Halacha pour dimanche 17 Kislev 5780 15 décembre 2019

Pour l'élévation de l'âme de:
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna HaCohen z’’l

Le respect du second époux de la mère et de la seconde épouse du père – Le respect des grands-frères

Nos maitres enseignent dans la Guémara Kétoubott (103a):
Il est dit dans la Torah : « Respecte ton père et ta mère » (« Kabèd Ett Avih’a VéEtt Iméh’a »). Apparemment, la Torah pouvait s’exprimer en disant « Kabèd Avih’a VéIméh’a », sans utiliser le mot « Ett ». Pourquoi l’avoir donc utilisé ? Nos maitres en déduisent que le premier « Ett » de ce verset vient inclure le devoir de respect envers l’épouse de ton père, même si celle-ci n’est pas ta mère. Et le second « Ett » de ce verset vient inclure le devoir de respect envers le mari de ta mère, même si ce n’est pas ton père, et que cet homme a épousé ta mère après le décès de ton père ou après le divorce de tes parents.

Nos maitres ajoutent que la lettre « Vav » du mot « VéEtt » de ce verset vient inclure le devoir de respect envers ton grand-frère.
C’est pourquoi, toute personne est tenue de respecter l’épouse de son père ainsi que l’époux de sa mère. De même, chacun est tenu de respecter son grand-frère.

Notre maitre le ROCH écrit dans un responsa qu’il n’y a pas de différence sur ce point entre un grand-frère (demi-frère) du côté de son père ou un grand-frère (demi-frère) du côté de sa mère, dans tous les cas, nous sommes soumis au devoir de respect. C’est ainsi que tranche également notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l qui ajoute qu’il n’y a pas de différence sur ce point entre un grand-frère et une grande-sœur car la règle de respect est relative aux deux.
Il faut être très vigilant sur cette règle, en particulier dans ces dernières générations où l’ordre et l’autorité au sein de la famille ne sont plus respectés comme dans les générations précédentes. Nous avons malgré tout le devoir d’accomplir les obligations de notre sainte Torah ainsi que les enseignements de nos maitres, et respecter le grand-frère et la grande-sœur conformément au Din.

Notre maitre le RAMBAM écrit que le devoir de respect envers le grand-frère et la grande-sœur n’est pas un réel devoir ordonné par la Torah, mais seulement par nos maitres qui l’ont institué en s’appuyant sur un verset de la Torah, car le devoir de respect envers l’épouse du père ou envers l’époux de la mère s’apprend dans la Guémara à partir des mots « Ett » (Avih’a) et « VéEtt » (Iméh’a), et l’on considère cette règle comme-ci elle avait été écrite explicitement dans la Torah, puisque la Torah a inclue ces obligations de façon explicite. Mais le devoir de respect envers le grand-frère et la grande-sœur - qui s’apprend uniquement du surplus de la lettre « Vav » (du mot « VéEtt Iméh’a ») - n’est pas considéré comme une chose écrite explicitement dans la Torah, mais seulement ordonné par nos maitres.

Les décisionnaires débattent afin de définir s’il y a un devoir de respecter le grand-frère ou la grande-sœur même après le décès des parents.
En effet, le RAMBAN écrit que le respect des frères et sœurs est lié au respect des parents, car il est humiliant pour les parents que leurs enfants ne soient pas respectés, mais après le décès des parents, cette raison n’est plus valable. D’autres décisionnaires se montrent malgré tout rigoureux sur ce point.

Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit que même s’il est interdit d’appeler son père (ou sa mère) par son prénom, comme nous l’avons écrit dans les précédentes Halachot, malgré tout, il semble qu’il n’y a pas d’interdit d’appeler son grand-frère par son prénom, et l’une des raisons à cela réside dans le fait que l’interdit d’appeler son père par son prénom n’émane pas du devoir de « respect » mais de celui de « crainte » envers le père et la mère. Or, vis-à-vis du grand-frère, nous n’avons pas trouvé de devoir de crainte mais uniquement un devoir de respect.
De même, toutes les notions de respect envers le grand-frère ne sont pas réellement égaux à ceux envers les parents, mais indiquent seulement de se comporter envers le grand-frère avec respect et savoir vivre, comme se comportent les gens qui craignent le ciel. Il est évident qu’il est interdit d’humilier ou de critiquer le grand-frère ou la grande-sœur, car ce comportement représente un véritable manque de respect, et il va à l’encontre des ordonnances de nos maitres.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Suite des règles sur les ustensiles en verre et en Pyrex vis-à-vis de la viande et du lait

Dans la précédente Halacha, nous avons cité l’opinion de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ selon lequel les ustensiles en verre n’absorbent absolument pas, et de ce fait, il n’y a aucun interdit à utiliser des ustensiles en verr......

Lire la Halacha

Ustensiles en verre pour la viande et le lait

Question: Doit-on également posséder une vaisselle viande et une vaisselle lait lorsqu’il s’agit d’ustensiles en verre? Réponse: Nous avons déjà expliqué dans la précédente Halacha qu’il est obligatoire de possé......

Lire la Halacha

Vaisselle viande et vaisselle lait et règle du goût détérioré (נותן טעם לפגם)

Les parois d’une marmite qui a cuit de la viande absorbent légèrement de la nourriture au moment de la cuisson. Par conséquent, cette marmite est qualifiée de marmite « viande », et de ce fait, si l’on cuit des aliments lactés dans......

Lire la Halacha

L’interdiction de la viande et du lait

Il est dit à 3 reprises dans notre sainte Torah: « Tu ne cuiras pas le chevreau dans le lait de sa mère. » (Chémot chap.23 et 34. Dévarim 14).  Nos maîtres commentent dans la Guémara H‘oulin (114a): Une fois pour nous indiq......

Lire la Halacha


La bénédiction de Chéhéh’éyanou sur un nouveau vêtement

Question: Quand doit-on réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou sur un nouveau vêtement? Doit-on la réciter lors de l’achat, ou bien au moment où l’on porte véritablement le vêtement? De plus, doit-on r&eacu......

Lire la Halacha

La bénédiction de « Chéhé’héyanou » sur une bonne odeur

Question: Doit-on réciter la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur un parfum qui se renouvelle chaque année? Réponse: Cette question prend sa source dans le fait que l’on récite la bénédiction de &......

Lire la Halacha

Réciter la Bérah’a de Chéhéh’éyanou sur des fruits greffés

Question: Faut-il réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou lorsque l’on consomme pour la première fois dans l’année des agrumes comme un pamplemousse ou une orange? Réponse: Nous devons tout d’abord introduire l......

Lire la Halacha

Réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou sur des fruits de la même espèce

Dans la Halacha précédente, nous avons mentionné qu’il faut réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou avant de consommer un fruit pour la première fois de l’année, et ce, même s’il s’agit d......

Lire la Halacha