Halacha pour dimanche 19 Av 5780 9 août 2020

Pour l'élévation des âmes de : André Avraham Ben Ma'hlouf TAÎB z"l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba El baz z"l de Lyon

Prendre un repas la veille de Chabbat

Question: Est-il permis de prendre un repas accompagné de pain après l’heure de H’atsott (moitié de la journée) le vendredi?

Réponse: Il est enseigné dans la Guémara Guittinn (38b):
Il y avait 2 familles à Jérusalem. Une fixait son repas le jour du Chabbat, et l’autre fixait son repas la veille de Chabbat, mais les 2 familles disparurent du monde.
Explication : Il y avait 2 familles importantes et riches à Jérusalem, mais ces 2 familles commirent une faute et disparurent du monde. L’une fixait un grand repas le jour de Chabbat aux heures de l’après-midi, au moment où tout le peuple se rend à la Maison d’Etude pour étudier la Torah lorsque le Rav est assis et enseigne, alors que cette famille s’adonnait aux plaisirs de la nourriture et de la boisson.
L’autre famille fixait un grand repas le vendredi dans la journée, et de ce fait, les membres de la famille étaient rassasiés le vendredi-soir, et ne pouvaient pas manger avec plaisir. Ces 2 familles disparurent du monde.

Les commentateurs expliquent que l’interdiction de prendre un grand repas le vendredi en journée ne concerne qu’un repas auquel nous ne sommes pas habitués les autres jours de la semaine. Par exemple, l’usage répandu dans certaines familles où tous les enfants mariés se réunissent le vendredi-midi chez la grand-mère et consomment ses plats lors d’un grand repas. En agissant ainsi, ils portent atteinte à l’honneur du Chabbat, car ils ne pourront pas consommer le repas du soir de Chabbat correctement. Par conséquent, il est interdit d’agir ainsi.

Cette interdiction est en vigueur durant toute la journée du vendredi et pas seulement après H’atsott (la moitié de la journée). Cela signifie que même si l’on prend ce repas inhabituel vers 11h du matin, cela reste interdit, puisque l’on porte atteinte sans le moindre doute à l’honneur du Chabbat. Particulièrement en hiver où les journées sont courtes.

Par contre, s’il s’agit d’un repas auquel on est habitué même les autres jours de la semaine, par exemple lorsqu’une personne a l’habitude de manger tous les jours à 16h, il lui sera permis de prendre ce repas même un vendredi. Cependant, il est une Mitsva d’éviter également ce type de repas, à partir de la 9ème heure du jour (en heures saisonnières, qui se calculent en prenant l’heure du lever du soleil et l’heure de son coucher, et en divisant le total par 12, on obtient ainsi le temps d’une heure saisonnière).
Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit en ces termes:
« Même si selon la Halacha il est permis de manger jusqu’au coucher du soleil (Chki’a), malgré tout, ceci n’est valable que de façon occasionnelle, mais agir ainsi de façon régulière, nous devons l’interdire à partir de la 9ème heure et au-delà, car sinon, on montre de la négligence vis-à-vis de l’honneur du Chabbat. » (H’azon Ovadia-Chabbat vol.1 page 32).

Le Michna Béroura écrit (chap.249) que toute personne sachant que le surplus de nourriture en journée lui causerait un rassasiement le soir, il est une Mitsva dans ce cas de se priver de nourriture et de boisson en grande quantité même avant la 9ème heure du jour le vendredi, en particulier en hiver, puisque nous constatons qu’une personne qui boit considérablement le vendredi – particulièrement du vin ou autre – ou bien lorsqu’on mange considérablement la journée du vendredi, cette personne ne sera pas affamée le soir, par conséquent, il est une Mitsva de se priver d’une telle consommation.

En conclusion: Pendant la journée du vendredi, il est permis de prendre un repas auquel on est habitué pendant les autres jours de la semaine. Par contre, un repas auquel on n’est pas habitué pendant les autres jours de la semaine, il est interdit de le prendre le vendredi en journée, même lorsqu’on le prend tôt.
A partir de la 9ème heure du jour (en heures saisonnières), c'est-à-dire environ 3 heures avant le coucher du soleil (Chki’a), il est une Mitsva de s’abstenir de manger même un léger repas. Mais il est permis de goûter ou de manger un peu des plats de Chabbat ou autre.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Règles relatives au jour du 9 Av

Le jour de Tich’a Be-Av (le jeûne du 9 Av), 5 interdits sont en vigueur: Manger et boire; Se laver; S’enduire (le corps avec de l’huile ou de la crème corporelle) ; Porter des chaussures en cuir ; Pratiquer l’intimité conjugale De même, il est inte......

Lire la Halacha

Une personne malade du Corona par négligence, doit –elle réciter le Gomel à sa guérison ?

Réponse: Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué que la personne qui tombe malade et qui est alitée, comme la grippe ou le Corona, doit réciter le Gomel une fois guérie, et que cela doit être fait en présence de 10 hommes. M......

Lire la Halacha

Règles relatives à la sortie du 9 Av et au 10 Av

Après la sortie des étoiles le jour du 9 Av, il est permis de manger et de boire. nous avons l’usage de réciter Birkat Ha-Lévana (la bénédiction à la vision de la lune) après l’office de ‘Arvit à la sortie du 9 Av. il ......

Lire la Halacha

Le Gomel pour une personne malade – Le Corona

Question: Une personne qui a été victime du Corona, mais sous une forme légère sans avoir été véritablement en danger, qui a été malade et alitée, doit-elle réciter le Gomel? Réponse: Dans la précéde......

Lire la Halacha


Consommation de viande après Roch H’odech AV

Il est expliqué dans une Michna de Ta’anit (26b) qu’il est interdit par décret de nos maîtres de consommer de la viande et du vin, la veille de Tich’a Beav (la veille du jeune du 9 Av) lors de la Séouda Ha-Mafsekete (le dernier repas avant le début......

Lire la Halacha

Lois relatives à la Bérah’a du Gomel

Nos sages ont instauré que toute personne qui vie un événement dangereux se doit de remercier Hachem en récitant une Bérah’a devant 10 personnes comme nous allons l’expliqué. Dans la Guémara, traité de Bérah’ott page......

Lire la Halacha

Tou Bé-Av – le 15 Av

Aujourd’hui, nous célébrerons « Tou Bé-Av ». On enseigne dans une Michna de Ta’anit (26b): Rabban Chim’on Ben Gamliel dit: « Il n’y a pas de plus belles fêtes pour Israël que le 15 Av et Yom KIPPOUR. Ces jours-là, le......

Lire la Halacha

Les personnes soumises et exemptes du jeûne du 9 Av

Un malade sans danger Un malade (véritablement malade, qui est alité ou autre, même s’il n’est pas en danger) est exempt de jeûner le 9 Av, car la sévérité du jeûne du 9 Av est moins importante que celle de Yom Kippour sur ce point. D......

Lire la Halacha