Halacha pour vendredi 29 Av 5779 30 août 2019              

Date de la Halacha: 29 Av 5779 30 août 2019

Catégorie: General


Questions/Réponses Halacha Yomit - Les bénédictions de la Torah (Birkott Ha-Torah) avant les Séli’hott – Couper du coton pendant Chabbat – Les enfants aux Séli’hott

Recueil de réponses données ces derniers temps

Question: Je me lève pour aller aux Séli’hott tôt le matin, dois-je réciter les bénédictions de la Torah (Birkott Ha-Torah)?

Réponse: MARAN écrit dans le Choul’han ‘Arou’h (chap.46-9) que selon certains avis, on ne doit dire aucun verset avant d’avoir récité les Birkott Ha-Torah, même si on dit ces versets en tant que prière et non en guise d’étude.
Le RAMA écrit que les Achkénazim ont l’usage de dire les Séli’hott, et ensuite ils récitent les Birkott Ha-Torah.
Dans le Beit Yossef, MARAN écrit au nom du Oré’hott ‘Haïm que l’usage est – lorsqu’on se lève pour les Séli’hott – de dire avant tout les Birkott Ha-Torah, et ensuite les Séli’hott.
Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l cite dans son livre ‘Hazon Ovadia-Yamim Noaraïm (page 5) que c’est ainsi que tranche explicitement le RAMBAM dans une Responsa.
Par conséquent, dans la pratique, selon l’usage des Séfaradim, il faut d’abord réciter les Birkott Ha-Torah avant de dire les Séli’hott.

 

Question: Est-il permis de couper du coton pendant Chabbat (pour nettoyer l’endroit de la piqure pour le diabète)?

Réponse: Cette question relève à la fois de l’interdit de « Koréya’ » (déchirer), ainsi que de l’interdit de « Métaken Mana » (apprêter un objet à son utilisation).
Dans la pratique, notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l traite de ce sujet longuement à plusieurs endroits de ses ouvrages. Il cite entre autre les propos du Maharam de Brisk (dans une Responsa vol.3 chap.35) selon lesquels l’interdit de déchirer n’existe que lorsqu’on sépare des corps qui étaient véritablement attachés ensemble. Mais lorsqu’on déchire du coton, ce geste ne constitue pas un déchirement pendant Chabbat.
Et ainsi tranche notre maitre le Rav z.ts.l dans la pratique (‘Hazon Ovadia-Chabbat page 378, Liviatt ‘Hen page 217), qu’il n’y a pas d’interdiction à séparer une partie de coton pendant Chabbat, afin de l’utiliser pour nettoyer l’endroit d’une piqure ou autre.

 

Question: Est-il bénéfique d’emmener les enfants aux Séli’hott?

Réponse: Pour des enfants – même en dessous de 13 ans – qui savent prier, il est très juste de les emmener aux Séli’hott, car nous avons le devoir de les éduquer.
Afin qu’ils ne soient pas fatigués, il faut les emmener tôt le matin, en les habituant à se coucher tôt le soir. Si la chose est possible, il faut aussi leur donner la possibilité de dormir un peu avant d’aller à l’école.
Il n’y a pas d’obligation à emmener les enfants aux Séli’hott si l’on voit que la chose entraine un affaiblissement de l’enfant dans sa scolarité.
Mais il est très dommage de perdre une chose aussi merveilleuse, que les enfants voient et ressentent le goût des ces jours saints, comme c’était le cas il y a à peine une vingtaine d’années, où en chaque endroit de nombreux enfants remplissaient les synagogues lors des Séli’hott tôt le matin.
C’est pourquoi, il faut s’efforcer à organiser les choses de sorte que les enfants puissent se rendre aux Séli’hott de temps en temps. (Récemment, nous a quitté un homme de Jérusalem, le Gaon Rabbi ‘Haïm ‘Ozer YOUDELWITZ z.ts.l, fils du gaon Rabbi Chémouel Aharon YOUDELWITZ z.ts.l, qui se rendait tôt le matin aux Séli’hott, accompagné de son épouse, de ses fils et de ses filles …).

< < La Halacha précédente Halacha suivante > >

Questionner Le Rav