Halacha pour mardi 5 Adar II 5779 12 mars 2019

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme
de la jeune fille Ori Bat Noa z’’l
assassinée sauvagement par un terroriste parce que juive
Qu’Hachem venge son sang Amen

Pour l'élévation de l'âme de Jean Claude Nissim Ben Rose Rzala
Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l
Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de
Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

La lecture de la Méguila – Que faire lorsqu’on n’a pas entendu une partie de la Méguila, pour cause de bruits ou de retard à la synagogue ?

Toute personne a le devoir d’écouter la Méguila le jour de Pourim.
Il faut la lire le soir, et la répéter le lendemain, comme il est dit : « Mon D. ! Je t’implore le jour même si tu ne me réponds pas, et je ne me tairais pas la nuit. » Or, ce verset est écrit dans le psaume de Téhilim qui débute par les termes « Lamnatséah’ ‘Al Ayélet Hachah’ar… », et nos maîtres nous enseignent dans la Guémara Yoma (29a) qu’Esther est comparée à la Ayélet Hachah’ar (l’étoile du matin). C’est pourquoi nous apprenons à partir de ce chapitre pour la lecture de la Méguila qui a été rédigée par la reine Esther et par Mordéh’aï, qui ont eux-mêmes instauré de la lire le jour de Pourim.

« Celui qui écoute est comme celui qui récite »
Malgré tout, puisque tout le monde n’est pas forcément capable de lire la Méguila, et que tout le monde ne possède pas de Méguila valable écrite sur un parchemin, nous avons l’usage de s’acquitter de l’obligation de la lecture de la Méguila par la règle de « Choméa’ Ké-’Oné, c'est-à-dire : la personne qui écoute la lecture de la Méguila par quelqu’un qui la lit dans une Méguila valable, est quitte de l’obligation de lire exactement comme s’il l’avait lu lui-même.
C’est pourquoi le Chaliah’ Tsibbour (l’officiant) lit dans une Méguila valable, et pense à acquitter l’assemblée de l’obligation de la lecture, et l’assemblée doit-elle aussi - penser à s’acquitter de cette obligation par la lecture de l’officiant, et de cette façon, les personnes présentes sont considérées comme ayant lu elles-mêmes.

Interruption verbale au milieu de la lecture de la Méguila
Il est strictement interdit de parler durant la lecture de la Méguila, quel que soit le contenu des propos prononcés. Cette interdiction débute dès le début des Bérah’ot initiales de la Méguila, jusqu’à la fin de la Bérah’a finale, après la Méguila.
Si un auditeur s’est interrompu en prononçant des paroles étrangères à la Méguila pendant que le lecteur poursuivait sa lecture, cette personne ne s’est pas acquittée de son devoir, elle a le même statut que celui qui a sauté une partie de la Méguila, comme nous allons l’expliquer.

Il faut être très pointilleux lors de la lecture de la Méguila, en particulier lorsqu’on écoute l’officiant lire la Méguila, il faut veiller à ne pas perdre le moindre mot, car selon de nombreux Poskim (comme le RACHBA, le RAN et d’autres), si l’on a perdu ne serait ce qu’un mot de la Méguila, on ne s’est pas acquitté de son devoir.

Que faire lorsqu’on n’a entendu une partie de la lecture?
Toutefois, s’il arrive – à cause du bruit ou autre – que l’on ait perdu quelques mots de la Méguila, on peut lire ces mots dans la Méguila que nous avons dans les mains, même s’il s’agit d’une Méguila imprimée et non écrite à la main sur du parchemin. Dans ce cas, il faudra se dépêcher de rattraper les mots que l’on a perdus et ensuite poursuivre jusqu’à ce que l’on atteigne l’endroit où est arrivé l’officiant. À ce moment-là, on se tait et on écoute le reste de la lecture de l’officiant.
(Cette autorisation est valable tant qu’on a entendu au moins la majeure partie de la Méguila de la bouche de l’officiant, et qu’il n’y a qu’une petite partie que l’on a lue dans la Méguila imprimée que l’on a dans les mains).

