Halacha pour dimanche 21 Tishrei 5780 20 octobre 2019

Pour l'élévation des âmes de : André Avraham Ben Ma'hlouf TAÎB z"l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba El baz z"l de Lyon
Pour la guérison totale de Ethan Chlomo Ben Yoni  parmi tous les malades d'Israël Amen
Pour l'élévation de l'âme de Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Pour la guérison totale et rapide de Jacky Yaakov Ben Esther (Benadiba) de Lyon, parmi tous les malades d'Israël Amen.

Sim’hatt Torah

Le RAMBAM écrit (chap.8 des règles relatives au Loulav):
Bien qu’il soit un devoir de se réjouir lors de toutes les fêtes, lors de la fête de Soukkot il y avait dans le Temple une joie particulièrement intense, comme il est dit : « Vous vous réjouirez devant Hachem votre D. durant 7 jours. »
Comment se déroulait cette joie ? On jouait de différents instruments de musique, du tambourin, ainsi que de plusieurs instruments à cordes. Chacun jouait de l’instrument qu’il connaissait. Celui qui savait chanter, chantait. On dansait et on tapait des mains, on sautillait et on s’adonnait à toutes sortes de pirouettes, chacun selon ses capacités. On entonnait des chants de gloire à Hachem. Tout le peuple - les hommes comme les femmes – venait pour voir et entendre. Toute personne qui s’abstient de cette joie mérite d’être réprimandée. Toute personne qui – au contraire – se rabaisse et exprime physiquement cette joie sans se soucier de son honneur personnel, est la plus grande et la plus honorable. Comme le dit le Roi David : « Je m’humilierais volontiers davantage et me ferais petit à mes propres yeux »

Le RAMBAM prend donc sa source du Roi David qui – lorsqu’on transporta l’Arche d’Alliance – dansa et sauta de joie devant l’Arche. Lorsqu’il rentra chez lui, son épouse Mi’hal lui dit : « Mes ancêtres n’agissaient pas ainsi ! On n’a jamais vu une de leurs mains ou un de leurs pieds découverts, et ils étaient plus respectables que toi ! » David lui répondit : « Tes ancêtres veillaient à leur propre honneur et délaissaient l’honneur d’Hachem. Moi je délaisse mon propre honneur et je désire l’honneur d’Hachem ! Est-ce devant un roi de chair et de sang que j’ai dansé ?! C’est devant Hachem le Roi des rois que j’ai dansé ! »

C’est à partir de tout cela que notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l apprend qu’il est souhaitable et juste de se stimuler à danser et à se réjouir lors de Sim’hatt Torah. Notre maitre le Rav z.ts.l lui-même, lorsqu’il était jeune, retirait son Frak (longue veste des Rabbanim) et dansait en l’honneur de la Torah avec joie et allégresse. Comme le faisait également son père Rabbi Ya’akov z.ts.l, au point où l’on dit que c’est par le mérite de sa joie lors de Sim’hatt Torah qu’il eut un fils aussi illustre que notre maitre le Rav z.ts.l.
Nous avons eu le mérite nous aussi de voir notre maitre le Rav z.ts.l très joyeux le jour de Sim’hatt Torah, il chantait d’une voix mélodieuse : « Sim’hatt Torah ! Sim’hatt Etrog ! Sim’hatt Loulav ! Sim’hatt Sim’hatt Hadass ! Sim’hatt ‘Arava ! »
Le Gaon Rabbi David ‘ATTIE Chlita (fils du Gaon et Roch Yéchiva Rabbi ‘Ezra ‘ATTIE z.ts.l, maitre de notre maitre le Rav z.ts.l) dansait devant notre maitre le Rav z.ts.l comme s’il dansait devant la Torah ! D’autres grands érudits de la Torah l’accompagnaient dans cette danse, et cela nous rappelle les descriptions faites par nos maitres sur Sim’hatt Beit Ha-Choéva qui était réalisée dans le Temple (pendant la fête de Soukkot) par les plus grands des sages d’Israël.

