Halacha pour mardi 4 Adar 5781 16 février 2021

Pour l'élévation des âmes de:
Désiré Ya’akov Ben Sa’ida BENSOUSSAN z’’l anciennement de Lyon 
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Odelia Bat Esther (DRAY, fille de Mme Marciano z’’l de Lyon)
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l
Dan Shlomo Ben Joël Yossef z’’l
Rabbi Its’hak Ben Yehouda (Rabbin Elhadad de Lyon) z’’l

Pour la guérison totale et rapide de:
Betty Rivka Bat Sultana
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (Benadiba) de Lyon,
parmi tous les malades d'Israël Amen.

Michloa’h Manott envoyé conjointement par une épouse et son mari

Question: Je suis chez moi pour Pourim, et je n’envois pas moi-même le Michloa’h Manott. Puis-je m’acquitter de mon obligation en me joignant au Michloa’h Manott envoyé par mon mari?

Réponse: Nous devons d’abord expliquer le statut des femmes vis-à-vis du devoir de Michloa’h Manott.

L’obligation des femmes sur le Michloa’h Manott
Une femme est soumise à l’obligation du Michloa’h Manott au même titre qu’un homme. En général, la femme envoie Michloa’h Manott à son amie, par exemple sa voisine ou autre.
Le RAMA écrit (chap.695) que même une femme mariée est soumise au Michloa’h Manott, et elle ne s’acquitte pas de son devoir par le Michloa’h Manott envoyé par son époux.

En parallèle, le Gaon auteur du Péri ‘Hadach écrit que la femme n’est pas soumise au devoir d’envoyer le Michloa’h Manott, car il écrit dans la Méguilatt Esther : « … l’envoi de mets, l’un envers l’autre … », et il n’est pas dit : « … l’envoi de mets, l’une envers l’autre … ».
C’est pourquoi il écrit que les femmes sont exemptes du devoir de Michloa’h Manott.

Mais la quasi-totalité des décisionnaires réfutent ses propos sur ce point.
Le Gaon Ya’bets prouve dans son livre Ché-ilatt Ya’bets (vol.1 chap.120) que tous les devoirs de Pourim pour les générations sont déduites du verset « Les juifs accomplirent et acceptèrent sur eux et sur leur descendance … », or les femmes sont inclues dans les termes « leur descendance » et sont donc soumises à l’accomplissement de toutes les Mitsvot du jour, au même titre qu’il ne fait pas l’ombre d’un doute qu’elles sont soumises au devoir de la lecture de la Méguila et des autres Mitsvot de Pourim, puisque les femmes ont-elles aussi bénéficiées du miracle de Pourim.
Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l cite les propos des décisionnaires sur ce point, et il prouve par de solides preuves que la vérité est avec le Gaon Ya’bets sur ce point. C’est pourquoi, il tranche dans la pratique qu’il n’y a aucun doute qu’une femme est soumise au devoir d’envoyer Michloa’h Manott, exactement comme les hommes. (‘Hazon Ovadia-Pourim page 140).

Doit-on envoyer Michloa’h Manott exclusivement par le biais d’une tierce personne?
Nous devons aussi clarifier si le devoir de Michloa’h Manott doit être accompli exclusivement en le confiant à un messager, ou bien chacun peut lui-même accomplir ce devoir en apportant lui-même le Michloa’h Manott?
Le Gaon auteur du livre Béné Tsion (chap.44) écrit qu’étant donné qu’il est écrit « … l’envoi de mets, l’un envers l’autre … », il faudrait à priori en déduire qu’il est un devoir d’envoyer le Michloa’h Manott exclusivement par un messager, car lorsqu’on apporte soi-même le Michloa’h Manott, cela n’entre pas dans un cadre « d’envoi ».
De même, le Gaon ‘Hatam Sofer écrit dans ses commentaires (Guittinn 22b) qu’il faut à priori envoyer le Michloa’h Manott par le biais d’un intermédiaire.
Notre maitre le Rav z.ts.l a débattu de ce point en 5725 (1965) avec son maitre le Gaon Rabbi ‘Ezra ATTIE z.ts.l, et ils ont tous deux conclus dans la pratique qu’il n’est pas nécessaire d’envoyer exclusivement par un intermédiaire. Chacun peut lui-même apporter le Michloa’h Manott et s’acquitter ainsi de son devoir. (ibid. page 143).
Il est évident que si l’on envoi par un intermédiaire, que l’on est quitte de son devoir selon tous les avis.

