Halacha pour vendredi 18 Sivan 5779 21 juin 2019              

Date de la Halacha: 18 Sivan 5779 21 juin 2019

Catégorie: General


Questions/Réponses Halacha Yomit - ‘Hanoukatt Ha-Baït (inauguration de la maison) – L’étude du Moussar (morale) – L’influence de l’étude du Moussar

Recueil de réponses données ces derniers temps

Question: Est-ce que le repas de ‘Hanoukatt Ha-Baït (inauguration d’un appartement ou d’une maison) est considéré comme « Sé’oudatt Mitsva »?

Réponse: Si l’on achète un appartement en Israël, on accomplit ainsi la très grande Mitsva de l‘habitat en terre d’Israël, sur laquelle nos maitres enseignent qu’elle équivaut à toutes les Mitsvott (Sifré Parachatt Rée).
Le RAMBAN écrit (Chabbat 130b) que nos maitres ont assoupli plusieurs points de Halacha vis-à-vis de la Mitsva d’acheter une maison en Israël, car il s’agit d’une Mitsva qui a des conséquences bénéfiques pour tout le peuple d’Israël, libérer la terre d’Israël des mains des non-juifs, afin que la terre sainte ne soit pas détruite dans leurs mains.
C’est pourquoi, notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit (‘Hazon Ovadia-Tou Bichvatt page 392) qu’une ‘Hanoukatt Ha-Baït en Israël est considérée comme « Sé’oudatt Mitsva », mais une ‘Hanoukatt Ha-Baïtt en dehors d’Israël n’est pas considérée comme « Sé’oudatt Mitsva », sauf si l’on prononce des enseignements de Torah lors du repas, et dans ce cas elle sera considérée comme tel.

 

Question: Faut-il étudier le Moussar (morale) selon notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l?

Réponse: Notre maitre le ‘HYDA écrit (Birké Yossef O.H chap.1 note 9):
« Il est souhaitable que tout Talmid ‘Ha’ham (érudit dans la Torah) se fixe un moment pour étudier les livres spécifiques de Moussar basés sur les enseignements de nos maitres. »
il ressort de tous ses propos qu’il en est de même pour toute personne, chacun doit étudier les enseignements de Moussar afin de réparer ses Midott (ses traits de caractère) et se stimuler dans le service Divin.
C’est ainsi qu’écrit notre maitre le Rav z.ts.l dans son livre Halichott ‘Olam (vol.8 page 336) en ces termes:
« Je me remémore les temps passés, lors de ma jeunesse, lorsque nous nous levions tôt tous les matins pour nous rendre à la synagogue « Ohel Ra’hel » environ une heure avant la prière de Cha’harit, afin d’étudier avec une crainte sacrée le saint livre « Réchitt ‘Ho’hma », avec mon ami intime, l’éminent ‘Ha’ham, d’une valeur incommensurable, le juste Rabbi Ya’akov DAWEEK Ha-COHEN z.ts.l, et nos yeux versaient des larmes avec le cœur brisé. Même pendant le couvre-feu imposé par les Britanniques, nous ne nous sommes pas privés de nous rendre à la synagogue pour étudier le Moussar, et Hachem nous a sauvés de leur main. Nous sentions une élévation spirituelle grâce aux saintes paroles du Réchitt ‘Ho’hma … »

 

Question: Comment savoir si l’étude du Moussar influe sur ma personne?

Réponse: « Le cœur connait son amertume », et chacun ressent en lui-même à quel point il nécessite davantage de stimulation par la fixation de moments réservés à l’étude de la Torah et à l’étude du Moussar de la bouche de Talmidé ‘Ha’hamim (érudits dans la Torah), afin que la crainte d’Hachem soit implantée dans son cœur.
Le tout, avec un maximum d’humilité, en se souvenant toujours combien on diminue notre service Divin.
Il y a environ 40 ans, le saint Gaon, l’Admour de TSENZ (Kloïzenbourg) z.ts.l avait dit qu’il y a parfois quelqu’un qui étudie le Moussar, par exemple, le sujet de l’acceptation des épreuves d’amour, mais il ne sait pas si cette étude influe sur sa personne. Et un jour, il voit qu’un malheur frappe son ami, et il se dit: « Mon ami a certainement commis une faute quelconque, et ce malheur est venu expier sa faute. »
Cet homme « accepte » donc les épreuves d’amour mais … pour son ami!
Et si cela ne suffit pas, il ressent même dans son cœur : « Barou’h Hachem, l’étude du Moussar influe de manière bénéfique sur moi ……… »

< < La Halacha précédente Halacha suivante > >

Questionner Le Rav