Halacha pour dimanche 8 Tevet 5779 16 décembre 2018

Pour l'élévation des âmes de : André Avraham Ben Ma'hlouf TAÎB z"l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba El baz z"l de Lyon
Pour la guérison totale de Ethan Chlomo Ben Yoni  parmi tous les malades d'Israël Amen
Pour l'élévation de l'âme de Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Pour la guérison totale et rapide de Jacky Yaakov Ben Esther (Benadiba) de Lyon, parmi tous les malades d'Israël Amen.

Répondre Amen à la bénédiction d’un enfant – L’attitude du Gaon Rabbi Chélomo Zalman OYERBACH z.ts.l

Question: Doit-on répondre « Amen » aux bénédictions des enfants (qui ne sont pas Bar ou Bat Mitsva)?

Réponse: Il est enseigné dans une Baraïta du traité Béra’hot (53a):
On répond « Amen » aux bénédictions de toute personne, excepté les enfants.
La Guémara explique:
Ceci uniquement au moment où ils étudient et apprennent avec leur maître à réciter les bénédictions. Mais lorsqu’ils récitent véritablement leurs bénédictions pour s’acquitter, on doit répondre à leurs bénédictions.

Cela signifie - tel que l’explique MARAN dans le Choulh’an ‘Arouh’ (chap.215) – qu’il est permis d’apprendre aux enfants à réciter les bénédictions tel qu’elles sont formulées réellement, même s’ils récitent dans ce cas en vain lors de leur apprentissage, car lorsqu’on apprend à un enfant à réciter les bénédictions, on lui apprend la formulation exacte de la bénédiction même s’il n’est pas soumis à ce moment précis à cette bénédiction. Par exemple : si l’on désire éduquer son enfant à réciter la bénédiction de « Boré Péri Ha’Ets », il est permis de lui faire réciter cette bénédiction plusieurs fois sur le même fruit, même si selon la règle il ne faut la réciter qu’une seul fois sur le même fruit. C’est pour cela que dans ce cas précis il ne faut pas répondre « Amen » à de telles bénédictions (sauf pour la première sur le premier morceau du fruit), car on ne peut pas répondre « Amen » pour accréditer et confirmer les propos du récitant alors que sa bénédiction n’en est pas une.

Mais lorsque les enfants récitent les bénédictions conformément à la règle afin de s’acquitter réellement, puisqu’ils récitent dans ce cas à titre de H’inouh’ (éducation), même s’ils ne sont pas encore arrivés à l’âge d’obligation des Mitsvot (13 ans pour un garçon, 12 ans pour une fille), il faut dans ce cas répondre « Amen » à leurs bénédictions.

Cependant, les décisionnaires écrivent que tout ceci n’est valable que pour des enfants arrivés en âge d’éducation, qui connaissent le sujet de la bénédiction et savent à qui elle est adressée. Mais s’il s’agit d’enfants véritablement petits, il ne faut pas répondre à leurs bénédictions, car il est à craindre que leur corps ne soit parfaitement propre. De ce fait, lorsque le TOUR et MARAN dans le Choulh’an ‘Arouh’ tranchent qu’il faut répondre « Amen » aux bénédictions des enfants en bas âge lorsqu’ils les récitent pour s’acquitter puisqu’ils sont en âge d’éducation, cela s’adresse uniquement à des enfants arrivés en âge d’éducation.
Notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit que dans le doute, il ne faut répondre « Amen » qu’à la bénédiction d’un enfant âgé de 9 ans et au-delà.

Nous apprenons de là qu’il faut éduquer les enfants à nettoyer leurs corps très scrupuleusement, car s’ils ne se nettoient pas correctement après avoir soulagé leurs besoins naturels, toutes leurs bénédictions ainsi que toutes leurs prières sont vaines.

Il faut ajouter qu’au même titre qu’il y a une nécessité d’éduquer les enfants à réciter les bénédictions, il est aussi nécessaire de les éduquer à répondre Amen aux bénédictions qu’ils entendent.
En effet, lorsque des adultes ne répondent pas Amen à la bénédiction d’un enfant, celui-ci est susceptible de négliger de répondre Amen aux bénédictions qu’il entendra, car il ne sait pas pourquoi on ne répond pas Amen à ses propres bénédictions.
C’est pour cela que le Gaon Rabbi Chélomo Zalman OYERBACH z.ts.l avait l’usage – lorsqu’il entendait la bénédiction d’un enfant – de répondre « Amé » (sans le Noun), et ainsi l’enfant ne portait pas attention au fait qu’on ne répond pas exactement « Amen » à sa bénédiction, et il apprenait malgré tout l’obligation de répondre Amen aux bénédictions que l’on entend.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le Seder de Roch Ha-Chana – « Réjouissez-vous en tremblant »

Pendant les 2 soirs de Roch Ha-Chana, nous avons la tradition de consommer certains aliments en guise de bon signe pour toute l’année. C’est pour cela que nous mangeons ces soirs-là, des haricots (Roubya en araméen ou Loubya en arabe), de la courge (Kr’a), du ......

Lire la Halacha

La bénédiction sur les éclairs et le tonnerre

Lorsque l’on voit un éclair, on doit réciter la bénédiction suivante: Barouh’ Ata A-D-O-N-A-Ï Elohénou Mélèh’ Ha’olam ‘Ossé Ma’assé Béréshit. Lorsque l’on entend le tonn......

Lire la Halacha

« Machiv Ha-Rouah’ Ou-Morid Ha-Guechem »

On commence à mentionner la formule de « Machiv HaRouah’ » « Machiv HaRouah’ OuMorid HaGuechem » (« qui fait souffler le vent et descendre la pluie ») est une formule de louange à Hachem que l’on dit durant......

Lire la Halacha

Utiliser un pain congelé pour Leh’em Michné (Double pain lors du Motsi de Chabbat)

Nous avons déjà expliqué la Mitsva de réciter la bénédiction de Motsi sur 2 pains (Leh’em Michné) lors des repas de Chabbat. Il arrive fréquemment de ne pas avoir 2 pains pour le Léh’em Michné, et l’on envisage ......

Lire la Halacha


Lé’hem Michné – Réciter le Motsi sur 2 pains lors des repas de Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué la règle de la Sé’ouda Chélichitt, et nous voulons à présent également expliquer la règle pour les femmes concernant la Sé’ouda Chélichitt, mais ce point es......

Lire la Halacha

Combien de fois par jour pouvons nous réciter la bénédiction sur les éclairs et le tonnerre ?

Deux questions: Lorsqu’on entend le son du tonnerre en dormant, est-il permis de réciter la bénédiction sur le tonnerre sans procéder à la Nétilat Yadaïm (ablution des mains) ? Doit-on réciter la bénédiction systém......

Lire la Halacha

Le statut des femmes vis-à-vis des repas de Chabbat – L’usage de notre maitre le Rav z.ts.l

Question: Les femmes sont-elles soumises à l’obligation de consommer les 3 repas de Chabbat, au même titre que les hommes? Réponse: Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué les principales règes relatives aux repas du Chabbat. Parmi ......

Lire la Halacha

Question - Est-il permis de parler entre Mayim Ah’aronim (l’ablution des mains en fin de repas) et le Birkat Hamazon ?

Réponse Nous avons déjà expliqué qu’il est une totale obligation pour toute personne qui a consommé un repas accompagné de pain, de se laver les mains avec un peu d’eau avant de réciter le Birkat Hamazon (dans la Halah’a au sujet de......

Lire la Halacha