Halacha pourjeudi 18 Nissan 5781 mars 31 2021

La Mitsva de compter le ‘Omer

Il est écrit dans la Torah (Vayikra 21 – 15):
« Vous compterez pour vous, dès le lendemain du Chabbat, depuis le jour où vous apporterez le ‘Omer du balancement, 7 semaines pleines. »

Selon l’explication transmise à nos maitres (et citée dans la Guémara Ménah’ott 65b), le sens des termes « dès le lendemain du Chabbat » employés dans ce verset, indique en réalité le lendemain du 1er Yom Tov de Pessah’, qui est un jour de cessation d’activité (« Chabbatonn », de la racine « Chabbat »). (C’est cela que visent les termes « dès le lendemain du Chabbat », le lendemain du 1er jour de Pessah’, qui est un jour comme Chabbat. C’est pourquoi, dés la sortie du 1er Yom Tov de Pessa’h – après la prière de ‘Arvit - on commence à compter le ‘Omer.)

Le compte du ‘Omer depuis le soir du 16 Nissan, jusqu’à la fin des 7 semaines, qui font 49 jours, est une Mitsva positive ordonnée par la Torah.

Le compte du ‘Omer est-il un commandement de la Torah ou de nos maîtres?
Cependant, il est écrit (Dévarim 16 – 9):
« Tu compteras pour toi 7 semaines, depuis le moment où la faucille est dans le blé, c’est là que tu commenceras à compter. », c'est-à-dire, depuis le moment où l’on va moissonner le blé pour l’offrande du ‘Omer. Or, de notre époque, où le Beth Ha-Mikdach est détruit, nous n’avons plus la Mitsva de moissonner le blé du ‘Omer, ni la Mitsva de l’offrande du ‘Omer, et c’est pourquoi, de notre époque, la Mitsva de compter le ‘Omer n’est plus que par institution de nos H’ah’amim, en souvenir du Beth Ha-Mikdach.

Par conséquent, dans la formule du « Léchèm Yih’oud » que l’on a l’usage de dire avant de compter le ‘Omer, il est juste d’omettre la phrase « Kémo Chékatouv Ba-Torah Ousfartèm Lah’èm … » (« comme il est écrit dans la Torah : « Vous compterez pour vous… »), car la Mitsva de compter le ‘Omer n’est plus ordonnée par la Torah (mais elle reste une totale obligation par ordonnance de nos H’ah’amim).

(En réalité, selon la RAMBAM et le RAVEYA, il n’y a aucun lien entre la Mitsva de moissonner le blé du ‘Omer et la Mitsva de compter le ‘Omer, et selon leur opinion, la Mitsva de compter le ‘Omer reste ordonnée par la Torah, même de notre époque.

Malgré tout, la Halah’a n’est pas tranchée selon leur avis sur ce point, mais uniquement selon l’opinion de MARANN, l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ - dont nous avons accepté les décisions Halah’ique – qui tranche que le compte du ‘Omer est aujourd’hui une Mitsva ordonnée par nos maitres, puisque telle est l’opinion de Rav Haï Gaon, des Tossafott, du ROCH, de l’auteur du ‘Itour, du RACHBA, du RAN, et d’autres…)

Celui qui oublie de compter un jour
La Mitsva de compter le ‘Omer s’accomplit chaque jour du ‘Omer, et c’est pourquoi nous récitons la Bérah’a sur cette Mitsva chaque jour avant de compter.

Toutefois, l’auteur du Halah’ot Guédolott tranche que si l’on a oublié de compter un jour, on ne peut plus poursuivre le compte, puisque l’on ne peut effectuer un compte en sautant des chiffres (car si l’on compte : « 1, 2, 4,.. » on ne compte pas de façon correcte. De même, si l’on oublie un jour du compte du ‘Omer, il n’y a plus de solution, et le compte n’est plus qualifiable de tel).

Du point de vue de la Halacha, si l’on a oublié de compter un jour, on peut continuer à compter les autres jours, car la Mitsva de compter chaque jour est totalement indépendante et n’est pas liée aux autres jours.
Cependant, puisque nous prenons en considération le grand principe de SAFEK BERAH’OT LEHAKEL (Lors d’un doute sur la récitation d’une Bérah’a, nous allons à la souplesse, et nous ne la récitons pas), concernant la Bérah’a, nous prenons donc en considération l’opinion de l’auteur du Halah’ot Guédolott.
Par conséquent, lorsqu’on a oublié de compter un jour, on continue à compter les autres jours, mais sans réciter la Bérah’a.

