi David ‘Hananya Ben Mazal PINTO
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (BENADIBA) de Lyon
Alain Moché Ben Myriam (STEBOUN) de Lyon
parmi tous les malades d'Israël Amen.

Mitsva de Tsédaka et du Ma’asser Késsafim

A la demande de nombreuses personnes, nous continuons à développer le sujet de la Mitsva de Tsédaka et du Ma’asser Késsafim (dîme financière), à partir des propos de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ et des décisionnaires, ainsi que selon ce qui est mentionné sur le sujet, à travers les différents ouvrages de notre grand maître
le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l.

Question: Combien doit-on donner à chaque nécessiteux ? Doit-on procurer au nécessiteux uniquement la nourriture dont-il a besoin pour vivre, ou bien la Mitsva est de procurer à chacun tous ses besoins, en respectant son habitude?

Réponse: On enseigne dans une Baraïta du traité Kétouvot (67b):
Combien donne-t-on au nécessiteux ? « Tout ce dont il manque ».

De quelle façon ? S’il a faim et qu’il doit manger, on doit lui donner à manger. S’il est nu et qu’il faut le vêtir, on doit le vêtir. S’il ne possède pas d’objets nécessaires pour sa maison, on doit lui en acheter. Même s’il avait l’usage – lorsqu’il était riche – de chevaucher un cheval avec un serviteur qui courait devant lui, on lui achètera un cheval avec un serviteur qui courre devant lui, et de même pour chacun selon ses besoins.

Explication: Il faut donner à chacun en manque de moyens financiers suffisamment d’argent pour qu’il puisse vivre dignement.
S’il s’agit d’une personne simple, il faudra lui donner de l’argent de la Tsédaka afin qu’elle puisse s’acheter de la nourriture et de la boisson, afin qu’elle puisse payer ses factures d’eau, d’électricité, de téléphone, les frais d’éducation de ses enfants ou autre.
S’il s’agit de quelqu’un qui était riche, mais qui est devenu pauvre par la suite, s’il avait l’usage de vivre selon un train de vie assez riche, tout ce qu’on lui fournira afin qu’il puisse vivre comme il vivait auparavant, fait partie de la Mitsva de Tsedaka. S’il vivait auparavant dans une grande maison, il faudra lui donner la possibilité de le faire à nouveau. De même, s’il se déplacer dans une belle voiture, il faudra l’aider même dans ce domaine. Comme l’enseignent nos maitres: « Même s’il avait l’usage de chevaucher un cheval avec un serviteur qui courait devant lui, on lui achètera un cheval avec un serviteur qui courre devant lui ».

Il est certain que s’il n’y a pas assez d’argent dans la caisse des administrateurs de la Tsédaka, nous sommes dans ce cas tenus avant tout de fournir à chacun uniquement de la nourriture, de la boisson, des vêtements et un lieu d’habitation. Mais s’il y a la possibilité de fournir aussi pour d’autres dépenses, il est dans ce cas une Mitsva de fournir à chaque nécessiteux leurs manques de façon intégrale, afin que tout le peuple d’Israël se réjouisse et ne souffre pas de la pauvreté.

Nous avons donc appris que lorsque chacun d’entre nous donne de la Tsédaka de sa poche à qui il désire, tous les besoins des nécessiteux sont inclus dans la Mitsva de Tsédaka, même si l’on donne aux nécessiteux de l’argent pour acheter des choses qui ne sont pas indispensables, ceci fait aussi partie de la Mitsva de Tsédaka.

On raconte que le Gaon Rabbi Chélomo Zalman OYERBACH z.ts.l se soucia un jour de procurer de la nourriture à une famille nombreuse et nécessiteuse à l’approche de Péssah’. Parmi la nourriture, la Gaon z.ts.l glissa plusieurs tickets d’entrée pour le parc zoologique de Jérusalem pour toute la famille. Lorsque l’un des proches du Rav lui demanda pourquoi il se souciait aussi de fournir des tickets pour le zoo, le Rav répondit: « Que pourrait bien faire une famille nombreuse pendant toute une semaine à la maison ?! Il est certain qu’une sortie avec les enfants au parc zoologique leur ferait du bien. »
Nous apprenons de nos propos que l’aide et l’assistance à une famille nécessiteuse pour des tickets d’entrée comme ceux-ci, fait en réalité aussi partie de la Mitsva de Tsédaka et de pratique du bien (« Guémiloutt H’assadim »). L’anecdote avec le Gaon Rabbi Chélomo Zalman OYERBACH z.ts.l nous apprend la sensibilité que chacun d’entre nous doit avoir envers les gens nécessiteux qui nous entourent.

