Halacha pour vendredi 26 Iyar 5779 31 mai 2019              

Date de la Halacha: 26 Iyar 5779 31 mai 2019

Catégorie: Tefilah


Questions/Réponses Halacha Yomit - Un israélien qui voyage en Angleterre – Trier pendant Yom Tov – Voyager chez le Rav en l’honneur de Yom Tov

Recueil de réponses données ces derniers temps

Question: Je suis israélien et je voyage à Londres pour la fête de Chavou’ot. Comment dois-je faire lors du 2ème Yom Tov?

Réponse: En dehors d’Israël, il est d’usage d’observer le « Yom Tov supplémentaire des exils », et c’est pourquoi, lors de la fête de Chavou’ot en dehors d’Israël, on observe la fête pendant 2 jours. Si un israélien voyage en dehors d’Israël, avec l’intention de revenir en Israël, il lui est interdit de réaliser des activités interdites même pendant le 2ème Yom Tov lorsqu’il se trouve dans un endroit habité par des juifs.
Selon certains avis, cet interdit est valable même lorsqu’il se trouve dans l’intimité (même lorsqu’il est seul dans un endroit). C’est ainsi que tranche notre maitre le Rav z.ts.l, qu’il est juste de s’imposer la rigueur sur ce point même dans l’intimité. (‘Hazon Ovadia-Yom Tov page 111).
Ce n’est que concernant la prière que vous devrez réciter les bénédictions de la Torah puis mettre les Téfilin (dans l’intimité) et lire le Chéma’ avec les Téfilin, et ensuite vous rendre à la synagogue et prier avec l’assemblée.
Cependant, vous prierez l’office des jours de semaine et non de Yom Tov.
Vous direz le Hallel sans bénédictions, comme on le fait à Roch ‘Hodech, et lorsqu’ils prieront Moussaf, vous vous lèverez avec l’assemblée et vous lierez des Téhilim.

 

Question: Est-il vrai qu’il est permis de trier pendant Yom Tov?

Réponse: Il est interdit de trier pendant Yom Tov au même titre qu’il est interdit de trier pendant Chabbat.
Cependant, il y a une différence entre l’interdit de trier pendant Chabbat et celui de trier pendant Yom Tov. En effet, pendant Chabbat, il n’est permis de trier que lorsqu’on le fait en prenant ce que l’on désire (« O’hel ») et en laissant ce que l’on ne désire pas (« Péssolett »), et que l’on consomme (ou utilise) immédiatement.
Mais pendant Yom Tov, il n’est pas nécessaire de trier exclusivement ce que l’on désire en laissant ce que l’on ne désire pas. On doit trier de la manière la plus confortable. C'est-à-dire : si ce que l’on ne désire pas est en quantité supérieur à ce que l’on désire, on triera ce que l’on désire et on laissera ce que l’on ne désire pas. Dans le cas inverse, on triera ce que l’on ne désire pas (pour l’enlever du mélange) et on laissera ce que l’on désire (pour le consommer ou l’utiliser).
Par conséquent, si l’on a un jus de citron qui contient des grains, il est permis pendant Yom Tov de retirer les grains du citron.
Tout ceci, à la condition que l’on trie à la main, mais si l’on trie au moyen d’un objet spécifique, il est interdit de trier aussi bien Chabbat que YomTov, dans tous les cas.

 

Question: Y a-t-il un problème du point de vue de la Halacha dans le fait de voyager chez notre Admor (« Rebbe ») pour la fête de Chavou’ot, sans la femme ni les enfants?

Réponse: On est tenu de rendre visite à son maitre pendant la fête (Guémara Roch Ha-Chana 16b).
Cependant, notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit (ibid.99) qu’il n’est pas correct qu’un homme délaisse son épouse et ses enfants pour aller visiter son maitre qui habite dans une autre ville, car il est une obligation de la Torah de se réjouir pendant Yom Tov avec son épouse et ses enfants, comme il est dit : « Tu te réjouiras, toi et ton foyer. ». Particulièrement si l’épouse en tient rigueur, il est certain dans ce cas là que l’on ne doit pas voyager pour visiter son maitre en opposition à sa volonté.
Le devoir de rendre visite à son maitre n’existe que lorsque celui-ci habite la même ville que l’élève, dans ce cas il peut lui rendre visite et revenir chez lui.
Même si l’on constate que l’épouse lui pardonne et l’autorise à voyager, il ne doit pas voyager.
Ce n’est que lorsqu’il constatera que son épouse lui conseille et l’encourage à voyager qu’il pourra rendre visite à son maitre, à la condition qu’il accomplisse le devoir de réjouir son épouse en lui offrant des vêtements ou de beaux bijoux, ainsi qu’en se souciant des besoins des enfants pour la fête.

 

< < La Halacha précédente Halacha suivante > >

Questionner Le Rav