Halacha pour vendredi 11 Sivan 5779 14 juin 2019

Pour l'élévation de l'âme de:
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna HaCohen z’’l

Questions/Réponses Halacha Yomit - Jouer au Loto – Une bague que l’on ne peut pas retirer

Recueil de réponses données ces derniers temps

Question: Est-il vrai que notre maitre le Rav z.ts.l a autorisé à la fin de sa vie à jouer au Loto?

Réponse: Dans Chou’t Yabiya’ Omer (vol.7 sect. ‘H.M chap.8 et vol.10 sect. Y.D chap.58 parag.23), notre maitre le Rav z.ts.l traite du fait de participer au tirage au sort du Loto, et conclut qu’il faut interdire d’y participer, car jouer à ce jeu correspond à l’interdit de « Messa’hek Békoubya » (jouer au dés en misant de l’argent) qui est interdit à titre de vol.
La raison essentielle repose sur le fait que la personne qui donne son argent à la loterie nationale, le donne dans le seul but de gagner le tirage au sort, et ne le donne pas dans un but déterminé de l’offrir à la loterie nationale même dans le cas où elle perdrait (cette règle se nomme dans le langage de la Guémara « Asma’hta La Kanya »).
Par conséquent, l’utilisation de l’argent du jeu est interdite à titre de vol.
Le Gaon Rabbi Yossef ‘HAÏM écrit lui aussi (Chou’t Rav Pé’alim sect. Y.D vol.2 chap.30) qu’il faut interdire la participation à ce tirage au sort.

Cependant, selon certains avis, puisque la loterie nationale (en Israël) utilise une partie de l’argent en l’offrant à des institutions de Tsédaka et à des écoles religieuses ou autre, les participants acceptent de manière déterminée d’offrir leur mise (en cas d’échec au tirage au sort) à ces institutions.
Cet avis repose sur les propos du RAMA (‘H.M chap.370-19).
De ce fait, il a été rapporté que dans ce cas, même notre maitre le Rav z.ts.l admettrait que l’on peut autoriser.
Dans la pratique, le petit-fils de notre maitre le Rav z.ts.l, le Gaon Rabbi ‘Ovadia YOSSEF (Roch Yéchiva de « Ohel Yossef ») - fils de notre maitre le Gaon et Richon Lé-Tsion Rabbi Its’hak YOSSEF Chlita - atteste dans son livre « ‘Ein Michpatt » (chap.207 page 645) qu’il s’est rendu chez notre maitre le Rav z.ts.l environ 4 mois avant la disparition de notre maitre le Rav z.ts.l, et il a eut une discussion avec lui sur ce sujet. Notre maitre le Rav z.ts.l lui a dit que même si la loterie nationale n’offre aux institutions de Tsédaka qu’une minorité de l’argent misé, cela suffit pour que les participants offrent leurs mises de manière sincère à la loterie nationale dans ce but.
Par conséquent, celui qui s’autorise à jouer au Loto (en Israël) a sur qui s’appuyer.
Il s’étend davantage sur le sujet (voir référence citée plus haut).
[En France, la règle est différente, et il est nécessaire de se renseigner].

Mais il faut savoir que selon la morale de notre sainte Torah et selon notre foi en la Providence Divine sur son monde, il n’est pas correct qu’un homme gaspille son argent dans de tels bulletins de tirage au sort, car les chances de gagner sont quasiment nulles.
On rapporte au nom du Gaon Rabbi Ben Tsion ABBA CHAOUL z.ts.l qu’au maximum, si l’on désire remplir un bulletin de Loto, on doit le faire qu’une seule fois par an, à titre d’effort personnel (« Hictadlout ») dans la Parnassa.
Il est clair que les personnes qui dépensent leur argent et achètent plusieurs bulletins ou autres, expriment ainsi leur éloignement de la foi en Hachem qui nourrit et subvient aux besoins de chacun, tous leurs efforts dans ce sens ne leur serviront à rien, et ils s’attirent une grande humiliation, car parfois la « richesse » est destinée au malheur de l’homme.
C’est pourquoi, les grands de ce monde - comme le Gaon Rabbi ‘Haïm FALLAG’I z.ts.l entre autres - se sont opposés à toute sorte de jeux à l’argent, car il est de notoriété que de nombreuses personnes sont tombées dans le piège du jeu et ont détruit leur vie, qu’Hachem ait pitié.
Par conséquent, celui qui désire se préserver doit s’éloigner de ces tirages au sort, et s’il désire y participer de manière très rare, il a sur qui s’appuyer.

