Halacha pour vendredi 17 Cheshvan 5780 15 novembre 2019              

Date de la Halacha: 17 Cheshvan 5780 15 novembre 2019

Catégorie: General


Questions/Réponses Halacha Yomit - Une bonne odeur produite par de l’encense – Prier à l’heure où la communauté prie – Un téléphone à l’aéroport

Recueil de réponses données ces derniers temps

Question: Chez nous (au Brésil), les non-juifs ont l‘usage de faire brûler de l’encense une fois par mois, et cela dégage une bonne odeur. Doit-on réciter la bénédiction avant de sentir ces parfums?

Réponse: MARAN écrit dans le Choul’han ‘Arou’h (chap.217) qu’il est interdit de respirer des parfums dédiés à l’idolâtrie.
Or, puisque ces encenses brûlées par les non-juifs dans certains pays à des dates précises sont réalisées au nom de croyances fausses et pour l’idolâtrie dans lesquelles ils croient, il est interdit de les respirer, et il est certain qu’il est interdit de réciter la bénédiction sur de tels parfums.

 

Question: On m’a dit qu’un homme qui ne peut pas se rendre à la synagogue, doit prier à l’heure où la communauté prie. Est-ce exact?

Réponse: Si quelqu’un ne peut pas se rendre à la synagogue – comme une personne malade par exemple – il est juste de faire coïncider leur où il prie avec l’heure où la communauté va prier, afin que sa prière monte avec leur prière.
Même s’il ne se trouve pas avec eux, malgré tout, ce moment est une heure d’agrément pour que sa prière soit acceptée.
Comme le rapporte explicitement la Guémara (Béra’hott 7b), en citant l’exemple de Rav Na’hman qui – un jour - ne pouvait pas se rendre à la synagogue, et à qui Rabbi Yo’hanan dit au nom de Rabbi Chim’on Bar Yo’haï que c’est justement le sens du verset : « Je t’adresse ma prière en un moment d’agrément » Quel est le moment d’agrément ? C’est celui où la communauté prie. Cette règle est tranchée par MARAN dans le Choul’han ‘Arou’h (chap.90).

 

Question: Je me trouvais à l’aéroport et un jeune juif s’est approché de moi en me demandant de lui prêter mon téléphone. Je lui ai répondu que je n’avais pas de téléphone. Quelqu’un qui était avec moi me fit remarquer qu’il est interdit de mentir, mais je n’avais pas d’autre choix puisque je ne voulais pas prêter mon téléphone. Qui a raison?

Réponse: Il est interdit de mentir, comme il est dit : « Celui qui prononce des mensonges ne se présentera pas devant mes yeux ». Le menteur fait partie des 4 catégories d’individus qui ne reçoivent pas la Ché’hina (Présence Divine).
Il n’y a d’autorisation de mentir que pour des situations particulières, comme pour préserver le Chalom entre un mari et une femme ou autre.
De manière fondamentale, vous auriez dû prêter votre téléphone à ce jeune, qui avait – de façon certaine – besoin d’un téléphone à ce moment.
Il est rapporté dans la Guémara Yoma (11b) que celui qui réserve ses affaires uniquement à son usage personnel en refusant de les prêter aux autres, et en prétendant qu’il ne possède pas l’objet demandé, Hachem diffusera l’attitude de cette personne, et en définitif, il sera chassé de chez lui, et ses affaires seront vues par tout le monde.
Rachi commente que les châtiments qui le poussent à être chassé de chez lui viennent pour le fait d’avoir été égoïste.

Chabbat Chalom!

< < La Halacha précédente Halacha suivante > >

Questionner Le Rav