Halacha pour mercredi 22 Cheshvan 5780 20 novembre 2019

Pour l'élévation des âmes de:
Mess’od ben Ra’hel Vé-Yossef
Mme Carlotta (Cathy) FASSI z’’l (de Netanya, et anciennement de Lyon) 
Avraham Ben Avraham FUNK z’’l (de Lyon)
Désiré Ya’akov Ben Sa’ida BENSOUSSAN z’’l anciennement de Lyon 
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Odelia Bat Esther (DRAY, fille de Mme MARCIANO z’’l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l
Dan Shlomo Ben Joël Yossef KTORZA z’’l de Sarcelles
Rabbi Its’hak Ben Yehouda (Rabbin ELHADAD) de Lyon z’’l
Mme Frewa’h Bat ‘Hanna BENSAID de Lyon z’’l 
Richard Amram Ben Chélomo AMAR z’’l de Lyon
Betty Rivka Bat Sultana PEREZ (GHOZLAND WEILL) z’’l anciennement de Lyon et Paris

Pour la guérison totale et rapide de:
Le Tsaddik Rabbi David ‘Hananya Ben Mazal PINTO
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (BENADIBA) de Lyon
Alain Moché Ben Myriam (STEBOUN) de Lyon
parmi tous les malades d'Israël Amen.

Le vin des non-juifs (Yaïn Néssèh’)

Question: Un vin Cachère servi par un serveur non-juif dans un restaurant, est-il interdit à la consommation?

Réponse: Dans l’antiquité, les non-juifs idolâtres avaient l’usage de verser du vin en l’honneur de leurs idoles. Cet usage était très répandu chez les non-juifs. C'est pourquoi un tel vin est interdit à la consommation par la Torah. De même, il est aussi interdit au profit (il est interdit de le vendre à un non-juif), car toute chose liée à l’idolâtrie est interdite au profit.

Nos maîtres ont également interdit au profit n’importe quel vin des non-juifs, même un vin dont on ignore s’il a été oui ou non consacré à l’idolâtrie (Stam Yénam).
C'est-à-dire : même s’il s’agit d’un vin dont on ignore parfaitement s’il a été consacré à leur idolâtrie ou non, nos maîtres ont malgré tout décrété que ce vin nous est interdit au profit.
Le décret de nos maîtres a pour objectif de nous éloigner des mariages mixtes.
En effet, le fait de boire du vin peut entrainer un rapprochement important, et lorsqu’un juif va s’assoir pour boire du vin en compagnie d’un non-juif, une certaine proximité peut naître de cela, et elle peut avoir pour conséquence un mariage entre le juif et la fille du non-juif.
C’est pourquoi nos maîtres ont décrété que leur vin nous est interdit au profit.
Par conséquent, même de notre époque, n’importe quel vin des non juifs nous est interdit au profit, et à fortiori à la consommation.

On peut quand même se demander pour quelle raison nos maîtres se sont montrés si rigoureux sur l’interdiction du vin des non-juifs, au point de l’interdire même au profit, alors que ce qui n’est pas le cas pour d’autres éloignements vis-à-vis des non-juifs.
En réalité, puisque le vin véritablement consacré à l’idolâtrie nous est interdit au profit, nos maîtres ont décrété que n’importe quel vin des non-juifs est considéré comme s’il était de façon certaine consacré à l’idolâtrie, même si l’on n’en a pas la certitude. Ceci en raison d’une probabilité - si infime soit-elle – que ce vin soit consacré à l’idolâtrie. Mais la raison essentielle reste le risque de se marier avec leurs filles.

À partir de là, il nous reste à débattre au sujet du vin des non-juifs de notre époque.
Est-il lui aussi interdit au profit, ou bien n’est-il interdit qu’à la consommation ?

Notre grand maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l s’est longuement étendu sur le sujet, et il conclut que le vin des chrétiens est également interdit au profit puisque les chrétiens sont considérés comme de véritables idolâtres, car ils ont foi en Jésus qu’ils considèrent véritablement comme une divinité qu’ils servent et qu’ils prient. Par conséquent, ils sont considérés comme de véritables idolâtres, dont le vin est véritablement consacré à l’idolâtrie, et il nous est donc interdit au profit.

Par contre, concernant un vin produit par des Arabes musulmans, il y a matière à discuter, et il est possible qu’il ne soit interdit qu’à la consommation, et non au profit.
En effet, même s’ils ont foi en Moh’amed qu’ils considèrent comme un prophète, et même s’ils renient certains principes du TANAH’, malgré tout, les musulmans n’ont pas le statut d’idolâtres puisqu’ils ont foi en un D. unique et qu’il n’y a rien qui lui soit comparable, comme l’écrit notre maitre le RAMBAM.
C’est pourquoi ils n’ont pas le statut d’idolâtres et leur vin ne nous est interdit qu’à la consommation et non au profit. Nous pouvons donc le vendre à un non-juif ou autre.
Notre maitre le Rav z.ts.l écrit que telle est l’opinion de plusieurs décisionnaires qui ont attesté que tel est l’usage en vigueur dans leurs régions où l’on interdit le vin des musulmans seulement à la consommation et non au profit.

