Halacha pour dimanche 12 Cheshvan 5780 10 novembre 2019

Pour l'élévation des âmes de : André Avraham Ben Ma'hlouf TAÎB z"l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba El baz z"l de Lyon
Pour la guérison totale de Ethan Chlomo Ben Yoni  parmi tous les malades d'Israël Amen
Pour l'élévation de l'âme de Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)

Prendre des antalgiques ou des somnifères pendant Chabbat

Question: Est-il permis de prendre pendant Chabbat des médicaments de classe antalgiques (paracétamol, et autres médicaments de ce type …), ou bien des somnifères ? De même, est-il permis de donner un médicament contre la fièvre à un enfant malade?

Réponse: Dans les précédentes Halah’ot, nous avons expliqué le décret de nos maîtres, selon lequel une personne qui n’est pas réellement malade (alité), n’est pas autorisée à prendre un médicament pendant Chabbat, et nous en avons expliqué la raison.

Les sommeliers 
Le Gaon auteur du livre Echel Avraham (chap.327) écrit qu’il est permis de se laver la tête avec du vin pendant Chabbat, afin de pouvoir s’endormir facilement, car cela ne s’apparente pas à la médication interdite pendant Chabbat, puisque l’endormissement n’est pas une médication.

C’est à partir de ses propos que le Gaon Rabbi Chélomo Zalman OYERBACH z.ts.l déduit (dans son livre Choulh’an Chélomo chap.328) qu’il est permis de prendre des somnifères pendant Chabbat. Les décisionnaires de notre époque débattent sur ce point dans un sens comme dans un autre. Sur le plan pratique, notre maître Rabbénou Ovadia YOSSEF z.ts.l (הכ''מ) tranche qu’il faut autoriser la prise de somnifères pour une personne qui en a besoin pour s’endormir, car cela ne s’apparente pas à une médication pour guérir une maladie. En effet, le manque de sommeil n’est pas une maladie, mais une grande souffrance. De ce fait, le décret de nos maîtres selon lequel on ne doit pas se soigner pendant Chabbat ne s’applique pas à ce cas. Notre maître le Rav z.ts.l cite plusieurs preuves pour autoriser. (Hazon Ovadia-Chabbat vol.3 page 367).

Les antalgiques 
Concernant la prise de médicaments de classe antalgiques pour apaiser les douleurs (paracétamol ou autre …), nous avons déjà expliqué qu’une personne malade qui souffre de sa maladie, comme quelqu’un alité du fait de sa maladie, il lui est permis de prendre des médicaments à sa guise, car le décret interdisant de prendre des médicaments pendant Chabbat « pour ne pas en arriver à écraser des plantes médicinales » ne concerne pas une personne réellement malade. Par conséquent, même si pour une simple douleur légère, comme un léger mal de tête par exemple, on ne peut autoriser la prise d’un comprimé antalgique, malgré tout, une personne réellement malade, qui souffre de fièvre ou de douleurs, est autorisée à prendre ce type de médicaments, pour apaiser les douleurs ou pour faire redescendre la fièvre. (Hazon Ovadia-Chabbat vol.3 page 368).

La règle pour un enfant 
Pour un enfant, on peut autoriser de façon évidente, comme nous l’avons écrit, puisque jusqu’à l’âge de 9 ans il est permis de lui donner tous les médicaments dont il a besoin. En particulier, les enfants en bas âge chez qui la montée de fièvre peut représenter un danger, et pour lesquels il faut agir rapidement pour rééquilibrer la température de leurs corps.

En conclusion: Il est permis de prendre en cas de nécessité des médicaments somnifères pendant Chabbat. Une personne qui souffre d’une douleur, comme un léger mal de ventre, ne doit pas prendre un médicament pour apaiser ses douleurs, mais si cette personne souffre dans tout son corps, par exemple lorsque la personne doit être alité du fait de ses douleurs, est autorisée à prendre tout médicament nécessaire. Pour un enfant, il est permis de lui donner tout médicament nécessaire pendant Chabbat.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

The Customary Order of Rosh Hashanah

It is customary to eat certain symbolic foods during the two nights of Rosh Hashanah which signify good fortune for the entire upcoming year. It is therefore customary to eat black-eyed peas, pumpkin, leek, spinach, dates, pomegranates, apples dipped in honey, and meat of a sheep’s head on the......

Lire la Halacha

Some Details Regarding the Prayers of the Days of Awe

Anyone who appreciates the loftiness of the Days of Awe customarily tries to recite all prayers of these days with much precision and care. There are many Machzorim on the market containing several versions for various texts, some which can be relied upon and others which cannot be relied upon at al......

Lire la Halacha

Lighting Candles on Rosh Hashanah and the Issue this Year

The Laws of Candle-Lighting on Rosh Hashanah On the first day of Rosh Hashanah, we customarily light Yom Tov candles before the onset of Yom Tov similar to the way we light them on Erev Shabbat. If the candles were not lit before the onset of Yom Tov, a woman may even light the candles on Yom Tov i......

Lire la Halacha

Should One Cry on Rosh Hashanah?

Question: What is the proper way to behave during the prayers of Rosh Hashanah: Should one arouse himself to cry during the prayers in order for Hashem to pity us and grant us all of our requests or should one pray amid great joy? Answer: The Mitzvah to be Glad on Rosh Hashanah The Poskim deli......

Lire la Halacha


Eating and Washing One’s Self Yom Kippur

Some Laws of Yom Kippur All are obligated to fast on Yom Kippur, including pregnant and nursing women. Any woman whose health is at risk due to the fast should consult a prominent Torah scholar who is well-versed in these laws and he should render his ruling whether or not she must fast. One whose ......

Lire la Halacha

Preparing for the Day of Judgment

During the days preceding Rosh Hashanah, every single member of the Jewish nation must contemplate his/her actions and perform some sort of self-introspection in order to ascertain how one can improve one’s actions and Mitzvah observance so as to guarantee one’s self powerful defenders o......

Lire la Halacha

One Should Constantly View Himself as Half Innocent and Half Guilty

Our Sages (Kiddushin 40b) teach us that one should always view himself as half innocent and half guilty. If one performs one Mitzvah, one is praiseworthy, for one has tipped the scale to the innocent side. If one transgresses one prohibition, woe unto him, for he has tipped the scale to the guilty s......

Lire la Halacha

Repenting for Speaking Lashon Hara and Rendering a Mistaken Halachic Ruling

Question: If I have spoken Lashon Hara (evil slander) about my friend, must I confront him and tell him what I have done in order to request his forgiveness? Also, what is the law regarding a rabbi who has ruled stringently on a matter when, in fact, there is actually room for leniency, must he ask ......

Lire la Halacha