Halacha pour lundi 25 Sivan 5777 19 juin 2017

Pour l'élévation de l'âme de 
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Interruption entre la bénédiction et la consommation

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué que lorsqu’on récite une bénédiction sur un aliment, il est interdit de prononcer la moindre parole, jusqu’à ce que l’on consomme l’aliment. Nous avons écrit qu’il faut avaler une partie de l’aliment, et ce n’est qu’à ce moment qu’il sera permis de parler.
Mais si l’on a seulement gouté l’aliment, mais qu’on ne l’a pas encore avalé, on ne doit pas parler.

Cependant, à postériori, si l’on s’est interrompu verbalement après avoir seulement gouté l’aliment, on ne récite pas de nouveau la bénédiction, car celle-ci a été essentiellement instaurée sur la satisfaction du goût de l’aliment, même sans avaler.

Lorsqu’on a récité une bénédiction sur un aliment et que l’on entend une autre bénédiction, ou un Kaddich
Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit qu’étant donné qu’il est interdit de s’interrompre entre la bénédiction et la consommation, de ce fait, même s’il arrive qu’une personne récite une bénédiction et avant de mettre l’aliment dans la bouche elle entend quelqu’un d’autre réciter une autre bénédiction, ou bien un Kaddich, elle ne doit pas s’interrompre pour répondre « Amen », car il est catégoriquement interdit de s’interrompre par la moindre parole entre la bénédiction et la consommation.
La personne qui s’interrompt entre la bénédiction et la consommation, a récité une bénédiction en vain.
Ce phénomène est fréquent lors de Sé’oudott de Azkarott, ou bien aussi lors des « Sé’oudott Aménim » organisées de notre époque par les dames, où chacun et chacune récite des bénédictions sur des aliments, et il arrive parfois que quelqu’un récite une bénédiction et sans avoir eu le temps de mettre l’aliment dans la bouche son voisin en récite une lui aussi, dans un tel cas il est interdit de répondre Amen jusqu’à avoir gouté l’aliment.

Lorsqu’on a gouté l’aliment et que l’on entend une bénédiction
Mais notre maitre le Rav z.ts.l précise que si une personne a au moins gouté un aliment et sans avoir le temps de l’avaler, elle entend une bénédiction ou un Kaddich récités par quelqu’un d’autre à ses côtés, cette personne ne doit pas attendre d’avaler pour répondre Amen, elle doit répondre avant d’avaler.
Cependant, il est évident que si l’aliment se trouve véritablement proche de la gorge, et que l’on ne peut pas répondre dans ces conditions, on ne doit pas répondre verbalement mais se contenter seulement de penser le « Amen ».

Réciter une bénédiction sur un Chewing Gum
A partir de tout ceci, nous apprenons également une Halacha au sujet du Chewing Gum. En effet, le Chewing Gum ne possède réellement que du goût, et de ce fait, selon une opinion Halachique, il ne faudrait pas réciter de bénédiction sur le Chewing Gum.
Mais notre maitre le Rav z.ts.l réfute cette opinion, car dès que l’aliment procure une satisfaction à la bouche, nous sommes tenus de réciter une bénédiction sur l’aliment.
En
particulièrement pour le Chewing Gum qui contient des matières concrètes, comme le sucre et les autres matières de sa composition qui pénètrent le corps du consommateur, et dans de telles conditions, il est certain qu’il faut réciter la bénédiction sur sa consommation selon tous les avis.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

La règle relative à un œuf, de l’ail ou de l’oignon restés découvert toute une nuit

Les choses interdites par danger Il est enseigné dans la Guémara Nida (17a): Rabbi Chim’on Bar Yoh’aï dit : il y a 5 choses à cause desquelles une personne peut se mettre en danger en les réalisant, et l’une de ces choses est le fait de consommer ......

Lire la Halacha

La bénédiction de Chéhéh’yanou à la vision d’un être cher

Question: Une personne s’absente de chez elle durant 30 jours ou plus. A son retour, cette personne est heureuse de retrouver les membres de sa famille, ainsi que ses amis intimes. Doit-elle réciter la bénédiction de Chehe’heyanou en les revoyant? Réponse: ......

Lire la Halacha

La bénédiction de Mé’hayé Hamétim au bout de 12 mois de séparation avec un être cher

Dans la précédente Hala’ha, nous avons expliqué que lorsque l’on voit un être cher, un ami intime ou un proche parent, que l’on n’a pas vu depuis 30 jours, on doit réciter la bénédiction de Chéhe’heyanou en le voyan......

Lire la Halacha

Dégonder des portes ou des fenêtres pendant Chabbat

Question: Est-il permis de dégonder pendant Chabbat une porte ou une fenêtre? Réponse: Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué que l’une des activités interdites pendant Chabbat est celle de « construire ». ......

Lire la Halacha


La Bénédiction finale pour une consommation de fruits des 7 espèces, de pâtisseries et de vin.

Question Lorsqu’on a consommé des fruits faisant partie de la catégorie des 7 espèces (raisins, figue, grenade, olives, dattes), et que l’on consomme aussi des pâtisseries, quelle Bérah’a finale doit-on réciter? Réponse Avant tou......

Lire la Halacha

L’interdiction de construire pendant Chabbat

Question: Est-il permis de balayer une cour située à l’entrée d’une maison pendant Chabbat, où se trouvent du sable et des petits cailloux? Réponse: L’une des 39 activités interdites pendant Chabbat est l’interdiction de construire......

Lire la Halacha

Accouchement pendant Shabbat

Question: Une femme enceinte sait que le jour de son accouchement tombera très probablement Shabbat, et qu’il faudra donc transgresser Shabbat pour elle en la transportant en voiture jusqu’à l’hôpital. Au terme de sa grossesse, cette femme est-elle tenue de pas......

Lire la Halacha

Appareil « écoute bébé » pendant Shabbat

Question: Est il permis de placer avant Shabbat, un appareil « Intercom » (« écoute bébé ») dans la chambre d’un bébé, afin de pouvoir entendre pendant Shabbat, s’il pleur, et de pouvoir le surveiller à......

Lire la Halacha