Nos maitres enseignent : Celui qui n’a pas assisté à la réjouissance de Sim’hatt Beit Ha-Choéva n’a jamais vu une réjouissance de sa vie!
Pourtant, même de notre époque il existe une joie intense ressentie par les gens dans leurs vies. Par exemple, lorsque quelqu’un se marie, ou bien lorsqu’il marie ses enfants. Quelle était donc cette joie si particulière lors de Sim’hatt Beit Ha-Choéva?
En réalité, cette joie était une joie spirituelle, et c’est d’elle qu’ils puisaient l’esprit prophétique (Yérouchalmi Soukka chap.5).
Nous aussi, le jour de Sim’hatt Torah, nous nous réjouissons pour avoir reçu une Torah de vérité, et parce qu’Hachem a implanté en nous une vie éternelle.
Grâce à cette joie, sera déversé sur nous un esprit de sainteté et de pureté.

Tizkou Léchanim Rabbott Né’imott Vétovott !

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le Seder de Roch Ha-Chana – « Réjouissez-vous en tremblant »

Pendant les 2 soirs de Roch Ha-Chana, nous avons la tradition de consommer certains aliments en guise de bon signe pour toute l’année. C’est pour cela que nous mangeons ces soirs-là, des haricots (Roubya en araméen ou Loubya en arabe), de la courge (Kr’a), du ......

Lire la Halacha

La bénédiction sur les éclairs et le tonnerre

Lorsque l’on voit un éclair, on doit réciter la bénédiction suivante: Barouh’ Ata A-D-O-N-A-Ï Elohénou Mélèh’ Ha’olam ‘Ossé Ma’assé Béréshit. Lorsque l’on entend le tonn......

Lire la Halacha

« Machiv Ha-Rouah’ Ou-Morid Ha-Guechem »

On commence à mentionner la formule de « Machiv HaRouah’ » « Machiv HaRouah’ OuMorid HaGuechem » (« qui fait souffler le vent et descendre la pluie ») est une formule de louange à Hachem que l’on dit durant......

Lire la Halacha

Combien de fois par jour pouvons nous réciter la bénédiction sur les éclairs et le tonnerre ?

Deux questions: Lorsqu’on entend le son du tonnerre en dormant, est-il permis de réciter la bénédiction sur le tonnerre sans procéder à la Nétilat Yadaïm (ablution des mains) ? Doit-on réciter la bénédiction systém......

Lire la Halacha


Question - Est-il permis de parler entre Mayim Ah’aronim (l’ablution des mains en fin de repas) et le Birkat Hamazon ?

Réponse Nous avons déjà expliqué qu’il est une totale obligation pour toute personne qui a consommé un repas accompagné de pain, de se laver les mains avec un peu d’eau avant de réciter le Birkat Hamazon (dans la Halah’a au sujet de......

Lire la Halacha

L’obligation de manger dans la Souccah – Le Corona

Un repas régulier Pendant les jours de la fêtes de Souccot – aussi bien la journée que la nuit – il est interdit de consommer un « repas régulier » (Se’oudat Kéva’) en dehors de la Souccah. La mesure d’un « repas r&e......

Lire la Halacha

Parler entre la Nétilatt Yadaïm et le Motsi

Il est enseigné dans la Guémara Bérah’ott (42a): Immédiatement après l’ablution des mains, on récite la bénédiction. RACHI et le RAMBAM expliquent qu’il s’agit ici d’enchaîner immédi......

Lire la Halacha

Lé’hem Michné – Réciter le Motsi sur 2 pains lors des repas de Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué la règle de la Sé’ouda Chélichitt, et nous voulons à présent également expliquer la règle pour les femmes concernant la Sé’ouda Chélichitt, mais ce point es......

Lire la Halacha