Halacha pour lundi 21 Tammuz 5780 13 juillet 2020

Pour l'élévation des âmes de : André Avraham Ben Ma'hlouf TAÎB z"l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba El baz z"l de Lyon
Pour la guérison totale de Ethan Chlomo Ben Yoni  parmi tous les malades d'Israël Amen

 

Se couper les cheveux pendant Ben Ha-Métsarim - (du 17 Tamouz au 9 Av) cette année (5780)

L’usage de s’interdire la coupe de cheveux
En conséquence à la gravité du deuil en vigueur pendant la période de Ben Ha-Métsarim, les Achkénazim ont pour tradition de ne pas se couper les cheveux, ni de se raser, depuis le 17 Tamouz jusqu’au 10 Av.

L’usage des Séfaradim
Cependant, les Séfaradim et originaires du moyen orient n’ont pas cette tradition rigoureuse, ils s’en tiennent, sur ce point, au strict décret de nos maitres qui n’ont interdit qu’à « Chavoua’ Ché’hal Bo » (la semaine dans laquelle tombe le jeûne du 9 Av) où il est interdit de se couper les cheveux et de laver le linge. C’est ainsi que tranchent le RAAMBAM et MARAN dans le Choulh’an ‘Arouh’.
La « semaine dans laquelle tombe le jeûne du 9 Av » signifie depuis le dimanche qui précède le jeûne du 9 Av. Par exemple : si le jeûne tombe un jeudi, toutes les interdictions liées à « la semaine dans laquelle tombe le jeûne » entreraient en vigueur depuis le dimanche (samedi soir) qui précède.

Le statut des femmes vis-à-vis de l’interdit de se couper les cheveux
En ce qui concerne la coupe de cheveux pour une femme pendant la semaine dans laquelle tombe le jeûne du 9 Av pour les Séfaradim, ou pendant toute la durée de Ben Ha-Métsraim (les 3 semaines) pour les Achkjénazim, cela va dépendre d’une divergence d’opinion parmi les décisionnaires sur le cas d’une femme en deuil sur l’un de ses proches.
Nous savons effectivement qu’un homme en deuil n’a pas le droit de se couper les cheveux, ni de se raser la barbe pendant 30 jours. Mais pour une femme en deuil, Maran tranche dans le Choul’han Arou’h (Yoré Déa chap.390-5) qu’elle a le droit de se couper les cheveux même avant que ne s’achèvent les 30 jours.
Le Rama (opinion Halachique principale pour les Achkénazim) n’est pas du même avis, il pense que même une femme doit attendre 30 jours de deuil avant de se couper les cheveux.

A priori, cette période de deuil a le même statut que la période de 30 jours d’un deuil habituel.
Il est vrai que le Gaon Rabbi Moshé FEINSTEIN z.t.s.l tranche qu’une femme doit s’imposer la ‘Houmra (la rigueur) de ne pas se couper les cheveux pendant cette période, en fondant cette décision sur les propos du Rama rapportés plus haut, selon lesquels, même une femme doit attendre 30 jours pour se couper les cheveux, lors d’un deuil habituel.
Cependant, certains Rabbanim Achkénazim ont écrit que même si la Hala’ha exige dans un deuil habituel, que même une femme attende 30 jours pour se couper les cheveux (selon l’usage des Achkénazim), pour ce qui est de la période de Ben Ha-Métsarim, elles peuvent se le permettre.
Toutefois, à partir de Chavoua Ché’hal Bo (la semaine dans laquelle tombe le jeûne du 9 Av), où le deuil entre en vigueur par véritable institution de nos maitres, et non plus seulement par tradition, il ne faut faire aucune distinction entre un homme et une femme, et selon la tradition Ashkénaze, une femme devra s’abstenir de se couper les cheveux au moins à partir de Chavoua Ché’hal Bo. (la semaine dans laquelle tombe le jeûne du 9 Av).

Cependant, selon la tradition des Séfaradim, les femmes peuvent se couper les cheveux, et cela, même pendant Chavoua Chéhal Bo (la semaine dans laquelle tombe le jeûne du 9 Av).

En conclusion: Selon l’usage des Séfaradim, l’interdiction de se couper les cheveux n’est en vigueur qu’à partir de la semaine dans laquelle tombe le 9 Av (depuis le samedi soir qui précède), excepté pour les femmes, car elles ne sont pas concernées par cet interdit. Mais selon l’usage des Achkénazim, selon l’opinion de plusieurs grands décisionnaires, il faut s’imposer la rigueur sur ce point, même pour les femmes, et ne pas se couper les cheveux pendant les 3 semaines de Ben Hamétsarim.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Règles relatives au jour du 9 Av

Le jour de Tich’a Be-Av (le jeûne du 9 Av), 5 interdits sont en vigueur: Manger et boire; Se laver; S’enduire (le corps avec de l’huile ou de la crème corporelle) ; Porter des chaussures en cuir ; Pratiquer l’intimité conjugale De même, il est inte......

Lire la Halacha

Une personne malade du Corona par négligence, doit –elle réciter le Gomel à sa guérison ?

Réponse: Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué que la personne qui tombe malade et qui est alitée, comme la grippe ou le Corona, doit réciter le Gomel une fois guérie, et que cela doit être fait en présence de 10 hommes. M......

Lire la Halacha

Le Gomel pour une personne malade – Le Corona

Question: Une personne qui a été victime du Corona, mais sous une forme légère sans avoir été véritablement en danger, qui a été malade et alitée, doit-elle réciter le Gomel? Réponse: Dans la précéde......

Lire la Halacha

Règles relatives à la sortie du 9 Av et au 10 Av

Après la sortie des étoiles le jour du 9 Av, il est permis de manger et de boire. nous avons l’usage de réciter Birkat Ha-Lévana (la bénédiction à la vision de la lune) après l’office de ‘Arvit à la sortie du 9 Av. il ......

Lire la Halacha


Consommation de viande après Roch H’odech AV

Il est expliqué dans une Michna de Ta’anit (26b) qu’il est interdit par décret de nos maîtres de consommer de la viande et du vin, la veille de Tich’a Beav (la veille du jeune du 9 Av) lors de la Séouda Ha-Mafsekete (le dernier repas avant le début......

Lire la Halacha

Lois relatives à la Bérah’a du Gomel

Nos sages ont instauré que toute personne qui vie un événement dangereux se doit de remercier Hachem en récitant une Bérah’a devant 10 personnes comme nous allons l’expliqué. Dans la Guémara, traité de Bérah’ott page......

Lire la Halacha

Tou Bé-Av – le 15 Av

Aujourd’hui, nous célébrerons « Tou Bé-Av ». On enseigne dans une Michna de Ta’anit (26b): Rabban Chim’on Ben Gamliel dit: « Il n’y a pas de plus belles fêtes pour Israël que le 15 Av et Yom KIPPOUR. Ces jours-là, le......

Lire la Halacha

Les personnes soumises et exemptes du jeûne du 9 Av

Un malade sans danger Un malade (véritablement malade, qui est alité ou autre, même s’il n’est pas en danger) est exempt de jeûner le 9 Av, car la sévérité du jeûne du 9 Av est moins importante que celle de Yom Kippour sur ce point. D......

Lire la Halacha