Halacha pour dimanche 27 Sivan 5779 30 juin 2019

Pour l'élévation de l'âme de 
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Reculer de trois pas avant la ‘Amida

Le Rokéyah’ (cité par le RAMA au chap.95) écrit qu’avant d’entamer la ‘Amida, il faut reculer de trois pas et revenir ensuite devant soi en marchant trois pas pour commencer la ‘Amida. Ce geste exprime de l’affection pour la chose que l’on s’apprête à faire, comme il est dit au sujet de Moché Rabbénou qui – avant de prier Hachem – pénétra dans trois espaces : H’ocheh’ (obscurité) ; ‘Anann (le nuage) ; ‘Arafel (brouillard).

Cet usage est également cité par le Gaon auteur du Kénessett Ha-Guédola ainsi que par d’autres décisionnaires.

Cependant, le Gaon auteur du Eliya Rabba écrit qu’il n’est pas nécessaire d’agir ainsi, car cet usage n’est absolument pas mentionné dans le Talmud, ni dans les propos de la plupart de nos maitres les décisionnaires médiévaux (Richonim).
Mais le Gaon auteur du Michna Béroura écrit que dans la pratique, cet usage est appliqué de façon générale.
Le Gaon Rabbénou Yossef H’AÏM écrit dans son livre Ben Ich H’aï (Béchalah’) que l’usage de reculer de trois pas et de revenir devant soi en marchant trois pas avant d’entamer la ‘Amida, possède une grande explication au niveau mystique.

Certains décisionnaires écrivent que cet usage n’est valable que lorsqu’on est assis au Beit Ha-Midrach et que l’on étudie, ou bien lorsqu’on se trouve à la maison, et lorsqu’arrive le moment de la prière on se lève pour prier, dans un tel cas, on doit s’apprêter à prier en reculant de trois pas et en revenant devant soi en marchant trois pas. Mais lorsque l’on a déjà marché de nombreux pas en se rendant à la synagogue pour prier, il n’est absolument plus nécessaire de veiller à cet usage.

Le Gaon auteur du Péri H’adach écrit que même si lorsqu’on a marché en direction de la synagogue pour prier il n’est plus nécessaire d’appliquer cet usage, malgré tout, puisque cet usage ne demande pas réellement d’effort, il est souhaitable de l’appliquer.

Sur le plan pratique, celui qui a l’usage de reculer de trois pas et de revenir devant lui en marchant trois pas avant d’entamer la ‘Amida, mérite la Bénédiction.
Cependant, nombreux de nos grands Rabbanim Séfaradim n’avaient absolument pas cet usage, car ils s’appuyaient sur les propos des décisionnaires qui n’ont pas mentionné cet usage, ou bien sur le fait qu’ils avaient déjà marché plusieurs pas en se rendant à la synagogue pour prier. Ainsi, nous avons constaté auprès de notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l, lorsque l’endroit où il priait la ‘Amida était véritablement proche de l’endroit où il s’asseyait, il ne reculait ni ne revenait devant lui avant d’entamer la ‘Amida. Il agissait selon les enseignements de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ et des décisionnaires qui n’ont absolument pas mentionné cet usage.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le devoir de Matanot La-Evyonim

Il est dit dans la Méguilat Esther (9 – 22): « Faire de ces jours, des jours de festin et de joie, et d’échange de mets mutuels, ainsi que de cadeaux aux nécessiteux. » Il est rapporté dans la Guémara Méguila (7a): Echange de met......

Lire la Halacha

Les jours de Pourim - La règle de « Michloah’ Manott »

Le devoir de « Michloa’h Manott » Il est dit dans la Méguilat Esther (9 – 22): « Faire de ces jours, des jours de festin et de joie, et d’échange de mets mutuels, ainsi que de cadeaux aux nécessiteux. » Il est rapporté dans la ......

Lire la Halacha

Divré Torah sur Térouma

בס''ד Divré Torah sur Térouma Par le Rav David A. PITOUN    4 Divré Torah La Parasha de Térouma est la première des Parashiyot qui traitent de la construction et de l’architecture du Mishkan (le Temple mobile que les Bén&ea......

Lire la Halacha

Question : Doit-on répondre « Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo » après la mention du Nom d’Hachem dans le Kiddouch et la Havdala ?

Réponse: Dans la Halah’a précédente, nous avons expliqué la principale raison pour laquelle on répond « Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo », puisque tel était l’usage de notre maître le ROCH qui ré......

Lire la Halacha


La règle relative à un œuf, de l’ail ou de l’oignon restés découvert toute une nuit

Les choses interdites par danger Il est enseigné dans la Guémara Nida (17a): Rabbi Chim’on Bar Yoh’aï dit : il y a 5 choses à cause desquelles une personne peut se mettre en danger en les réalisant, et l’une de ces choses est le fait de consommer ......

Lire la Halacha

« Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo»

Question: Quand doit-on répondre « Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo »? Réponse: Moché Rabbénou dit dans un verset de la Torah: « Lorsque j’invoque le Nom d’Hachem, rendez hommage à notre D. » Le Tar......

Lire la Halacha

La bénédiction de Chéhéh’yanou à la vision d’un être cher

Question: Une personne s’absente de chez elle durant 30 jours ou plus. A son retour, cette personne est heureuse de retrouver les membres de sa famille, ainsi que ses amis intimes. Doit-elle réciter la bénédiction de Chehe’heyanou en les revoyant? Réponse: ......

Lire la Halacha

La bénédiction de Mé’hayé Hamétim au bout de 12 mois de séparation avec un être cher

Dans la précédente Hala’ha, nous avons expliqué que lorsque l’on voit un être cher, un ami intime ou un proche parent, que l’on n’a pas vu depuis 30 jours, on doit réciter la bénédiction de Chéhe’heyanou en le voyan......

Lire la Halacha