Un enfant qui devient Bar-Mitsva pendant les jours du ‘Omer
Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit (Chou’t Yabiya’ Omer vol.3 sect. O.H chap.27) qu’un enfant qui atteint l’âge de 13 ans pendant les jours du ‘Omer, puisque les jours qu’il a compté avant cette date ont été comptés lorsqu’il était encore « enfant » (non Bar Mitsva) et qu’il n’était pas encore soumis aux obligations des Mitsvot selon la Torah, il est comparable à un adulte qui n’a pas compté le compte du ‘Omer depuis le début, et cet enfant ne peut donc plus poursuivre son compte durant les autres jours avec la bénédiction. Notre maître s’est longuement étendu sur ce sujet, et il cite des preuves à  ses propos. Les grands de la génération précédente ont débattus sur ce point.

Cependant, du point de vue de la Halacha, il faut enseigner que cet enfant qui devient Bar Mitsva pendant les jours du ‘Omer doit poursuivre le compte mais sans réciter la bénédiction.       

Le moment du compte du ‘Omer, et la règle pour les femmes
Le moment de compter le ‘Omer est la nuit. Cependant, si l’on a oublié de compter un soir, on peut rattraper le compte dans la journée sans réciter la Bérah’a, et l’on poursuivra le compte les soirs suivants avec la Bérah’a.

Une femme qui compte le ‘Omer, ne doit pas réciter la Bérah’a sur le compte, et selon notre tradition, les femmes ne comptes pas le ‘Omer pour des raisons Kabbalistiques.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

The Laws of Mentioning “Mashiv Ha’Ruach”

We Begin Reciting “Mashiv Ha’Ruach” “Mashiv Ha’Ruach U’Morid Ha’Geshem” is a praise we recite to Hashem during the winter months within the “Mechayeh Ha’Metim” blessing of the Amidah as is printed in all Siddurim. We begin recitin......

Lire la Halacha

The Laws of One Who Forgets to Mention “Ve’Ten Tal U’Matar” in the “Blessing of the Years”

In the previous Halacha, we have discussed in a general manner that our Sages enacted that beginning from the Seventh of Marcheshvan (outside of Israel from the Fourth or Fifth of December), one begins reciting “Ve’Ten Tal U’Matar” (a request for dew and rain) in the “B......

Lire la Halacha

Eating and Washing One’s Self Yom Kippur

Some Laws of Yom Kippur All are obligated to fast on Yom Kippur, including pregnant and nursing women. Any woman whose health is at risk due to the fast should consult a prominent Torah scholar who is well-versed in these laws and he should render his ruling whether or not she must fast. One whose ......

Lire la Halacha

The Laws of Shevi’it in a Cooperative Garden

This year (5782) is the Shemitta year. In previous Halachot, we have already explained the basic laws of Shemitta including the fact that one may not plant in or work (in any manner) any land within the Land of Israel unless the work is meant to protect the crops from harm that will befall them if t......

Lire la Halacha


“The Blessing of the Years”

Beginning from last night, the Seventh of Marcheshvan, we have begun to request rain in the Amida prayer (only in the Land of Israel; the law for those outside of Israel will be discussed further). Let us therefore review some of these pertinent laws. The Enactment of the Sages to Request Rain O......

Lire la Halacha

When the Sanctity of Shevi’it Will Apply to Fruits and Vegetables and More on “Heter Mechira”

In the previous Halachot we have explained that any produce grown in Jewish-owned fields in the Land of Israel this year (5782) retain the sanctity of Shevi’it. We have likewise discussed the ramifications of this sanctity and the proper way to treat such produce. This sanctity rests even on f......

Lire la Halacha

Sprouting Avocado Pits During Shevi’it and the Blessing on Hydroponic Produce

Question: What is the blessing on vegetables that grow from the water (and not from the ground)? Likewise, is it permissible to plant such hydroponic produce during Shevi’it? Answer: The Blessing on Mushrooms and Truffles The Mishnah in Masechet Berachot (40b) states: “On things whi......

Lire la Halacha

Forbidden and Permissible Forms of Work During Shevi’it

In this Halacha and the next, we shall discuss the basic laws of tending to a garden during Shevi’it. We shall not discuss all of the details of these laws, for these laws do not apply to those residing outside of Israel. Works Forbidden by Torah Law and Rabbinic Enactment Some works forbi......

Lire la Halacha