Halacha pour mardi 4 Tishrei 5781 22 septembre 2020

L’interdit de manger et de se laver le jour de Yom Kippour

Quelques règles de Yom Kippour
Tout le monde a le devoir de jeûner pour Yom Kippour, y compris les femmes enceintes ou celles qui allaitent.
Toute femme qui craint que le jeûne risque de porter atteinte à sa santé, doit consulter une autorité Halachique compétente dans ce type de questions, qui lui indiquera si elle doit jeûner ou pas. Il est interdit à quiconque de se montrer rigoureux sur ce point en s’imposant le jeûne alors que son état de santé ne le permet pas, car la sainte Torah dit : « il vivra avec (ces Mitsvot) » et non pas mourir par les Mitsvot. Il est interdit à qui que ce soit de se laisser mourir ou même de se placer dans le moindre risque de danger pour le jeûne de Yom Kippour. Lorsque notre grand maître le Rav z.ts.l occupait les fonctions de Grand Rabbin de Tel Aviv, ainsi que dans les années suivantes, il se dérangeait personnellement chaque veille de Yom Kippour, pendant ces heures ci précieuses, afin de se rendre dans les hôpitaux pour convaincre les malades dont le jeûne pouvait les mettre en danger, afin qu’ils ne jeûnent pas. Il leur rappelait les propos du RADBAZ selon lesquels celui qui n’écoutent pas les médecins en prétextant qu’il place sa confiance en Hachem n’est qu’un « Hassid Choté » (un pieux débile), car la Torah dit que l’autorisation à été donnée au médecin pour qu’il guérisse, et l’homme est donc tenu de se conformer en toute chose aux règles de la médecine, après avoir consulté une autorité rabbinique.

Un malade dont la maladie n’est pas un réel danger
Il faut préciser que même un malade dont la maladie n’est pas un réel danger, mais que les médicaments qu’on lui a prescrit lui imposent de boire, et s’il ne boit pas il risque de se mettre en danger, même un tel malade doit consulter une autorité rabbinique afin de savoir comment agir. Ce type de situation est particulièrement fréquent chez les malades prenant des médicaments psychiatriques, et leur maladie est parfois qualifiée de grave et dangereuse.

Celui qui est dans l’obligation de manger le jour de Yom Kippour
Une personne contrainte de manger le jour de Yom Kippour pour raison de maladie, si cette personne est tenue de manger et de boire de façon ordinaire, elle est autorisée à le faire car rien ne se dresse devant le danger de mort. Cependant, en générale, les choses ne sont pas ainsi, et le malade peut se contenter de manger et de boire sans consommer obligatoirement des grosses quantités en une seule fois, mais en faisant des pauses entre les consommations. A chaque consommation, il ne consommera pas plus d’environ 30 g d’aliment et pas plus d’environ 4 g de liquide. Ensuite, environ 10 mn plus tard, il pourra de nouveau consommer les mêmes quantités. Et ainsi de suite. Avant Yom Kippour, on lui préparera des aliments et des boissons pesés aux poids indiqués.

Se laver ou s’immerger (dans un Mikvé) le jour de Yom Kippour 
Il est interdit de se laver à l’eau le jour de Yom Kippour, ceci inclut même passer le doigt sous l’eau.
Cependant, nos maîtres n’ont interdit que seulement un lavage de plaisir, mais si une personne a de la saleté sur les mains ou sur le reste du corps, comme de la boue ou autre, il est permis de les laver puisque ce lavage ne constitue pas un lavage de plaisir. S’immerger dans un Mikvé est également interdit le jour de Yom Kippour.

Pour la Netilat Yadaïm du matin, il faudra laver les mains seulement jusqu’aux bout des phalanges (celles qui marquent la jonction avec la paume de la main), 3 fois alternées selon l’usage de toute l’année, et réciter ensuite la bénédiction de ‘Al Netilat Yadaïm.

