Halacha pour mercredi 10 Shevat 5780 5 février 2020

Pour l'élévation de l'âme de:
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna HaCohen z’’l

Distribuer des grains de blé aux oiseaux pendant Chabbat « Chira »

« Chabbat Chira »
Lors du prochain Chabbat, nous lirons la Paracha de Béchalah’ qui est celle de cette semaine.
Dans cette Paracha, nous lisons le Chant de la Mer Rouge, que les Béné Israël ont entonné après leur sortie d’Egypte. Ce Chabbat est surnommé « Chabbat Chira ».
Certains ont la tradition de distribuer lors de ce Chabbat différentes graines et autres grains de blé aux oiseaux, en souvenir de ce qui est enseigné dans le Midrach : les enfants du peuple d’Israël ont donné aux oiseaux des graines qui poussaient dans les arbres dans la mer rouge, et les oiseaux se sont joints aux Béné Israël dans le Chant de la Mer Rouge.
Cette tradition est citée dans les ouvrages d’illustres décisionnaires.

L’interdiction de nourrir des animaux pendant Chabbat lorsqu’ils sont sans propriétaire
Il semble à première vue qu’il ne faudrait pas agir ainsi selon la Halacha, car il est interdit à une personne de nourrir des animaux pendant Chabbat, si leur alimentation ne l’incombe pas.
Par conséquent, des oiseaux sauvages ou autres animaux sauvages, dont nous ne sommes pas responsables de leur alimentation, il est interdit de les nourrir pendant Chabbat.
C’est pourquoi le Maguen Avraham écrit que cette tradition de donner des grains de blé aux oiseaux pendant Chabbat Chira est une tradition erronée et qu’il faut l’abolir. Ces propos sont cités par le Michna Béroura (chap.324 note 31).

Certains ont proposé pour la personne désirant malgré tout poursuivre cette tradition, de placer une assiette de graines depuis la veille de Chabbat sur le rebord de la fenêtre ou autre, et les oiseaux viendront de façon certaine le matin de Chabbat pour consommer les graines. Ainsi, il n’y a pas le moindre interdit selon tous les avis.

La raison pour laquelle on peut autoriser en cas de tradition
Mais en réalité, sur le plan pratique, notre grand maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit dans son livre Liviat H’en (et aussi dans son livre H’azon Ovadia-Chabbat volume 3 page 224 et volume 4 page 270 et suivantes), que nombreux parmi nos maitres les Ah’aronim (décisionnaires des dernières générations) émettent une remarque sur les propos du Maguen Avraham en disant que puisque cette tradition est observée à titre de Mitsva, il est permis de l’observer Léh’atéh’ila (à priori) pendant Chabbat Chira. Notre maitre le Rav z.ts.l ajoute que tels sont également les propos du Tossefett Chabbat, et il s’étend longuement sur les différentes raisons.

Il cite également les propos du Rav auteur du « Or Péné Moché » qui écrit que cette tradition a également pour raison le fait que du temps du Beit Ha-Mikdach, un flacon rempli de Mann se trouvait dans le Beit Ha-Mikdach. Ce flacon avait pour vocation de raviver la confiance en Hachem chez les Béné Israël à chaque fois qu’ils le voyaient, afin de les convaincre de nouveau que puisqu’Hachem nourrit toutes ses créatures, il a aussi nourrit nos ancêtres dans le désert.
C’est pour cela que de notre époque où nous n’avons plus ce flacon puisqu’il a été caché juste avant la destruction du Beit Ha-Mikdach, nous avons la tradition de donner des graines aux oiseaux pendant le « Chabbat Chira » où nous lisons aussi le passage de la Mann, afin d’exprimer qu’à l’instar des oiseaux qui trouvent leur nourriture sans effort ni fatigue puisqu’Hachem se soucie d’eux, ainsi le peuple d’Israël qui a été comparé aux oiseaux, s’il se rend disponible pour étudier la Torah et accomplir les Mitsvot en ayant confiance en Hachem, Il leur fournira leur subsistance dans le calme et la tranquillité.

Notre maitre le Rav z.ts.l cite d’autres raisons à cette tradition, et il conclut à la lueur des propos des décisionnaires que sur le plan pratique, les personnes qui observent cette tradition de donner des graines aux oiseaux pendant Chabbat Chira, ont sur qui s’appuyer dans la Halacha.

