Halacha pour jeudi 15 Cheshvan 5782 21 octobre 2021

Pour l'élévation des âmes de:
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l

Pour la guérison totale et rapide de:
Tinok Ben Yael Sarah

Pour la guérison totale et rapide de Jean Luc Shelomo Ben Eliyahou (Azoulay) parmi tous les malades d'Israël Amen.

A partir de quand la sainteté de la 7ème entre-t-elle en vigueur sur les fruits et légumes? – Précisions supplémentaires sur le « Héter Méh’ira »

Dans des précédentes Halachot, nous avons expliqué que tous les végétaux qui poussent en Israël cette année (5782) - qui est une année de Chémita - dans des terrains appartenant à des juifs, sont soumis à la sainteté de la 7ème année.
Nous avons également expliqué l’attitude de sainteté qu’il faut adopter vis-à-vis de ces fruits et légumes. Cette sainteté est en vigueur même sur les fruits d’Israël exportés à l’étranger. De même, les Etroguim d’Israël qui seront commercialisés à l’étranger à l’approche de la fête  de Soukkot l’année prochaine, seront soumis à la sainteté de la 7ème année.
Nous avons aussi ajouté que la production qui pousse dans des terrains vendus selon le « Héter Méh’ira », n’est absolument pas soumise à la sainteté de la 7ème année, car le « Héter Méh’ira » est une véritable autorisation fondée sur l’authenticité de la Torah.
Mais puisque nous avons été consulté par de nombreuses personnes cette année ainsi que lors de la précédente Chémita à ce sujet, nous allons de nouveau clarifier que selon l’opinion de notre saint maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l,

le « Héter Méh’ira » est une totale autorisation, même pour les personnes rigoureuses.
Les personnes ayant l’usage de n’acheter les fruits que du « Otsar Beit Din » ou autre ne le font que par pur embellissement de la Mitsva.
Par conséquent, ces temps-ci où – comme on nous l’a indiqué – les prix des légumes qui ne proviennent pas des champs du « Héter Méh’ira » sont beaucoup plus élevés que le prix des légumes du « Héter Mé’hira », il n’est absolument pas nécessaire d’acheter des légumes qui ne sont pas du « Héter Méh’ira », car cette autorisation est une totale et authentique autorisation de la Halacha.
Même vis-à-vis des Avréh’im (étudiants en Kolel) et des Bah’ouré Yéchivot (étudiants en Yéchiva) qui ont généralement l’usage de s’imposer différentes rigueurs dans divers domaines, notre maitre le Rav z.ts.l nous a indiqué de diffuser dans le cadre de la « Halacha Yomit » ainsi que dans un fascicule que nous avons publié, qu’ils n’ont pas à s’imposer d’acheter les fruits et légumes du « Otsar beit Din » ou d’une production non-juive, et qu’ils achètent simplement du « Héter Méh’ira », car il s’agit d’une véritable autorisation fiable et crédible selon l’authenticité de la Torah.

C’est l’occasion de préciser que sans la bonté et la miséricorde d’Hachem qui a gratifié notre génération de notre saint maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l, il est certain que les personnes concernées auraient influé par l’opinion contre le « Héter Méh’ira », et le Grand Rabbinat d’Israël se serait abstenu d’organiser la vente, par crainte des Rabbanim influents. Le marché aurait été entièrement envahi de fruits de la 7ème année conservés et produits pendant la 7ème année contrairement à la Halacha. De même pour les légumes et autres produits spontanés de la terre qui sont interdits à la consommation.
Seul notre maitre le Rav z.ts.l – la lumière d’Israël – dans sa force et sa droiture, s’est mobilisé pour que le Grand Rabbinat poursuivre sa tradition d’organiser la vente. Notre maitre le Rav z.ts.l a rédigé une importante et convaincante responsa afin de soutenir le « Héter Méh’ira » avec des preuves irréfutables, et grâce à cela, il nous a préservés d’une profanation anarchique de la 7ème année.

Nous allons à présent expliquer à partir de quand entrent en vigueur les règles de la 7ème année sur les fruits et légumes qui ne proviennent pas du « Héter Méh’ira ».