Cependant, nous pouvons émettre une remarque sur nos propos.
En effet, dans ses commentaires sur le traité Sanhédrin (61b), le RAN écrit :
« Même s’ils n’ont pas été jusqu’à considérer leur prophète (Moh’amed) comme une divinité, malgré tout, puisqu’ils se prosternent à lui comme l’on se prosterne à une divinité, cet individu est considéré comme une idole, car ce n’est pas seulement par respect qu’ils se prosternent à lui, mais plutôt comme un culte que l’on adresse à une divinité. Telle est leur façon de le servir. » Fin de citation.

Selon cela, il semble que les musulmans sont considérés comme des idolâtres.

Mais en réalité, les propos du RAN ne sont pas totalement approuvés, car selon le RAMBAM, les musulmans ne sont pas considérés comme des idolâtres, puisque même si à l’origine ils étaient de véritables idolâtres, malgré tout, ce culte idolâtre fut parfaitement oublié de leur mémoire et de leurs pensées. Ainsi, eux-mêmes, leurs enfants ou leurs femmes vénèrent Hachem le D. unique, et ils le servent comme ils le servaient dans les précédentes générations, mais sans la moindre défaillance vis-à-vis de l’unicité d’Hachem. De plus, il y a d’autres arguments pour autoriser, et c’est donc pourquoi, les musulmans ne sont pas considérés comme des idolâtres, et leur vin n’est interdit qu’à la consommation et non au profit.

Non seulement le vin des non-juifs nous est interdit, mais même leur contact avec notre propre vin le rend intégralement interdit, car nos maîtres ont également décrété qu’un vin Cachère qui a été touché par un non-juif devient lui aussi interdit. De même, un vin servi par un non-juif nous est également interdit.
Par conséquent, un vin touché par un chrétien est interdit au profit. Mais s’il a été touché par un musulman, il n’est interdit qu’à la consommation et non au profit, comme le donner ou le vendre à un non-juif par exemple.

En conclusion: Les chrétiens sont considérés comme des idolâtres, et de ce fait, leur vin est interdit au profit. Par conséquent, il est interdit de le vendre ou de le donner à un non-juif. Il faut le verser aux toilettes.
Mais les musulmans ne sont pas considérés comme des idolâtres, et de ce fait, leur vin n’est pas interdit au profit, mais seulement à la consommation, par décret de nos maîtres afin de ne pas en arriver à se marier avec leurs filles. Leur contact avec notre propre vin le rend également interdit. De même, s’ils servent notre vin dans un verre, le vin est également interdit. Tel est l’usage respecté.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

L’interdit de manger et de se laver le jour de Yom Kippour

Quelques règles de Yom Kippour Tout le monde a le devoir de jeûner pour Yom Kippour, y compris les femmes enceintes ou celles qui allaitent. Toute femme qui craint que le jeûne risque de porter atteinte à sa santé, doit consulter une autorité Halachique comp......

Lire la Halacha

L’obligation de manger dans la Souccah

Puisqu’il ne nous reste pas suffisamment de temps pour étudier les règles relatives à la fête de Soukkot, nous allons dès à présent expliquer plusieurs règles nécessaires pour la fête de Soukkot qui approche.   U......

Lire la Halacha

La sortie de Yom Kippour

Augmenter le temps réel de la journée de Yom Kippour (ajouter du ‘Hol sur le Kodech) Il faut retarder la fin de la fête à la sortie de Yom Kippour, en augmentant le temps Kodesh. Cela signifie qu’il ne faut pas faire sortir cette sainte journée à......

Lire la Halacha

L’obligation de consommer un Kazaït dans la Souccah le 1er soir, ainsi que le statut de celui qui souffre de la Souccah.

Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué l’interdiction de consommer un repas régulier en dehors de la Soukka durant tous les jours de la fête de Soukkot. Il est important de savoir que la Mitsva de Soukka est propice à protéger l......

Lire la Halacha


La sonnerie du Chofar

Il est un commandement positif (une Mitsvat ‘Assé) ordonné par la Torah d’écouter la sonnerie du Chofar le jour de Rosh Ha-Chana, comme il est dit: « Ce sera pour vous un jour de sonnerie ». Il est interdit de parler entre les différentes sonnerie......

Lire la Halacha

La bonne conduite à adopter pendant les jours de Roch Ha-Chana – L’usage de notre maitre le Rav z.ts.l

Nous avons la tradition de consommer de la viande grasse, ainsi que des douceurs, le jour de Roch Ha-Chana, comme il est dit dans le livre de Néh’emya: « Allez manger des plats gras, et buvez des boissons aromatisées. Envoyez des cadeaux au nécessiteux, car ce jour e......

Lire la Halacha

Le « Tachlih’ » - Usage de notre maitre le Rav z.ts.l – Le statut des femmes

Le 1er jour de Roch Ha-Chana, après l’office de Minh’a, nous avons la tradition d’aller au bord de la mer ou au bord d’un fleuve, ou bien à côté d’une source d’eau vive, ou à côté d’un puits, afin de réci......

Lire la Halacha

L’allumage des Nérott de Roch Ha-Chana

La veille du 1er Yom Tov (jour de fête) de Roch Ha-Chana, comme c’est le cas pour les veilles de Chabbat, nous allumons des Nérott (veilleuses ou bougies) avant le coucher du soleil, lorsqu’il fait encore jour.  Pour la veille de Roch Ha-Chana ou de tout autre Yom Tov,......

Lire la Halacha