Il est une grande Mitsva de fournir à chaque nécessiteux des vêtements qui correspondent à une personne de classe moyenne, en lui donnant plusieurs vêtements pour les jours de semaine ainsi qu’un bel habit pour Chabbat, et il est d’usage de se soucier que les femmes aient plusieurs habits différents pour Chabbat, et ainsi de suite…
Il est une Mitsva de se soucier également des personnes qui n’ont pas les moyens financiers pour se marier, et de leur fournir ce dont ils manquent pour les dépenses du mariage dans des proportions moyennes, et de même pour leurs autres besoins. Cette Mitsva se nomme « Hah’nassat Kala ».

Questionner Le Rav


ספר אביר הרועים - בית מידות
ספר אביר הרועים
לפרטים לחץ כאן

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

דין ברכת שפטרנו מעונשו של זה
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

8 Halachot Les plus populaires

« Machiv Ha-Rouah’ Ou-Morid Ha-Guechem »

On commence à mentionner la formule de « Machiv HaRouah’ » « Machiv HaRouah’ OuMorid HaGuechem » (« qui fait souffler le vent et descendre la pluie ») est une formule de louange à Hachem que l’on dit durant......

Lire la Halacha

Les choses qui provoquent les pertes de mémoire

Les 5 choses qui provoquent l’oubli de l’étude Il est ramené dans la Guémara Horayot (13b): Nos maîtres enseignent: il y a 5 situations qui provoquent l’oubli de l’étude: lorsqu’on consomme les restes de nourritures consommés p......

Lire la Halacha

Observer l’arc en ciel

La personne qui observe l’arc en ciel  Nos maîtres enseignent dans la Guémara H’aguiga (16a): Celui qui observe l’arc en ciel, ses yeux s’affaiblissent, comme il est dit (dans le livre du prophète Yéh’ezkel 1-28): « Tel l'......

Lire la Halacha

Est-ce que goûter un aliment nécessite une bénédiction?

Nous avons déjà eu l’occasion d’expliquer - au sujet des bénédictions alimentaires que nous récitons avant de consommer, comme la bénédiction de « Chéhakol » ou celle de « Mézonot »......

Lire la Halacha


A partir de quand la sainteté de la 7ème entre-t-elle en vigueur sur les fruits et légumes? – Précisions supplémentaires sur le « Héter Méh’ira »

Dans des précédentes Halachot, nous avons expliqué que tous les végétaux qui poussent en Israël cette année (5782) - qui est une année de Chémita - dans des terrains appartenant à des juifs, sont soumis à la sainteté d......

Lire la Halacha

Interruption entre la bénédiction et la consommation

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué que lorsqu’on récite une bénédiction sur un aliment, il est interdit de prononcer la moindre parole, jusqu’à ce que l’on consomme l’aliment. Nous avons écrit qu’il fa......

Lire la Halacha

La demande des pluies (Barèh’ ‘Alénou) – La pluie inclue tous les domaines matériels

Hier soir, mardi 12 octobre au soir (soir du 7 H’echvan) – nous avons commencé (en Erets Israël) à demander les pluies dans la ‘Amida de ‘Arvit. De ce fait, nous allons revenir sur les règles relatives à ce point, avec quelques ajouts. L&rs......

Lire la Halacha

Quand peut-on parler après avoir réciter une bénédiction sur un aliment?

Question: A quel moment est-il permis de parler lorsqu’on a récité une bénédiction sur un aliment ? Est-il permis de parler immédiatement après avoir introduit l’aliment dans la bouche et après avoir ressentit le goût de l’alim......

Lire la Halacha