Halacha pour mercredi 11 Elul 5778 22 août 2018

L’interdiction de marcher devant une personne qui prie

Dans les précédentes Halah’ott , nous avons expliqué l’interdiction de s’assoir à proximité d’une personne qui prie.
Nous allons à présent traiter de l’interdiction de marcher et de se tenir debout à proximité d’une personne qui prie.

Marcher à proximité d’une personne qui prie 
Il est expliqué dans la Guémara Bérah’ott (27a) qu’il est interdit de passer ou de se tenir debout face à une personne qui prie la ‘Amida.

Les propos de Rabbénou Yona 
Rabbénou Yona écrit que toute l’interdiction n’existe que lorsqu’on passe ou que l’on se tient debout réellement face à la personne qui prie, mais passer ou se tenir debout à ses côtés ne représente aucun interdit.
MARANN écrit dans le Beth Yossef que les propos de Rabbénou Yona autorisant le fait de passer ou de se tenir debout sur les côtés d’une personne qui prie est une règle claire puisque l’on a appris qu’il est interdit de s’assoir sur les côtés d’une personne qui prie, dans son périmètre de 4 coudées (2 m), et nous pouvons donc en déduire qu’il est permis de s’y tenir debout.

« Ba Bigvoulo » lorsqu’une personne se tenait debout 
Si une personne se trouve debout et qu’une autre personne vient se placer à ses côtés pour prier, la personne debout n’est pas tenue de se déplacer de sa place, et elle est tout à fait autorisée à rester debout à cet endroit, puisque l’autre personne est venue d’elle-même se placer dans son périmètre, comme nous l’avons expliqué dans la précédente Halah’a au sujet du fait de s’assoir à proximité de quelqu’un qui prie.

Définition de l’interdit de passer devant quelqu’un qui prie  
Il est expliqué à travers les propos des décisionnaires que toute l’interdiction de passer ou de se tenir debout face à une personne qui prie n’existe que lorsqu’on passe ou que l’on se tient debout dans le périmètre de 4 coudées (2 m) de la personne qui prie. Par contre, si l’on passe ou l’on se tient debout à une grande distance de la personne qui prie, il n’y a là aucune interdiction.
Cependant, selon le Zohar Ha-Kadoch, il faut s’imposer la rigueur sur ce point, même en dehors du périmètre de 4 coudées (2 m) de la personne qui prie, tant que l’on est face à la personne qui prie.
Puisque telle est l’opinion du Zohar Ha-Kadoch, même si selon le strict Din on peut autoriser de passer ou de se tenir face à quelqu’un qui prie lorsqu’on est à plus de 4 coudées (2 m) de cette personne, malgré tout, celui qui s’imposera la rigueur sur ce point, est digne de la Bénédiction.

Selon une certaine opinion, l’interdiction de passer face à quelqu’un qui prie, ou de s’assoir à proximité de lui ne concernerait peut-être pas une femme qui prie, et il serait permis de passer devant elle ou de s’assoir à proximité d’elle, pendant qu’elle prie.
Mais sur le plan pratique, il n’a pas le moindre doute que toutes ces règles sont applicables aussi bien vis-à-vis d’un homme qui prie, aussi bien vis-à-vis d’une femme qui prie, et il n’y a strictement aucune différence entre eux sur ce point.
Même si la femme n’est pas tenue de prier 3 prières par jour, malgré tout, dès lors où elle se tient en prière, la Chéh’ina (la présence divine) se trouve devant elle, et il est interdit de s’assoir à cet endroit par respect pour la Chéh’ina. De même, toutes les raisons et explications que nous avons rapportés à ce sujet sont applicables aussi bien pour un homme que pour une femme.

De plus, la règle de ne pas s’assoir à proximité d’une personne qui prie, prend sa source dans le cas d’une femme qui n’est autre que H’anna, et qui était en train de prier, comme nous l’avons déjà expliqué antérieurement.

En conclusion: Il est interdit de passer dans le périmètre des 4 coudées (2 m) d’une personne qui prie. Cette interdiction n’existe que face à la personne qui prie, mais si l’on passe à ses côtés ou derrière elle, il n’y a là aucun interdit. De même, il est interdit de se tenir debout face à une personne qui prie dans le périmètre de ses 4 coudées (2 m).
Ces règles ne font aucune différence entre un homme qui prie ou une femme qui prie, il est interdit dans les 2 cas de passer ou de se tenir debout devant une personne qui prie, qu’il s’agisse d’un homme ou d’une femme.

Dans la prochaine Halah’a, nous expliquerons – avec l’aide d’Hachem - d’autres cas pratiques sur ce sujet.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

The Customary Order of Rosh Hashanah

It is customary to eat certain symbolic foods during the two nights of Rosh Hashanah which signify good fortune for the entire upcoming year. It is therefore customary to eat black-eyed peas, pumpkin, leek, spinach, dates, pomegranates, apples dipped in honey, and meat of a sheep’s head on the......

Lire la Halacha

Should One Cry on Rosh Hashanah?

Question: What is the proper way to behave during the prayers of Rosh Hashanah: Should one arouse himself to cry during the prayers in order for Hashem to pity us and grant us all of our requests or should one pray amid great joy? Answer: The Mitzvah to be Glad on Rosh Hashanah The Poskim deli......

Lire la Halacha

Some Details Regarding the Prayers of the Days of Awe

Anyone who appreciates the loftiness of the Days of Awe customarily tries to recite all prayers of these days with much precision and care. There are many Machzorim on the market containing several versions for various texts, some which can be relied upon and others which cannot be relied upon at al......

Lire la Halacha

Lighting Candles on Rosh Hashanah and the Issue this Year

The Laws of Candle-Lighting on Rosh Hashanah On the first day of Rosh Hashanah, we customarily light Yom Tov candles before the onset of Yom Tov similar to the way we light them on Erev Shabbat. If the candles were not lit before the onset of Yom Tov, a woman may even light the candles on Yom Tov i......

Lire la Halacha


One Should Constantly View Himself as Half Innocent and Half Guilty

Our Sages (Kiddushin 40b) teach us that one should always view himself as half innocent and half guilty. If one performs one Mitzvah, one is praiseworthy, for one has tipped the scale to the innocent side. If one transgresses one prohibition, woe unto him, for he has tipped the scale to the guilty s......

Lire la Halacha

Repenting for Speaking Lashon Hara and Rendering a Mistaken Halachic Ruling

Question: If I have spoken Lashon Hara (evil slander) about my friend, must I confront him and tell him what I have done in order to request his forgiveness? Also, what is the law regarding a rabbi who has ruled stringently on a matter when, in fact, there is actually room for leniency, must he ask ......

Lire la Halacha

Preparing for the Day of Judgment

During the days preceding Rosh Hashanah, every single member of the Jewish nation must contemplate his/her actions and perform some sort of self-introspection in order to ascertain how one can improve one’s actions and Mitzvah observance so as to guarantee one’s self powerful defenders o......

Lire la Halacha

Atonement for Sin, Torah Study, and Sinners in Our Generation

In the previous Halacha we have discussed four varying levels of sin. We have also pointed out that there are some sins for which one cannot obtain atonement until suffering or death befalls him, as the verse states, “I shall remember their iniquities with a staff and with affliction their sin......

Lire la Halacha