Halacha pour dimanche 19 Adar 5780 15 mars 2020

Pour l'élévation des âmes de : André Avraham Ben Ma'hlouf TAÎB z"l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba El baz z"l de Lyon
Pour la guérison totale de Ethan Chlomo Ben Yoni  parmi tous les malades d'Israël Amen
Pour l'élévation de l'âme de Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Pour la guérison totale et rapide de Jacky Yaakov Ben Esther (Benadiba) de Lyon, parmi tous les malades d'Israël Amen.

Cas pratiques concernant les Kitniyot

Dans la précédente Hala’ha, nous avons expliqué de façon générale, les principales règles du ‘Hamets et des Kitniyot à Pessa’h. Nous avons expliqué que selon l’unanimité, les Kitniyot  - comme le poids chiche ou le riz - ne sont pas du ‘Hamets, car le ’Hamets n’est constitué que d’aliments faits à base des céréales du Dagan.
Cependant, les Ashkénazim ont l’usage de s’interdire les Kitniyot, car il était très courant que l’on mélange les grains de ‘Hamets avec ceux des Kitniyot dans des mêmes sacs.

Hatarat Nédarim (annulation des vœux) pour consommer des Kitnyot 
Les personnes d’origines Ashkenazes qui ont la tradition de s’interdire la consommation de Kitniyot durant Pessa’h, n’ont strictement pas le droit d’en consommer, même en procédant à une Hatarat Nedarim (une annulation des vœux).

Sont inclus dans cette interdiction l’huile de soja, le riz ainsi que touts autres aliments similaires.

Par contre, les Sefaradim qui ont l’usage de s’interdire certaines ou toutes les Kitniyot durant Pessa’h – par mesure de piété et non par ignorance de la Hala’ha selon laquelle les KITNIYOT sont permises à Pessa’h - peuvent interrompre cet usage au moyen d’une Hatarat Nedarim. Ceci en raison du fait que les Séfaradim qui s’interdisaient certaines KITNIYOT n’ont pas réellement accepté l’interdiction dans toute sa vigueur, mais uniquement par vigilance, puisque le risque de ‘Hamets y était probable. Telle est la décision de notre maître le Rav z.ts.l dans son livre ‘Hazon Ovadia (vol.2 page 55), et nous ne pouvons pas nous étendre davantage sur la question.

Les ustensiles dans lesquels on a cuit des KITNIYOT 
Nous avons déjà expliqué qu’il est interdit d’utiliser pendant Péssa’h des ustensiles utilisés le reste de l’année, car les parois de ces ustensiles qui ont contenus du ‘Hamets « à chaud » ont absorbés le goût du ‘Hamets. Or, si on les utilise pendant Péssa’h, ces parois vont rejeter le goût ‘Hamets à l’intérieur de l’aliment. C’est pour cette même raison que nous séparons également les ustensiles « lait » des ustensiles « viande ». 

Cependant, l’interdit des KITNIYOT n’est pas aussi grave que celui du véritable Hamets car les KITNIYOT ne sont qu’une tradition restrictive que certains ont pris sur eux, en raison d’un risque de ‘Hamets. C’est pour cela que le Gaon auteur du Shou’t Zéra’ Emet (tome 3 sect. O.H chap.48) tranche qu’un Ashkenazi invité chez un Séfaradi pendant Pessa’h, peut consommer dans la vaisselle de son hôte même si cette vaisselle sert aussi à cuisiner du riz ou des Kitniyot, puisque le fait de ne pas consommer le riz et les Kitniyot n’est qu’une tradition, on ne va donc pas jusqu’à interdire une vaisselle dans laquelle on en a cuisiné. (en particulier si l’on peut supposer que l’ustensile n’a pas servi de puis 24h. L’Achkénazi n’est même pas tenu de demander au Séfaradi si l’on a cuit des Kitniyot dans cet ustensile durant les dernières 24h, mais nous ne pouvons pas nous étendre davantage sur ce point).

En conclusion: 
Les Achkénazim ont la tradition de s’interdire la consommation de Kitniyot pendant Péssa’h. Ils ne peuvent se l’autoriser, même au moyen d’une Hatarat Nédarim.
Si certains Séfaradim se l’interdisent aussi, ils peuvent - en cas de nécessité - interrompre cette tradition au moyen d’une Hatarat Nédarim.

Si un Achkénazi est invité chez un Séfaradi pendant Péssa’h, le Séfaradi se doit de donner à consommer à son invité uniquement des aliments sans présence de KITNIYOT. Malgré tout, l’Achkénazi est autorisé à consommer dans les ustensiles du Séfaradi, même si ceux-ci ont servi à cuisiner des aliments Kitniyot.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le Seder de Roch Ha-Chana – « Réjouissez-vous en tremblant »

Pendant les 2 soirs de Roch Ha-Chana, nous avons la tradition de consommer certains aliments en guise de bon signe pour toute l’année. C’est pour cela que nous mangeons ces soirs-là, des haricots (Roubya en araméen ou Loubya en arabe), de la courge (Kr’a), du ......

Lire la Halacha

La bénédiction sur les éclairs et le tonnerre

Lorsque l’on voit un éclair, on doit réciter la bénédiction suivante: Barouh’ Ata A-D-O-N-A-Ï Elohénou Mélèh’ Ha’olam ‘Ossé Ma’assé Béréshit. Lorsque l’on entend le tonn......

Lire la Halacha

« Machiv Ha-Rouah’ Ou-Morid Ha-Guechem »

On commence à mentionner la formule de « Machiv HaRouah’ » « Machiv HaRouah’ OuMorid HaGuechem » (« qui fait souffler le vent et descendre la pluie ») est une formule de louange à Hachem que l’on dit durant......

Lire la Halacha

Combien de fois par jour pouvons nous réciter la bénédiction sur les éclairs et le tonnerre ?

Deux questions: Lorsqu’on entend le son du tonnerre en dormant, est-il permis de réciter la bénédiction sur le tonnerre sans procéder à la Nétilat Yadaïm (ablution des mains) ? Doit-on réciter la bénédiction systém......

Lire la Halacha


Question - Est-il permis de parler entre Mayim Ah’aronim (l’ablution des mains en fin de repas) et le Birkat Hamazon ?

Réponse Nous avons déjà expliqué qu’il est une totale obligation pour toute personne qui a consommé un repas accompagné de pain, de se laver les mains avec un peu d’eau avant de réciter le Birkat Hamazon (dans la Halah’a au sujet de......

Lire la Halacha

Lé’hem Michné – Réciter le Motsi sur 2 pains lors des repas de Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué la règle de la Sé’ouda Chélichitt, et nous voulons à présent également expliquer la règle pour les femmes concernant la Sé’ouda Chélichitt, mais ce point es......

Lire la Halacha

L’obligation de manger dans la Souccah – Le Corona

Un repas régulier Pendant les jours de la fêtes de Souccot – aussi bien la journée que la nuit – il est interdit de consommer un « repas régulier » (Se’oudat Kéva’) en dehors de la Souccah. La mesure d’un « repas r&e......

Lire la Halacha

Parler entre la Nétilatt Yadaïm et le Motsi

Il est enseigné dans la Guémara Bérah’ott (42a): Immédiatement après l’ablution des mains, on récite la bénédiction. RACHI et le RAMBAM expliquent qu’il s’agit ici d’enchaîner immédi......

Lire la Halacha