Un Michloa’h Manott envoyé conjointement par un couple
A présent, au sujet d’une épouse qui désire que son mari l’acquitte par le Michloa’h Manott qu’il va envoyer, si l’on peut considérer le mari d’une part comme « l’envoyé » de la femme, il peut tout à fait donner Michloa’h Manott pour elle. Cependant, il s’agit ici d’un cas où le mari donne le même Michloa’h Manott à la fois pour lui-même et à la fois pour son épouse, et cela nécessite discussion.

Selon le Gaon Rabbi Chélomo Zalman OYERACH z.ts.l (Halichott Bétah chap.24 note 25), qu’un couple peut s’acquitter de son devoir avec un seul Michloa’h Manott conjoint, mais il faudra veiller à ce qu’il y ait dans le Michloa’h Manott l’équivalent de 2 Michloa’h Manott (c'est-à-dire, 4 choses comestibles, puisqu’il faut 2 choses comestibles dans un Michloa’h Manott).
Notre maitre le Rav z.ts.l a également traité de ce point dans son livre (ibid. page 137), et il conclu dans la pratique que même s’il n’y a pas l’équivalent de 2 Michloa’h Manott, le coupe s’acquitte de son devoir avec un seul Michloa’h Manott, car il contient 2 choses comestibles, et de ce fait il sera honorablement accepté par le bénéficiaire, et par conséquent, on s’acquitte ainsi de son devoir.

En conclusion: La femme doit offrir elle aussi le Michloa’h Manott.
Selon l’usage, elle l’offre à son amie. Si l’époux offre son Michloa’h Manott également au nom de son épouse, ils sont tous les deux quittes de leur devoir, le mari comme la femme.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

La Mitsva de compter le ‘Omer

Il est écrit dans la Torah (Vayikra 21 – 15): « Vous compterez pour vous, dès le lendemain du Chabbat, depuis le jour où vous apporterez le ‘Omer du balancement, 7 semaines pleines. » Selon l’explication transmise à nos maitres ......

Lire la Halacha

Définition d’un nœud destiné à perdurer ; définition d’un nœud professionnel

Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué qu’il est interdit de confectionner un nœud pendant Chabbat lorsqu’il est destiné à perdurer, c’est un dire, un nœud que l’on n’a pas l’intention de dénouer da......

Lire la Halacha

Règles relatives à l’interdit de nouer et dénouer pendant Chabbat

Une Michna de la fin du traité Chabbat (73a) recense toutes les activités interdites pendant Chabbat, au nombre de 39. Parmi ces activités, « Nouer et dénouer ». Cela signifie que lorsqu’on confectionne un nœud pendant Chabbat, ou lorsqu......

Lire la Halacha

Les nœuds interdits par nos maîtres pendant Chabbat, ainsi que ceux autorisés pendant Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué que confectionner un nœud et dénouer un nœud font parties des activités interdites pendant Chabbat. Nous avons expliqué les types de nœuds interdits par la Torah pendant Chabbat. Nous allo......

Lire la Halacha


Seder du soir de Pessah’ - Kadech

Le célèbre Seder de Pessah’ « Kadech – Ourh’ats – Karpass – Yah’ats – Maguid – Roh’tsa – Motsi – Matsa – Maror – Koreh’ – Choulh’an Oreh’ – Tsafoun – Bareh&rsquo......

Lire la Halacha

« Tout est prévu et la permission est donnée »

Concernant Yom Ha’Atsmaout, voir ce lien --------------------------------------------------- Il est enseigné dans les Pirké Avot (chap.3 Michna 19): « Tout est prévu et la permission est donnée. » Notre maître le RAMBAM explique: Tout est pr&......

Lire la Halacha

Séparer les fils de Tsitsit pendant Chabbat

Question: Mon petit garçon porte le « Tsitsit ». Lorsque je vois que les fils du Tsitsit sont emmêlés, puis-je les séparer pendant Chabbat? Réponse: Avant de réciter la bénédiction sur le Talit, ou bien avant de rev&ecir......

Lire la Halacha

« Celui dont la sagesse est plus grande que les actes, sa sagesse ne pérennisera pas. »

Il est enseigné dans les Pirké Avott (chap.3 Michna 12): Celui dont les actes sont plus grands que la sagesse verra sa sagesse pérenniser. Celui dont la sagesse est plus grande que les actes, sa sagesse ne pérennisera pas. Notre maître le RACHBETS commente dans so......

Lire la Halacha