Même si l’année de la Chémita se déroule de Roch Ha-Chana 5782 à Roch Ha-Chana 5783, malgré tout, la sainteté de la 7ème année n’entre en vigueur sur les fruits et légumes que selon les étapes de leurs pousses, comme nous allons l’expliquer:

L’étape qui détermine la sainteté de la 7ème année pour les légumes est la cueillette. Tout légume cueilli pendant la 7ème année est soumis à la sainteté de la 7ème année, même s’il a poussé intégralement durant la 6ème année.

Pour les olives, les raisins, la récolte (blé, orge …) et les légumineuses (graines diverses, riz, fèves, pois chiches ….), l’étape déterminante pour la sainteté de la 7ème année est le tiers de leurs pousses. S’ils parviennent au tiers de leur pousse pendant la 7ème année, ils sont soumis à la sainteté de la 7ème année.

Pour les fruits de l’arbre, l’étape déterminante est la « H’anata » qui correspond au 1er tiers de la pousse du fruit. Selon certains décisionnaires, la « H’anata » correspond au moment où le fruit est distinct pour la première fois après la chute de la fleur.

C’est pour cette raison que la plupart des fruits commercialisés actuellement ne sont pas soumis à la sainteté de la 7ème année, et une pancarte indique qu’ils sont de « la production de la 6ème année », car ils sont relatifs d’un point de vue Halachique à la 6ème année. Mais les légumes du « Otsar Beit Din » sont soumis à la sainteté de la 7ème année.

Il n’y a pas de lien entre la sainteté de la 7ème année et l’interdiction de travailler dans les champs lors de la 7ème année. Par conséquent, même s’il s’agit de végétaux qui ne sont pas soumis à la sainteté de la 7ème année - comme les fleurs par exemple – il est malgré tout interdit de réaliser un travail pendant la 7ème année ayant pour objectif d’améliorer leur état, depuis le début de l’année jusqu’à sa fin.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

L’interdiction de « Dach » (battre le blé) et de Séh’ita (presser) pendant Chabbat

Nous avons déjà expliqué à plusieurs reprises qu’il existe 39 activités sources (« Avott Mélah’ott ») interdites pendant Chabbat. Chacune de ses activités sources possède des activités dérivées (&laq......

Lire la Halacha

Faire du thé pendant Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons écrit qu’il est permis de presser des citrons pendant Chabbat à la main – et non au moyen d’un ustensile – car la règle du pressage du citron n’est pas la même que celle du pressage des autr......

Lire la Halacha

Presser un citron pendant Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué qu’il est interdit de presser des fruits pendant Chabbat, lorsqu’il s’agit de fruits qu’il est d’usage de presser pour leur jus. De même, nous avons aussi expliqué qu’il est permis d......

Lire la Halacha

Le véritable sens Halachique de la fête de Tou Bichvat

Ce soir (dimanche soir), tombe la fête de TOU Bichvat La Guémara Roch Ha-Chana (2a) nous enseigne: Tou Bi-Chvat est le Roch Ha-Chana des arbres. Certains font l’erreur de croire qu’au même titre que tout l’univers est jugé le jour de Roch Ha-Chana (......

Lire la Halacha


Réciter le Birkat Ha-Mazon en se déplaçant en chemin

Question: Lorsqu’une personne consomme en marchant, est-elle autorisée à réciter le Birkat Ha-Mazon en marchant? Réponse: Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué que nos maîtres ont instauré de réciter le Bir......

Lire la Halacha

Presser des oranges sur une salade de fruits pendant Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons fait mention de l’interdiction de la Torah de presser des olives pendant Chabbat pour obtenir de l’huile, ou bien des raisins pour en extraire le jus. Mais pour tous les autres fruits, leur pressage n’a pas été int......

Lire la Halacha

Des aliments contenant de la farine

Ces derniers jours, nous avons appris que lorsqu’un aliment est constitué de plusieurs aliments dont les bénédictions initiales sont différentes, il faut réciter la bénédiction correspondant à l’aliment principal du mélange. ......

Lire la Halacha

Un aliment constitué de plusieurs espèces

Question: Quelle est la bénédiction d’un poivron farci ? De même, quelle est la bénédiction d’une pâtisserie faite à base d’un peu de farine, mais dont l’essentiel est constitué de fruits et de noix? Réponse: Dan......

Lire la Halacha