Halacha pour dimanche 8 Tevet 5779 16 décembre 2018

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Répondre Amen à la bénédiction d’un enfant – L’attitude du Gaon Rabbi Chélomo Zalman OYERBACH z.ts.l

Question: Doit-on répondre « Amen » aux bénédictions des enfants (qui ne sont pas Bar ou Bat Mitsva)?

Réponse: Il est enseigné dans une Baraïta du traité Béra’hot (53a):
On répond « Amen » aux bénédictions de toute personne, excepté les enfants.
La Guémara explique:
Ceci uniquement au moment où ils étudient et apprennent avec leur maître à réciter les bénédictions. Mais lorsqu’ils récitent véritablement leurs bénédictions pour s’acquitter, on doit répondre à leurs bénédictions.

Cela signifie - tel que l’explique MARAN dans le Choulh’an ‘Arouh’ (chap.215) – qu’il est permis d’apprendre aux enfants à réciter les bénédictions tel qu’elles sont formulées réellement, même s’ils récitent dans ce cas en vain lors de leur apprentissage, car lorsqu’on apprend à un enfant à réciter les bénédictions, on lui apprend la formulation exacte de la bénédiction même s’il n’est pas soumis à ce moment précis à cette bénédiction. Par exemple : si l’on désire éduquer son enfant à réciter la bénédiction de « Boré Péri Ha’Ets », il est permis de lui faire réciter cette bénédiction plusieurs fois sur le même fruit, même si selon la règle il ne faut la réciter qu’une seul fois sur le même fruit. C’est pour cela que dans ce cas précis il ne faut pas répondre « Amen » à de telles bénédictions (sauf pour la première sur le premier morceau du fruit), car on ne peut pas répondre « Amen » pour accréditer et confirmer les propos du récitant alors que sa bénédiction n’en est pas une.

Mais lorsque les enfants récitent les bénédictions conformément à la règle afin de s’acquitter réellement, puisqu’ils récitent dans ce cas à titre de H’inouh’ (éducation), même s’ils ne sont pas encore arrivés à l’âge d’obligation des Mitsvot (13 ans pour un garçon, 12 ans pour une fille), il faut dans ce cas répondre « Amen » à leurs bénédictions.

Cependant, les décisionnaires écrivent que tout ceci n’est valable que pour des enfants arrivés en âge d’éducation, qui connaissent le sujet de la bénédiction et savent à qui elle est adressée. Mais s’il s’agit d’enfants véritablement petits, il ne faut pas répondre à leurs bénédictions, car il est à craindre que leur corps ne soit parfaitement propre. De ce fait, lorsque le TOUR et MARAN dans le Choulh’an ‘Arouh’ tranchent qu’il faut répondre « Amen » aux bénédictions des enfants en bas âge lorsqu’ils les récitent pour s’acquitter puisqu’ils sont en âge d’éducation, cela s’adresse uniquement à des enfants arrivés en âge d’éducation.
Notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit que dans le doute, il ne faut répondre « Amen » qu’à la bénédiction d’un enfant âgé de 9 ans et au-delà.

Nous apprenons de là qu’il faut éduquer les enfants à nettoyer leurs corps très scrupuleusement, car s’ils ne se nettoient pas correctement après avoir soulagé leurs besoins naturels, toutes leurs bénédictions ainsi que toutes leurs prières sont vaines.

Il faut ajouter qu’au même titre qu’il y a une nécessité d’éduquer les enfants à réciter les bénédictions, il est aussi nécessaire de les éduquer à répondre Amen aux bénédictions qu’ils entendent.
En effet, lorsque des adultes ne répondent pas Amen à la bénédiction d’un enfant, celui-ci est susceptible de négliger de répondre Amen aux bénédictions qu’il entendra, car il ne sait pas pourquoi on ne répond pas Amen à ses propres bénédictions.
C’est pour cela que le Gaon Rabbi Chélomo Zalman OYERBACH z.ts.l avait l’usage – lorsqu’il entendait la bénédiction d’un enfant – de répondre « Amé » (sans le Noun), et ainsi l’enfant ne portait pas attention au fait qu’on ne répond pas exactement « Amen » à sa bénédiction, et il apprenait malgré tout l’obligation de répondre Amen aux bénédictions que l’on entend.

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

באמצע "שמונה עשרה" הופעלה אזעקה, מה יעשה?
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le respect du beau-père et de la belle mère – Les signes de la fin de l’exil

Question: Est-ce qu’un homme est tenu de respecter son beau-père au même titre qu’il est tenu de respecter son père ? Réponse: Il est enseigné dans le Yalkout Chim’oni: David dit à Chaoul : « Mon père, vois et......

Lire la Halacha

Le Kaddich

Lorsqu’une personne décède, il incombe ses fils de veiller de façon particulière à prier les 3 prières quotidiennes avec un Minyan (10 hommes), afin de pouvoir dire le Kaddich pour le père ou la mère. De même pour un homme qui perd ......

Lire la Halacha

Le respect des parents après leur disparition

Au même titre qu’un homme est soumis au devoir d’honorer ses parents de leur vivant, ainsi il est soumis au devoir de les honorer après leur disparition. Il est certain qu’il lui est interdit de les mépriser après leur disparition. Il est rapport&eacut......

Lire la Halacha

Se lever devant son père et devant son Rav – La réponse de notre maitre le Rav z.ts.l à son petit-fils

Toutes les règles que nous mentionnons au sujet du respect et de la crainte des parents concernent de façon égale aussi bien le fils vis à vis de son père et de sa mère, que la fille vis-à-vis de son père et de sa mère. Si nous éc......

Lire la Halacha


Sur qui reposent les frais d’entretient des parents ?

Nous avons déjà fais mention du fait que le devoir de Kiboud Av Vaem (Respect des parents) inclus aussi le fait de se soucier de nourrir ses parents selon leur volonté, en particulier lorsque les parents sont très âgés et qu’ils ne peuvent plus s’......

Lire la Halacha

Est-il permis à un fils de contredire son père ?

Dans la précédente Halacha, nous avons mentionné l’interdiction pour un fils ou une fille de contredire les propos de leur parents, car selon la Guemara Kiddoushin (31b), le fait de ne pas contredire les parents en disant que leurs propos ne sont pas corrects, fait partie ......

Lire la Halacha

Le respect et la crainte du père et de la mère

Le devoir de respecter ses parents est divisé en 2 parties : le devoir de respecter le père et la mère, et le devoir de craindre le père et la mère, comme il est dit dans la Torah « Respecte ton père et ta mère », «&nb......

Lire la Halacha

Appeler son père ou sa mère par leur prénom – Les attitudes de notre maitre le Rav z.ts.l

Question: Est-il permis d’appeler son père par son prénom ? Est-il permis à quelqu’un d’appeler un ami par son prénom lorsque celui-ci est identique au prénom du père de la personne qui appelle? Réponse: Il est interdit d’ap......

Lire la Halacha