Halacha pour lundi 27 Cheshvan 5777 28 novembre 2016

Pour l'élévation des âmes de : André Avraham Ben Ma'hlouf TAÎB z"l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba El baz z"l de Lyon
Pour la guérison totale de Ethan Chlomo Ben Yoni  parmi tous les malades d'Israël Amen

 

La bénédiction de « Chéhakol Nihya Bidvaro » sur des boissons après le Kiddouch (apéritifs)

Question: Après le Kiddouch du Chabbat matin, avant de procéder à la Nétilatt Yadaïm et au Motsi, nous avons la tradition de servir des apéritifs avec des boissons, doit-on réciter la bénédiction de « Chéhakol Nihya Bidvaro » sur ces boissons?

Réponse: Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué les principales règles selon lesquelles on récite la bénédiction de « Chéhakol Nihya Bidvaro » lorsqu’on désire consommer des boissons diverses, comme des jus de fruits, de la bière, de l’anisette, de l’eau ou autre … Nous avons aussi précisé que lorsqu’on désire consommer du vin, on récite la bénédiction de « Boré Péri Ha-Guéfen ».

Nous avons également ajouté que lorsqu’on a récité la bénédiction de « Boré Péri Ha-Guéfen » sur du vin, et que l’on avait aussi à cet instant l’intention de consommer ensuite d’autres boissons, on ne récite pas la bénédiction de « Chéhakol Nihya Bidvaro » sur les autres boissons, puisque la bénédiction de « Boré Péri Ha-Guéfen » récitée sur le vin acquitte de bénédiction toutes les autres boissons consommées ensuite, au même titre que la bénédiction de « Ha-Motsi Lé’hem Min Haarets » acquitte de bénédiction tout autre aliment consommé ensuite.

Consommer des boissons après le Kiddouch
Venons-en à présent au sujet de notre question.
Cette question a véritablement été posée à notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l, au sujet de gens qui organisent le Kiddouch du Chabbat matin à la synagogue à l’issue de l’office de Moussaf, lorsqu’il a une réjouissance comme un ‘Hatan ou une Bérit Mila ou autre. Toute l’assistance écoute la bénédiction de « Boré Péri Ha-Guéfen » de la bouche du récitant. Chacun goûte un peu de vin du Kiddouch, et ensuite (après avoir consommé au moins un Kazaït – 27 g - de « Mézonott »), on sert des boissons diverses.
La question est : Doivent-ils réciter la bénédiction de « Chéhakol Nihya Bidvaro » sur ces boissons ou pas?

En réalité, la question se divise en deux parties:
Certains ont l’usage de goûter un peu de vin dès que le récitant à terminé la bénédiction de « Boré Péri Ha-Guéfen », mais d’autres ne boivent absolument pas le vin, et dès la fin du Kiddouch, ils consomment des boissons qui se trouvent devant eux. Les uns comme les autres sont-ils acquittés de la bénédiction de « Boré Péri Ha-Guéfen » prononcée par le récitant (Ils sont tous acquittés du Kiddouch puisque le fait que les auditeurs goûtent n’est pas une totale obligation mais uniquement un geste affectueux envers la Mitsva, la question ne concerne que la bénédiction de « Boré Péri Ha-Guéfen ») ?

Celui qui goûte le vin et celui qui ne le goûte absolument pas
Au sujet de ceux qui ne goûtent pas le vin après le Kiddouch, notre maitre le Rav z.ts.l (dans le livre Halichott ‘Olam vol.2 page 24) écrit que l’on ne peut pas les exempter de réciter la bénédiction de « Chéhakol Nihya Bidvaro » sur les autres boissons consommées ensuite, car ce n’est que dans le cas où l’on a goûté le vin que nous appliquons le principe selon lequel la bénédiction du vin acquitte de bénédiction les autres boissons consommées ensuite, car dans ce cas elles sont entraînées par le vin.