Nourrir des chiens pendant Chabbat lorsqu’ils sont sans propriétaire
Notre maitre le Rav z.ts.l cite aussi les propos de notre maitre le Méiri ainsi que d’autres grands décisionnaires qui écrivent au sujet de nourrir un chien pendant Chabbat (il s’agit d’un chien qui n’appartient à personne, car s’il appartient à une personne, il est certain qu’il incombe à son maitre de le nourrir même pendant Chabbat), qu’il est permis de le nourrir pendant Chabbat, car le fait de nourrir un chien constitue d’une certaine manière une Mitsva, comme l’enseignent nos maitres dans la Guémara Chabbat (155b) où ils soulignent que la Torah a exigé particulièrement que les chiens aient de la nourriture, comme il est dit au sujet d’une viande Névela (une viande provenant d’une bête non-abattue selon les lois de la Torah) : « Vous la jetterez au chien ».
Par conséquent, on peut considérer que l’alimentation du chien nous incombe, et c’est une Mitsva de leur donner de la nourriture pendant Chabbat. Le Maguen Avraham tranche ainsi (même s’il se montre plus rigoureux vis à vis des autres animaux sans propriétaire, même lors du Chabbat Chira, comme nous l’avons écrit).

Nourrir un animal pendant Chabbat lorsqu’il ne trouve pas sa nourriture par lui même
Le Gaon Rabbi Chélomo Zalman OYERBACH z.ts.l ajoute encore que si l’on voit pendant Chabbat un animal qui n’a pas de quoi manger, il est permis de lui donner de la nourriture, puisqu’il est dit « Il est miséricordieux envers toutes ses créatures », même si la nourriture de cet animal ne nous incombe pas, malgré tout s’il est affamé et qu’il ne trouve pas sa nourriture autrement, il est permis de lui donner de la nourriture pendant Chabbat.

En conclusion: Il ne faut pas nourrir des animaux pendant Chabbat lorsque leur alimentation ne nous incombe pas, comme des oiseaux en liberté qui n’appartiennent à personne ou autres animaux sauvages.
Par conséquent, il ne faut pas nourrir les oiseaux sauvages pendant Chabbat.
C’est pourquoi, certains s’imposent la rigueur de ne pas distribuer des graines aux oiseaux en liberté pendant Chabbat Chira.
Cependant, ceux qui observent cette tradition lors de ce Chabbat, où nous lisons le passage de la Mann, en ayant une pensée dirigée vers Hachem, ont sur qui s’appuyer dans la Halacha. De même, il est permis de nourrir un chien pendant Chabbat, même s’il ne nous appartient pas.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Suite des règles sur les ustensiles en verre et en Pyrex vis-à-vis de la viande et du lait

Dans la précédente Halacha, nous avons cité l’opinion de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ selon lequel les ustensiles en verre n’absorbent absolument pas, et de ce fait, il n’y a aucun interdit à utiliser des ustensiles en verr......

Lire la Halacha

Ustensiles en verre pour la viande et le lait

Question: Doit-on également posséder une vaisselle viande et une vaisselle lait lorsqu’il s’agit d’ustensiles en verre? Réponse: Nous avons déjà expliqué dans la précédente Halacha qu’il est obligatoire de possé......

Lire la Halacha

Vaisselle viande et vaisselle lait et règle du goût détérioré (נותן טעם לפגם)

Les parois d’une marmite qui a cuit de la viande absorbent légèrement de la nourriture au moment de la cuisson. Par conséquent, cette marmite est qualifiée de marmite « viande », et de ce fait, si l’on cuit des aliments lactés dans......

Lire la Halacha

L’interdiction de la viande et du lait

Il est dit à 3 reprises dans notre sainte Torah: « Tu ne cuiras pas le chevreau dans le lait de sa mère. » (Chémot chap.23 et 34. Dévarim 14).  Nos maîtres commentent dans la Guémara H‘oulin (114a): Une fois pour nous indiq......

Lire la Halacha


La bénédiction de Chéhéh’éyanou sur un nouveau vêtement

Question: Quand doit-on réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou sur un nouveau vêtement? Doit-on la réciter lors de l’achat, ou bien au moment où l’on porte véritablement le vêtement? De plus, doit-on r&eacu......

Lire la Halacha

La bénédiction de « Chéhé’héyanou » sur une bonne odeur

Question: Doit-on réciter la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur un parfum qui se renouvelle chaque année? Réponse: Cette question prend sa source dans le fait que l’on récite la bénédiction de &......

Lire la Halacha

Réciter la Bérah’a de Chéhéh’éyanou sur des fruits greffés

Question: Faut-il réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou lorsque l’on consomme pour la première fois dans l’année des agrumes comme un pamplemousse ou une orange? Réponse: Nous devons tout d’abord introduire l......

Lire la Halacha

Réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou sur des fruits de la même espèce

Dans la Halacha précédente, nous avons mentionné qu’il faut réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou avant de consommer un fruit pour la première fois de l’année, et ce, même s’il s’agit d......

Lire la Halacha