Lorsqu’on arrive en retard à la synagogue
Si l’on arrive en retard à la synagogue et que l’on constate que l’officiant a déjà récité les bénédictions préliminaires à la lecture de la Méguila (mais qu’il n’a pas encore entamé la lecture), notre maitre le Gaon et Richon Lé-Tsion Rabbi Its’hak YOSSEF Chlita écrit (Yalkout Yossef chap.687) qu’il est préférable dans ce cas de rentrer chez soi et de lire soi-même la Méguila seul en récitant les bénédictions, plutôt que de l’entendre avec l’assemblée sans les bénédictions préliminaires.
Tout ceci bien sûr dans le cas où l’on est soi-même disposé à lire la Méguila selon toutes les règles de la lecture.
Le cas échéant, il est préférable d’écouter la Méguila de la bouche de l’officiant (même sans les bénédictions préliminaires).
Si l’officiant a non seulement récité les bénédictions préliminaires, mais a aussi entamé quelques versets de la Méguila lorsque le retardataire arrive à la synagogue, il faudra dans ce cas lire rapidement les quelques versets manquants (même dans un livre) et rattraper l’officiant, puis se taire et écouter la lecture de l’officiant.
Ceci uniquement à la condition que l’on entende la majeure partie de la Méguila de la bouche de l’officiant, comme nous l’avons expliqué.

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

התרת נדרים בעשרה
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le voleur repenti (suite)

Les propos de MARAN dans le Choul’han ‘Arou’h MARAN écrit dans le Choulh’an ‘Arouh’ (H’ochen Michpatt chap.366) : Un voleur réputé qui désire se repentir, si l’objet du vol n’existe plus, on ne doit pas accepter le......

Lire la Halacha

« Le vol est la source des mises en accusation »

Il est enseigné dans la Guémara Yoma (85b): Rabbi El’azar ben ‘Azarya commente : Il est dit dans la Torah au sujet de Yom Kippour: « Car c’est en ce jour qu’Il vous pardonnera, afin de vous purifier de toutes vos fautes, devant hachem vous vous purifiere......

Lire la Halacha

Un voleur qui désire se repentir

Question: Il y a quelques années, une personne m’a volé une somme d’argent. A présent, il vient me rembourser en pleurant qu’il ne sait pas comment rembourser toiuytes les personnes qu’il leur a volé. Comment dois-je agir? Réponse: Si une......

Lire la Halacha

Celui qui fait fauter les autres

Question: Une personne qui fait fauter les autres (qui a causé le fait que d’autres commettent des fautes), sa Téchouva (repentir) peut-elle être acceptée, lorsqu’elle regrette ses actes de tout son cœur, et qu’elle s’engage à ne plus l......

Lire la Halacha


Le devoir de repentir pour tout individu - Anecdote au sujet de notre maitre le Rav z.ts.l

Question: Pourquoi l’homme doit-il demander pardon à Hachem sur ce qu’il a fait sans intention, c'est-à-dire de façon involontaire, alors qu’il n’existe pas d’homme juste sur terre qui ne fait que le bien sans commettre de faute, et il est impos......

Lire la Halacha

Difficultés à se repentir

Question: Un homme qui commet des fautes et qui rencontre de grandes difficultés à se repentir au point de ne pas y parvenir, y a-t-il malgré cela une quelconque utilité aux Mitsvot qu’il accomplit, ou pas? Réponse: En général, le proc&e......

Lire la Halacha

Se fixer des barrières pendant la période des Sélih’ott, à travers l’étude de la Torah

Nous avons déjà mentionné antérieurement les propos de nos maitres les Ah’aronim (décisionnaires des dernières générations), ainsi que les propos de notre maitre le Rav z.ts.l selon lesquels, de notre époque, durant le mois d&rsquo......

Lire la Halacha

La Kippa à la plage – Se couvrir la tête lorsqu’on récite une bénédiction

Question: Y a-t-il une obligation de marcher avec une Kippa lorsqu’on est à la plage ? Est-il possible de réciter une bénédiction en se plaçant la main sur la tête? Réponse: Avant tout, nous devons expliquer la notion de l’obligation de ......

Lire la Halacha