On ne doit pas se laver le visage à l’eau le matin de Yom Kippour.
Si le visage est sale, par exemple lorsqu’on a des secrétions au coin des yeux, il est permis de laver l’endroit précis où se trouve la saleté.
Une personne trop délicate, qui ressent une véritable gêne lorsqu’elle ne se lave pas le visage le matin, est autorisée à se laver le visage le matin de Yom Kippour.
Les Ashkenazim s’imposent la rigueur sur ce point, et ne se lavent pas le visage la matin de Yom Kippour, même lorsqu’il s’agit d’une personne très délicate, excepté pour retirer les saletés autour des yeux, ou autre.

Il est interdit de se laver les dents le jour de Yom Kippour.
Même si l’on adopte la souplesse sur ce point le jour du 9 Av avec précaution, on ne doit pas le faire le jour de Yom Kippour.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

ORDEN RITUAL DE LA NOCHE DE ROSH HASHANA

Las dos noches de Rosh Hashana es costumbre comer alimentos que simbolizan buenos designios para Israel. Por ello se come Rubia o lubia en árabe, zapallo –calabaza dulce-, dátiles, acelga, puerro, cabeza de cordero, manzana y miel. Ya hemos escrito oportunamente, que la perso......

Lire la Halacha

COMO RETRACTARSE DE LAS CALUMNIAS HABLADAS

Pregunta: Es necesario, para poder retractarse correctamente, acercarse a la persona que se criticó –sobre la que se habló “lashon hara”- para aclararle lo que habló de él? Por otro lado, el rabino que dictaminó en forma rigurosa, prohibió ......

Lire la Halacha

TIEMPO DE LLUVIAS

Comenzamos a citar el párrafo “Mashib Haruaj…” en la plegaria de Musaf (adicional) de la festividad de Simjat Torá (shemini atzeret, fuera de Israel). No se trata de un pedido formal por las lluvias sino de una alabanza al Creador, por ello se denomina en el lenguaje......

Lire la Halacha

EL ARCOIRIS

La persona que ve un rayo debe pronunciar la siguiente bendición: Baruj Ata A-donay Elohenu Melej Haolam Osé Maase Bereshit. Quien escucha un trueno debe pronunciar la siguiente bendición: Baru Ata A-donay Elohenu Melej Haolam Shekohó Ugburató Malé Olam. En ......

Lire la Halacha


ENCENDIDO DE VELAS EN ROSH HASHANA

El primer día de Rosh Hashana es costumbre encender las luminarias del Yom Tob –festividad- antes de la caída del sol, como se lo hace en la víspera de Shabbat. De todas formas, si no se encendieron las luminarias en la víspera de la festividad, podrá la muje......

Lire la Halacha

LAS NUEBES DE GLORIA

En el Talmud (Sucá 11) leemos que la Sucá nos recuerda la nubes de la Gloria divina que acompañaban al pueblo de Israel en el desierto. Asimismo nos relata el Talmud (Taanit 9) “Tres buenos dirigentes tuvo el pueblo de Israel –al salir de Egipto-, Moshe, Aharon y ......

Lire la Halacha

INTERRUPCIÓN ENTRE EL LAVADO DE MANOS Y EL CONSUMO DEL PAN

El talmud (Berajot 42ª) afirma que el lavado de manos debe realizarse inmediato a la bendición –del pan-. Entre las grandes autoridades halájicas de los primeros tiempos existe discrepancia sobre esta afirmación. Algunos sostienen que se refiere a “maim ajaronim......

Lire la Halacha

PORMENORES DE LA PLEGARIA DE ROSH HASHANA

Obviamente, las plegarias de Rosh Hashana son pronunciadas desde un “majzor” o libro de plegarias en los cuales encontramos distintos textos y semánticas, según la costumbre de cada comunidad. Sin embargo, debido a la inquietud que cada año nos hacen llegar sobre alg......

Lire la Halacha