 

Question: Est-il obligatoire de retirer la bague lors de la Nétilatt Yadaïm ? J’ai une bague que je n’arrive pas à retirer de la main?

Réponse: Lors de la Nétilatt Yadaïm, il est interdit qu’une chose fasse séparation entre la main et l’eau.
Une bague serrée au corps, représente un élément séparateur lors de la Nétila, et c’est pourquoi il faut la retirer.
Nous avons l’usage de retirer même les bagues qui ne sont pas serrées au corps.
Selon le Strict Din, lorsqu’il s’agit d’une bague que l’on ne retire jamais, il n’est pas nécessaire de la retirer lors de la Nétilatt Yadaïm.
C’est pourquoi, dans le cas de notre question où il s’agit d’une bague qu’il est impossible de retirer, il est permis de procéder à la Nétilatt Yadaïm avec une telle bague.
Cependant, il est juste d’aller voir un expert afin qu’il retire la bague, car pour la Tévila (l’immersion dans le Mikvé), nous avons l’usage de retirer tout élément séparateur, en particulier une bague serrée qui peut très probablement représenter un élément séparateur entre l’eau du Mikvé et le doigt.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le « ’Erouv Tavchiline » - Chavou’ot 5780

Qu’est ce que le ‘Erouv Tavchiline? Cette année (5780), le 1er jour de Chavou’ot tombera un vendredi veille de Chabbat. (29.mai) Nous savons que pendant chaque Yom Tov il est permis de cuisiner pour les besoins du Yom Tov. Par exemple, il est permis de mettre pendant Yom T......

Lire la Halacha

Cuire pendant Yom Tov

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué que même si Yom Tov et Chabbat ont un statut identique vis-à-vis de l’interdiction de réaliser des travaux, et pour cette raison il est interdit de voyager en voiture pendant Yom Tov, malgré tout, l......

Lire la Halacha

Manipuler le feu pendant Yom Tov – allumage et extinction

Nous avons expliqué que Yom Tov et Chabbat ont le même statut vis-à-vis de toutes les interdictions, excepté certains travaux liés à la préparation de la nourriture (« Oh’el Nefech ») qui sont permis pendant Yom Tov, comme l’int......

Lire la Halacha

La fête de Chavou’ot - Le Corona

La fête de Chavou’ot – le moment du Don de notre sainte Torah qui est notre vie et de laquelle dépend la longévité de nos jours - tombe cette année 5780 avec l’aide d’Hachem, à la fin des du compte des jours du ‘Omer, ce vendredi......

Lire la Halacha


Bénédiction finale sur une boisson chaude

Question: Une personne qui a bu un thé ou un café, doit-elle ensuite réciter la bénédiction finale « Boré Néfachott »?  Réponse: Nous avons expliqué à plusieurs occasions que lorsqu’on a consomm......

Lire la Halacha

Dire le Kaddich

Question: Quelle est l’importance de dire le Kaddich pour un défunt? Réponse: Lorsqu’une personne décède, il incombe ses fils de veiller de façon particulière à prier les 3 prières quotidiennes avec un Minyan (10 hommes......

Lire la Halacha

Le 33ème et le 34ème jour du ‘Omer – année 5780

Demain mardi (et dès ce soir lundi) aura lieu le jour de Lag Ba’Omer qui est un jour de joie pendant lequel on ne récite pas le Tah’anoun, car c’est en ce jour que les secrets de la Thora ont été dévoilés. De plus, Rabbi Chimon Bar Yoh&rsqu......

Lire la Halacha

Bénédiction finale sur une boisson refroidie

Dans la précédente Halacha, nous avons cité la règle de la bénédiction dinale après avoir consommé une boisson. Nous avons précisé que lorsqu’on a consommé une quantité de un « Révi’itt&......

Lire la Halacha