Halacha pour mardi 21 Adar 5780 17 mars 2020              

Pour l'élévation de l'âme de:
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna HaCohen z’’l

Date de la Halacha: 21 Adar 5780 17 mars 2020

Catégorie: Pesach


Du H’amets inconsommable avant Pessah’ – Maquillage et crèmes diverses

L’interdiction de consommer ou de tirer profit du H’amets
De même qu’il est interdit de consommer du H’amets pendant Péssah’, ainsi Hachem nous ordonne de ne pas maintenir du H’amets en notre possession pendant Péssah’. De même, il est interdit de tirer profit du H’amets pendant Péssah’, comme nous l’avons déjà expliqué.

Du véritable H’amets rendu inconsommable avant Pessah’
Du H’amets - comme du pain, par exemple – que l’on a brûlé avant l’heure d’interdiction - par exemple 1 jour ou 2 avant Pessah’ - au point de devenir comme du charbon (Chou’t Yabiya’ Omer vol.7 sect. Y.D chap.10), il est permis de le conserver pendant Pessa’h. Cela signifie qu’il n’y a pas d’obligation de le détruire avant Péssah’. Ceci à la condition que le H’amets soit tellement détrioré qu’il n’est plus consommable par un chien, de sorte qu’il n’est plus qualifiable d’aliment (il est comparable à de la poussière ou du sable) et n’est plus concerné par l’interdiction de H’amets. Mais si pendant Pessah’ ce H’amets est consommable et qu’on le transforme à ce moment-là en charbon, il est interdit d’en tirer profit, car l’interdiction d’en profiter a pris effet lorsqu’il était encore consommable.

Consommer du H’amets rendu inconsommable et en tirer profit
Nos maîtres les décisionnaires médiévaux débattent au sujet d’un pain que l’on a brûlé (au point de devenir comme du charbon), est-il permis de le consommer pendant Pessah’, ou bien seulement de le conserver?
Selon l’opinion du Ba’al Ha-Maor et du Ran (début du chapitre « Kol Sha’a »), il est permis de consommer un tel pain. Mais selon l’opinion du Roch et d’autres décisionnaires médiévaux, nos maîtres ont permis seulement de conserver un tel pain, ainsi que d’en tirer profit, mais pas de le consommer. Telle est également l’opinion de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’, qui interdit de consommer un tel pain pendant Pessah’, même s’il est totalement inconsommable, mais il reste permis au profit.

L’encre, le cirage à chaussures, le maquillage et les cigarettes qui contiennent du H’amets
Par conséquent, il est permis d’écrire pendant H’ol Ha-Mo’ed Pessah’, en utilisant une encre qui contient du H’amets. De même, il est permis de se maquiller pendant Péssah’ avec un maquillage ne possédant pas de certificat de Cacherout pour Péssah’ (lorsque le maquillage n’a pas de goût).
De même, il est permis d’utiliser un cirage à chaussures, qui contient du H’amets, puisque ces choses ont un goût totalement détérioré et ne sont plus consommable par un chien.
Mais il faut avoir la certitude que ces différents produits ont été fabriqués avant Pessah’, car si pendant Pessah’, le H’amets utilisé pour cette fabrication était encore consommable par un chien, il est interdit d’utiliser ce produit, puisque de toute façon, le H’amets était interdit au profit.
De même, il est permis de fumer des cigarettes que l’on a probablement fabriquées en utilisant du H’amets (amidon de blé dans la colle que l’on utilise pour coller le filtre).
Toutefois, il faut préciser que tout ceci ne concerne que l’interdiction de H’amets en vigueur à Pessah’, mais de notre époque, il y a matière à interdire catégoriquement le tabac pour d’autres raisons, car les médecins ont établi de façon formelle qu’il existe un danger certain pour tous les fumeurs, sans parler du danger qu’ils causent aux personnes qui les entourent. Celui qui veut se protéger doit s’éloigner de cela. (Voir aussi Halih’ot ‘Olam tome 1 page 265).

< < La Halacha précédente Halacha suivante > >

Questionner Le Rav