Halacha pour lundi 9 Elul 5779 9 septembre 2019

La Kippa à la plage – Se couvrir la tête lorsqu’on récite une bénédiction

Question: Y a-t-il une obligation de marcher avec une Kippa lorsqu’on est à la plage ? Est-il possible de réciter une bénédiction en se plaçant la main sur la tête?

Réponse: Avant tout, nous devons expliquer la notion de l’obligation de se couvrir la tête lorsqu’on mentionne le Nom d’Hachem.
Nous avons déjà expliqué dans le passé que selon le strict Din, il n’y a pas de réelle obligation à marcher avec une Kippa, car ce qui est mentionné dans la Guémara (Chabbat 118b) « Rav Houna fils de Rav Yéhochoua’ dit : Que vienne sur moi la bénédiction car je n’ai jamais marché 4 coudées tête nue », ceci n’est pas selon le strict Din mais uniquement une mesure de piété qu’il adoptait.
Malgré tout, nous avons aussi mentionné les propos de notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l selon lesquels, de notre époque – où la Kippa est devenue
[au moins en théorie] le signe distinctif qui désigne ceux qui servent Hachem et ceux qui ne le servent pas, il y a dans ce comportement bien plus qu’une mesure de piété.

Cependant, il est évident que lorsqu’on se trouve chez soi et qu’on se lève de son lit, ou bien lorsqu’on se trouve dans un lieu de baignade, selon le strict Din, on n’a pas l’obligation de marcher avec une Kippa.
Il ne nous reste donc qu’à expliquer le cas où quelqu’un s’apprête à réciter une parole de sainteté (« Davar Chébakédoucha ») : est-il tenu selon le Din de mettre une Kippa sur sa tête, ou bien il n’y a là aucune obligation selon le strict Din?

Il est enseigné dans le traité Soférim (chap.14-15):
« Quelqu’un dont les vêtements sont déchirés, ou qui a la tête découverte, est autorisé à lire le Chéma’. Selon certains, si ses vêtements sont déchirés, il est autorisé à lire le Chéma’, mais si sa tête est découverte, il n’est pas autorisé à lire le Chéma’, car il n’est pas autorisé à mentionner le Nom d’Hachem la tête découverte. »
Le sujet fait donc l’objet d’une divergence d’opinion dans le traité Soférim, s’il est permis ou non de réciter une bénédiction ou de prononcer une parole de sainteté lorsqu’on a la tête découverte.
Dans le Beit Yossef (chap.91), MARAN cite les propos de Rabbénou Yéro’ham, selon lesquels la Halacha retient le deuxième avis, selon lequel il est interdit de réciter une bénédiction la tête découverte, et c’est ainsi que tranche MARAN dans le Choul’han ‘Arou’h.

Il est à noter que selon l’opinion de notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l, il est convenable que même des jeunes-filles célibataires, placent sur leur tête quelque chose (un foulard ou autre) lorsqu’elles récitent une bénédiction, en particulier lorsqu’elles prient la ‘Amida ou qu’elles récitent le Birkatt Hamazon.
Il existe des jeunes-filles pieuses et justes qui adoptent ce comportement, heureuses soient-elles, et combien leur part est glorieuse.

A présent, il nous reste seulement à expliquer s’il est suffisant de poser la main sur la tête afin de pouvoir réciter une bénédiction, ou bien si ce geste n’a aucune utilité?

L’auteur du Téroumatt HaDechen écrit (chap.10):
« Le fait de poser sa propre main sur la tête n’est pas considéré comme un couvre-chef, car la tête et la main font partie du même corps, et le corps ne peut se couvrir lui-même. »
Nous apprenons d’ici que, le fait de poser la main sur la tête n’est d’aucune utilité pour être considéré comme une autre forme de couverture.
C’est ainsi que tranche MARAN dans le Choul’han ‘Arou’h, et il ajoute que selon l’explication du Téroumatt Ha-Dechen, il semble que lorsque quelqu’un d’autre place sa main sur la tête de celui qui désire réciter une bénédiction, celui-ci peut réciter la bénédiction, car ce n’est pas le même corps.

En conclusion: Lorsque quelqu’un s’apprête à réciter une bénédiction, il est tenu de se couvrir la tête au moyen d’une Kippa ou autre.
De même, lorsque quelqu’un d’autre lui met la main sur la tête, il est autorisé à réciter une bénédiction. Mais lorsqu’il place sa propre main sur sa propre tête, ceci n’est pas considéré comme une couverture de la tête sur ce point.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

ESTA PERMITIDO CONSUMIR PESCADO CON LECHE?

Estudiamos en el Talmud, tratado de Hulin 103b, se prohíbe cocinar carnes con leche, a excepción de la carne de pescado y de langosta. Observamos entonces que, de acuerdo a la legislación talmúdica no se incluye en la prohibición de consumir o cocinar carne con lec......

Lire la Halacha

DIEZMO MONETARIO PARA LOS HIJOS

Pregunta: Las personas que suelen separar de sus ingresos mensuales el diezmo monetario ¿pueden destinar el mismo a la educación y demás necesidades de los hijos que de él dependen? Respuesta: Como hemos visto anteriormente, es una obligación para cada jud&iacut......

Lire la Halacha

RESTAURANTES KOSHER CON COCINEROS GENTILES

Según vimos en las entregas anteriores, no se debe comer alimentos cocinados por los gentiles, por lo tanto no se puede comer en los restaurants en los que cocinan cocineros gentiles a menos que cuenten con una supervisión Kosher de alguna entidad rabínica autorizada. General......

Lire la Halacha

BENDICIONES SOBRE ALIMENTOS EN LA NOCHE DE SHABUOT

Como vimos en la entrega anterior, es costumbre permanecer despiertos la noche de Shabuot y dedicar la misma al estudio de Tora. Asimismo escribimos que esta noche es preciso leer el “Tikun” correspondiente el cual, según los maestros de Cabalá posee gran importancia, y ......

Lire la Halacha


LA CARIDAD

Escribe el Tur, que es un precepto positivo que rige para cada individuo de Israel ayudar monetariamente a los necesitados, tzedaka; asimismo, existe una trasgresión para aquellos que evitan dar caridad, como está escrito en el versículo: No endurezcas su corazón y no cie......

Lire la Halacha

LA MEDIDA DE LA TZEDAKA

Escriben el Ramba”m, el Tur y Maran en el Shuljan Aruj que la persona que tiene las posibilidades de proveer todas las necesidades de los pobres, o sea que si es un hombre adinerado y tiene la posibilidad de ayudar a los menesterosos de su ciudad en todas sus necesidades, debe hacerlo. De toda......

Lire la Halacha

CONDICIONES EN LAS QUE SE AUTORIZA LA COCCIÓN DE UN GENTIL

Como hemos visto en la entrega anterior, nuestros sabios prohibieron la cocción del gentil, incluso si no existe la posibilidad de que se trate de un alimento prohibido, por ej. si el gentil cocina una papa, de todas formas nuestros sabios prohibieron los alimentos cocinados por el gentil. ......

Lire la Halacha

CAFÉ DEL GENTIL

Pregunta: Se puede consumir el café preparado por el gentil, por ej. el café que se sirve en los aviones, etc. o lo alcanza la prohibición de bishul goy –cocción del gentil- u otra prohibición? Respuesta: NO es este el contexto para analizar los problemas ......

Lire la Halacha