Par contre, ceux qui ont réellement goûté le vin au moment du Kiddouch, leur statut est le même que celui qui a récité la bénédiction de « Boré Péri Ha-Guéfen » sur du vin et qui ne doit donc pas réciter ensuite la bénédiction de « Chéhakol Nihya Bidvaro » sur les autres boissons consommées ensuite.
Même si certains décisionnaires objectent sur ce point en argumentant qu’une si petite quantité de vin goûtée par les auditeurs lors du Kiddouch ne peut pas acquitter de bénédiction les autres boissons, malgré tout, la Halacha n’est pas fixée selon leur opinion.

En conclusion: Lorsqu’on a écouté le Kiddouch le Chabbat matin, et que l’on a goûté un peu de vin après le Kiddouch, si l’on désire ensuite consommer diverses boissons (et que l’on avait l’intention de les consommer lorsqu’on a écouté le Kiddouch), on ne récite pas la bénédiction de « Chéhakol Nihya Bidvaro » sur ces boissons, car la bénédiction du vin acquitte de bénédiction toute autre boisson consommée ensuite.

Mais si l’on a seulement écouté la bénédiction de « Boré Péri Ha-Guéfen » de la bouche du récitant et que l’on n’a pas goûté le vin, (même si l’on est malgré tout acquitté du Kiddouch), si l’on désire ensuite consommer diverses boissons, on doit réciter la bénédiction de « Chéhakol Nihya Bidvaro ».

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Règles relatives au jour du 9 Av

Le jour de Tich’a Be-Av (le jeûne du 9 Av), 5 interdits sont en vigueur: Manger et boire; Se laver; S’enduire (le corps avec de l’huile ou de la crème corporelle) ; Porter des chaussures en cuir ; Pratiquer l’intimité conjugale De même, il est inte......

Lire la Halacha

Une personne malade du Corona par négligence, doit –elle réciter le Gomel à sa guérison ?

Réponse: Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué que la personne qui tombe malade et qui est alitée, comme la grippe ou le Corona, doit réciter le Gomel une fois guérie, et que cela doit être fait en présence de 10 hommes. M......

Lire la Halacha

Règles relatives à la sortie du 9 Av et au 10 Av

Après la sortie des étoiles le jour du 9 Av, il est permis de manger et de boire. nous avons l’usage de réciter Birkat Ha-Lévana (la bénédiction à la vision de la lune) après l’office de ‘Arvit à la sortie du 9 Av. il ......

Lire la Halacha

Le Gomel pour une personne malade – Le Corona

Question: Une personne qui a été victime du Corona, mais sous une forme légère sans avoir été véritablement en danger, qui a été malade et alitée, doit-elle réciter le Gomel? Réponse: Dans la précéde......

Lire la Halacha


Consommation de viande après Roch H’odech AV

Il est expliqué dans une Michna de Ta’anit (26b) qu’il est interdit par décret de nos maîtres de consommer de la viande et du vin, la veille de Tich’a Beav (la veille du jeune du 9 Av) lors de la Séouda Ha-Mafsekete (le dernier repas avant le début......

Lire la Halacha

Lois relatives à la Bérah’a du Gomel

Nos sages ont instauré que toute personne qui vie un événement dangereux se doit de remercier Hachem en récitant une Bérah’a devant 10 personnes comme nous allons l’expliqué. Dans la Guémara, traité de Bérah’ott page......

Lire la Halacha

Tou Bé-Av – le 15 Av

Aujourd’hui, nous célébrerons « Tou Bé-Av ». On enseigne dans une Michna de Ta’anit (26b): Rabban Chim’on Ben Gamliel dit: « Il n’y a pas de plus belles fêtes pour Israël que le 15 Av et Yom KIPPOUR. Ces jours-là, le......

Lire la Halacha

Les personnes soumises et exemptes du jeûne du 9 Av

Un malade sans danger Un malade (véritablement malade, qui est alité ou autre, même s’il n’est pas en danger) est exempt de jeûner le 9 Av, car la sévérité du jeûne du 9 Av est moins importante que celle de Yom Kippour sur ce point. D......

Lire la Halacha